Sommaire

Recherche

Liens

27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 22:39

 

 

meeting-du-27-aout-2011.jpg

 

 

meeting-du-27-dirigeants-hebetes.jpg

 

Les responsables de l'opposition, ici Martin ZIGUELE en casquette rouge et Me Tiangaye à ses côtés,

assistent hébétés à la violence des hordes de jeunes de Boy-Rabe recrutés par le KNK pour empêcher le meeting

 

 

meeting-trouble-du-27-aout-2011.jpg

 

meeting-perturbe-du-27-aout.jpg

 

 

blesse-du-meeting-du-27.jpg

 

un blessé par jet de pierre lors du meeting

 

 

meeting-trouble-du-27-aout-11.jpg

 

 

Bangui 27 août 2011 (C.A.P) - Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un régime dictatorial qui craint l’usage des libertés pourtant clairement garanti dans la Constitution, le pouvoir KNK de Bangui a fait tourner court le meeting de l’opposition qui devait se dérouler ce samedi 27 août place Marabéna à Bangui. Les choses se sont achevées dans la violence et en queue de poisson. Quelques blessés dans les rangs des dirigeants de l’opposition sont à déplorer.

Les organisateurs avaient pourtant écrit depuis le 18 août au nouveau président de la Délégation spéciale de la ville de Bangui pour l'informer de ce meeting. Sa réponse étant ambigüe, ils sont remontés au niveau du Ministre de l'Administration du territoire puis auprès du Premier ministre pour que le meeting soit finalement autorisé et notification leur en a été faite hier soir.

Grande fut alors leur surprise de constater tôt ce matin que les forces de l'ordre ont occupé les lieux. Les organisateurs sont remontés donc au créneau une nouvelle fois auprès des mêmes personnalités pour que les forces de l'ordre libèrent les lieux et ce fut fait vers 11h ce samedi.

Mais à l’arrivée sur les lieux vers 15h 30 heure de Bangui des organisateurs, des jeunes venant de Boy-Rabé soudoyés et rendus ivres morts par le KNK se sont infiltrés sur la place Marabéna selon le plan prévu par Elie OUEFIO et ont jeté des sachets incendiaires en plastique remplis d'essence, et comme nous avons éteint l'incendie, ils se sont mis à renverser le podium où devaient se tenir les dirigeants de l’opposition et à les lapider. Les forces de l'ordre pourtant présentes aux alentours ont refusé d'intervenir. Il était donc clair que les autorités du pays ne voulaient nullement que le meeting ait lieu.

Bilan : les vitres de deux véhicules d’opposants cassés, le Secrétaire général du MLPC Samuel Stanislas ZOUMBETI a été blessé à la tête et aux pieds par jets de pierre ainsi que son adjoint Etienne MALEKOUDOU à la tête et à la mâchoire. La démocratie centrafricaine est toujours ainsi en marche.

Le régime Bozizé en profond désarroi a ainsi jeté le masque et révélé sa vraie nature qui est un pouvoir dictatorial, liberticide et sanguinaire que les Centrafricains doivent se mobiliser comme un seul homme pour combattre sans faiblesse.

 

 

Le FARE pour un meeting de « vérité »

Radio Ndéké Luka Samedi, 27 Août 2011 14:43

 

Politique : Le porte-parole de l'opposition annonce que la justice sera saisie, suite à l'agression qui a perturbé leur meeting, samedi à Bangui. Me Tiangaye  accuse "le gouvernement et le KNK".

Le Front pour l’annulation et la Reprise des Elections de 2011 (FARE-2011) entend organiser ce samedi 27 août 2011, un meeting dit de « vérité », à la place Marabéna à Bangui. Cette plateforme de l’opposition politique sort ainsi de son silence depuis plusieurs mois après les dernières consultations populaires en Centrafrique. La rencontre se tient en peine campagne des législatives prévues dans 14 circonscriptions électorales du pays.

Tôt ce matin, les forces de l’ordre ont investi les lieux avant de les libérer. C’est ce qu’a constaté un reporter de Radio Ndeke Luka. L’annonce de ce meeting  avait été faite déjà par le FARE au cours d’une conférence de presse tenue le 30 juillet dernier à Bangui.

Si on s’en tient aux déclarations d’alors ce meeting pourrait aussi porter sur le bilan de la situation socio-économique et sécuritaire du pays. Et peut être le point sur l’avancée de la lutte de l’opposition pour obtenir l’annulation des élections groupées du 23 janvier.

L’enjeu de la rencontre pourrait être aussi un appel au boycott des élections du 04 septembre prochain. A titre de rappel, le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain, le (MLPC) a déjà appelé ses militants au boycott de ces opérations.

Le FARE réclame jusque-là l’annulation pure et simple des élections du 23 janvier 2011 ne reconnait pas le Comité Transitoire des Elections crée par le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation pour substituer à la Commission Electorale Indépendante. Il avait promis de saisir le tribunal administratif afin de demander la dissolution de ce comité.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog