Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 19:58

 

 

Zewde Sahle Work

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 09 Décembre 2010 11:37

 

Il a été question de la Centrafrique mercredi 8 décembre 2010 au Conseil de sécurité de l’ONU à New York.  La représentante spéciale de l’Onu en Centrafrique a présenté devant les membres du Conseil, la situation dans le pays. Selon Mme Sahle-Work Zewde, « les prochaines élections sont une opportunité pour que le pays consolide ses fondements démocratiques ».

 

La responsable du Binuca (Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique) est convaincue que les élections de janvier 2011 (élections législatives et présidentielles)  doivent écrire « un nouveau chapitre de stabilité, de croissance et de prospérité pour la république centrafricaine ».

Mais elle a posé un préalable : « ces élections, a-t-elle insisté, doivent être transparentes, libres et justes ». Elle a rappelé que l’ONU et ses partenaires internationaux ont pu fournir une assistance technique et financière à la CEI chargée du processus. La représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU a également souligné que le programme du DDR (désarmement, démobilisation, réinsertion) est un élément clé pour régler les problèmes d’insécurité dans le pays. « Nous attendons a-t-elle dit, de travailler avec le gouvernement centrafricain pour le développement d’une telle stratégie. Elle estime que les conditions de sécurité sont toujours précaires dans certaines régions. Si la situation est relativement calme autour de Bangui et dans le sud-ouest, des violences, ont éclaté dans le nord et dans l’est, la saison sèche étant propice selon Mme Sahle-Work à la résurgence des attaques ».

 Elle a cité la LRA (Armée de résistance du Seigneur) ougandaise comme étant « le plus important groupe étranger actif en république centrafricaine, mais qui n’est qu’un groupe parmi tant d’autres entités armées, milices ou bandits qui exploitent l’absence des forces de sécurité nationales pour opérer librement ».

En conclusion, la responsable du Binuca a reconnu que la République centrafricaine a fait d’importants efforts pour étendre son autorité et fournir des services aux citoyens à travers le pays.

 

L’ONU évalue l’appui aux déplacés centrafricains

Radio Ndéké Luka Jeudi, 09 Décembre 2010 13:20

Les acteurs du système  des Nations Unies évaluent les performances de leurs activités réalisées sur les personnes déplacées en RCA depuis le 08 décembre 2010 à Bangui. Ces humanitaires envisagent au cours de cette rencontre maximiser leurs efforts  auprès des personnes vulnérables en dépit des moyens consentis pour la bonne marche de leur mission.

Il sera aussi question de renforcer les capacités de ces acteurs de protection des personnes déplacées en leur expliquant les différents concepts et approches leur permettant de bien  orienter et mener les activités de protection en faveur  des personnes déplacées.

Selon Mme Bettina  GAMBERT, chargée de protection à l’UNCHR, cette rencontre permet aux acteurs humanitaires d’évaluer  leurs  efforts  pour la période écoulée et recadrer leurs actions pour la protection des personnes déplacées  en tenant compte des préoccupations du gouvernement centrafricain.

Une quarantaine de personnes prennent part à cet atelier de recadrage de la stratégie et du plan d’action de protection pour les personnes déplacées. Il est organisé par le Haut-commissariat des Nations Unies  pour les Réfugiés en Centrafrique en coordination avec les membres du groupe de protection des différentes ONG d’actions humanitaire et des systèmes des Nations unies intervenants en Centrafrique. Les travaux de cet atelier durent 3 jours.

 

NDLR : Que fait concrètement l'ONU pour que les prochaines élections en Centrafrique soient libres, transparentes et justes lorsqu'elle laisse tout le loisir à Bozizé de violer impunément le code électoral et de se transformer en président de la commission électorale ? A défaut de débourser elle-même un financement pour le DDR, l'ONU est incapable d'obtenir de Bozizé qu'il débloque l'argent remis par la CEMAC pour  le DDR. La conséquence est que le pays court le risque d'aller quand même aux urnes alors que les nombreux rebelles qui écument les régions de provinces n'ont pas été désarmés. L'exemple malheureux et récent de la Côte d'Ivoire est pourtant là pour dissuader d'une telle éventualité.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales