Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 15:34

 

 

 

Ban Ki moon

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 24 Juin 2011 13:44

Le secrétaire général de l’ONU vient de publier, un rapport sur la RCA. Un rapport dont les conclusions et les recommandations indiquent que l’absence de l’opposition politique au sein des institutions démocratiques, depuis les élections de 2011, « nuit sérieusement au processus de réconciliation nationale en Centrafrique ».

Dans ce rapport, Ban Ki Moon félicite toutes les parties prenantes d’avoir organisé avec succès les élections présidentielle et législatives et d’avoir assuré leur déroulement dans un climat pacifique. Mais il ajoute que pour permettre le développement durable et sans exclusive de la République centrafricaine, il est essentiel que le pays se dote de solides institutions démocratiques au sein desquelles les représentants des diverses communautés, tirant parti de la richesse et de la diversité de leurs points de vue, peuvent travailler ensemble à l’édification de la nation. « L’opposition politique doit y trouver sa place et avoir la liberté de s’y exprimer pour contester la politique du Gouvernement dans le respect de la moralité et de la légalité ».

L’ONU demande déjà de tirer les enseignements des élections de 2011. Pour cela, mentionne le rapport, « il faut remédier sans délai aux irrégularités et aux faiblesses relevées par les observateurs nationaux et internationaux, et appliquer les recommandations de la Cour constitutionnelle. La création récente d’un organisme professionnel, permanent et autonome, rattaché à la Commission électorale indépendante, constitue une avancée encourageante dans ce sens ».

Le SG de l’ONU encourage les autorités à s’atteler à l’organisation des élections municipales, première étape importante dans la poursuite du processus de démocratisation, de décentralisation et de rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays. Il importe selon lui, que « le Gouvernement renforce l’état de droit et la sécurité dans toutes les régions, ce qui permettrait d’établir un environnement stable et démocratique propice au développement économique ».

Bien que le mandat du Comité de suivi ait expiré, toutes les recommandations formulées au cours du dialogue politique sans exclusive n’ont pas été mises en œuvre. Il faut que le Président Bozizé et son nouveau gouvernement « continuent de s’attacher à mettre fin aux dissensions nationales et à réunifier le pays. J’encourage le nouveau Gouvernement à hâter l’application de l’ensemble des recommandations issues du dialogue politique sans exclusive ».

Ban Ki Moon appelle une nouvelle fois le Gouvernement et les groupes politico-militaires à faire avancer le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration, en vue de rétablir la stabilité et de favoriser le relèvement de l’économie du pays. Avant de passer à un processus rigoureux de désarmement et de démobilisation, il est indispensable d’obtenir des précisions sur les ressources nécessaires à l’heureux aboutissement du processus de réintégration. En tant que partie intégrante du processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration, « la stratégie de réintégration se doit d’être infiniment crédible aux yeux des groupes politico- militaires en répondant à leurs attentes et à celles des groupes de population touchés par le conflit, en particulier ceux qui sont sous la menace de rebelles nationaux ou étrangers, de bandits, de contrebandiers et de la LRA ».

Le désarmement, la démobilisation et la réintégration doivent également être assortis et accompagnés d’une réforme profonde du secteur de la sécurité dont l’objectif est de fournir aux forces de défense et de sécurité les moyens et les compétences dont elles ont besoin pour remplir leur mission de protection de la population centrafricaine. « Cette action doit être menée indépendamment de l’appartenance ethnique et permettre de protéger le pays de la menace des rebelles nationaux et étrangers, des bandits, des contrebandiers et de la LRA ».

La culture de la corruption inquiète l’ONU. Le rapport invite le Gouvernement à  prendre d’importantes mesures pour lutter contre cette « entrave majeure au développement socioéconomique à tous les niveaux et décourage l’investissement à même de le soutenir ». Mais ce qui est encore plus important, c’est de s’attaquer rigoureusement à la culture de l’impunité, génératrice d’atteintes aux droits de l’homme.

Enfin le texte exhorte le Gouvernement centrafricain et l’Assemblée nationale à arrêter et à adopter le texte final révisé du Code de la famille, qui viendra renforcer le respect des droits des femmes. Le Gouvernement et les groupes politico-militaires à élaborer et à mettre en œuvre leur propre plan d’action pour mettre fin au recrutement et à l’emploi d’enfants soldats.

 

NDLR : Il est temps que les Nations Unies se rendent compte des conséquences du hold-up électoral de Bozizé lors des dernières élections du 23 janvier 2011. Bozizé et son KNK ont tout fait pour réinstaurer le parti unique dans le pays. L’opposition avait pourtant tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps mais personne pas même la communauté internationale n’avait voulu l’écouter. Aujourd’hui, les Nations Unies se rendent tardivement à l’évidence mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Elles doivent continuer à mettre le maximum de pression sur Bozizé qui reste désespérément autiste et sourd à tout ce qu’on lui préconise comme solution de sortie de crise. S’agissant du DPI, c’est Bozizé qui a systématiquement d’appliquer comme il se devait la feuille de route et les principales recommandations du DPI. Il a délibérément choisi de les ignorer et d’en faire à sa tête en formant un prétendu gouvernement d’union nationale à sa manière composé de personnes débauchées à gauche et à droite pour en arriver à son grossier hold-up électoral dont les fâcheuses conséquences sur le plan du recul et du déni démocratique sont aujourd’hui étalées devant le monde entier. C’est lui seul qui doit être rappelé à la raison.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales