Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 13:11

 

 

 

Carte RCA avancée rebelles

 


A qui le prochain tour ? Les innombrables Thuraya avec lesquels ils communiquent son payés par qui ?


Si ceux qui dirigent la rébellion pensent avoir des comptes à rendre avec les institutions centrafricaines, ils doivent composer avec des forces étrangères et surtout ceux qui l’on financé seront pour leur frais .Peut-t-on gouverner un pays et ordonner la destruction des ONG et des Banques et sociétés .Qui gouverneront t’ils ? Avec quoi travailleront-ils ?


Que restera-t-il  du pays ? A-t-on une idée du dégât et de la souffrance infligés aux paysans ?

Ce sont des Centrafricains qui tuent d’autres, qui  trahissent, vendent et pillent la patrie.


La haine, la vengeance, les rancœurs, la trahison, l’égoïsme, le népotisme, la gabegie, la mauvaise gouvernance. Après destruction des dépôts de ELIAN, 35 millions de boissons emportées vendues 2000 F CFA le casier, plus de 600 tonnes de produit PAM pillés à Bambari , ECOBANK, SOFIA CREDIT, PREFECTURE, SOUS PREFECTURE, GENDARMERIE BRULEE, PALAIS DE JUSTICE SACCAGE, TRIANGLE (ONG ) 120 Tonnes de ciment vendus, et tous les commerçants non musulmans pillés, c’est au tour de la SUCAF de payer son tribut à la Rébellion.


La femme centrafricaine, interviewée sur NDEKE LUKA de Bambari le 16 décembre a confirmé et affirmé après l’attaque sur la préfète OUAKA, lors du second acte de braquage sur un véhicule d’un abbé à Grimari, avoir identifié un commerçant tchadien de Bambari qui l’a poursuivi à travers forêt pour la dépouiller de  200 000 F ?


Qui viendra investir en RCA ?


La seule sucrerie centrafricaine, industrie qui existe dans ce pays a été pillé de fond en comble. Cette usine bon an, mal an produit 11 000 tonnes de sucre, fait vivre  20 000 personnes et des milliers de famille dans la OUAKA et partout en RCA .Deuxième employeur après l’état, et verse ces impôts régulièrement. C’est une société de droit privé appartenant à Pierre CASTEL et gérée par le groupe SOMDIAA. François HOLLANDE a dit que l'armée française est en Centrafrique pour protéger les ressortissants et les intérêts français. Les intérêts de Pierre CASTEL ne sont-ils pas français ?   Le bilan du pillage est très lourd :


Arrivée à 11 heures, ils ont tiré des coups de DCA et Kalachnikov, terrorisant les habitants de Ngakobo .C’était un film digne des Western de FAR WEST. Tous les travailleurs en quart  250, arrêtés mis sous un hangar sous les yeux de la population terrorisée. Le film d’horreur  a duré de 11 heures à 16 h30 min.


-7 véhicules emportés (TOYOTA, LAND CRUISER, MITSUBISHI)

- Caisse éventrée et totalité de la recette emportée.

-15 fûts de gas-oil

-05 motos emportées.

-02 fûts d’essence.

-groupes électrogènes (4)

- 25 pneus, pharmacie pillée.

- bureau pillées (20 ordinateurs et téléphones portables emportés).

-Postes à souder, matelas, baguettes à souder, pots de peinture,

- 4 villas cadres pillées et éventrées (téléviseurs, ordinateurs, antennes paraboliques).

Club pillé (toutes les boissons emportées)

Laboratoire éventré.

La liste est non exhaustive.

Ce sont des gens sans foi, ni lois qui sont passés sur le site, pillant tout sur leur passage.


Cette rébellion est composée d’éléments venus du TCHAD, du SOUDAN. Identifiés comme tels .Tout le personnel était séquestré (300 personnes) mis à genou sous un hangar prêt à être qui tué, qui égorgé. Seule la présence du Directeur d’usine Emmanuel OUAÏMON, Ingénieur d’Industries Agro-Alimentaires, seul sur site a pu sauver la destruction de cette dernière unité industrielle centrafricaine. Il a néanmoins reçu des menaces et une salve de coup de Kalachnikov pour l’influencer et l’intimider afin  récupérer les véhicules. Livré à lui-même, il doit son salut à son DIEU, son sang-froid et son sens d’abnégation, son courage, et sa détermination. Les rebelles ont promis repasser pour enlever le sucre du dépôt. Toute la population civile amassée devant le portail assistait au spectacle de pillage. La population pleurait tétanisée et horrifiée du spectacle livré par ces assaillants.


Nous sommes Centrafricains et nous posons la seule question. Les responsables de cette rébellion auraient ils l’argent pour payer tous les mercenaires qui sont engagés dans ce combat ? Le nombre de combattants étrangers est exhaustif. Ont-ils déjà hypothéqué le sous-sol centrafricain, pour en venir à leur fin ? Qui payera ces mercenaires des deux camps ?


Le dialogue ne vaut- il pas mieux. Que l’on sache que les fils de ce pays ont hypothéqués son avenir, en le livrant au pillage des étrangers. Cette vérité est valable pour les deux camps. Les militaires centrafricains inhumés à Bambari selon le Président de la croix Rouge de OUAKA dans une fausse commune. 22 au total dont 15 sont des combattants ou mercenaires Tchadiens avec des noms musulmans.


Cette guerre a été importée par les fils de ce pays. A Bambari, nous avons assisté à la désignation des domiciles des autochtones par des natifs locaux qui ont jeté en pâture leurs compatriotes et coreligionnaires. C’est malheureux, mais la triste réalité est là. La RCA est dernier pays du monde. Il y a-t-il un autre classement plus bas que cela ?


Sont-ils au moins conscients qu’un jour ils laisseront un héritage à leurs enfants ? Qu’expliqueront-t-ils sur la RCA ? Pensent-ils un jour qu’ils diront qu’ils ont une patrie ? Si Celui est livré au pillage des mercenaires étrangers. L’infestation et la puanteur qui dégage des morts inutiles, la meurtrissure des femmes et enfants jetés sur la route est-elle vraiment justifiée ?


Jamais la RCA n’a été détruite à ce point. Il ne reste plus rien au Nord-Est.


BOZIZE a-t-il pitié de son peuple ? Qu’il rappelle ces mercenaires, que la SELEKA payent et ordonne aux mercenaires Djandjawid de rentrer chez eux et que les deux belligérants s’asseyent à table pour discuter. La misère du peuple est énorme. Le pays se meure. Dernier cri d’alarme d’un compatriote blessé pour l’amour de son pays.


Que DIEU ait PITIE du PAYS qui part en fumée

 

 

Une correspondance particulière pour CAP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers