Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 02:39

 

 

 

ecole-en-pleine-brousse-d-enfants-deplaces-centros.jpg

école en pleine brousse d'enfants centrafricains déplacés 

 

 

15 Mars 2013 - L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré aujourd'hui que la reprise des combats en République centrafricaine (RCA) menace les civils dans le sud-est du pays et compromet l'accès aux réfugiés et aux personnes déplacées à l'intérieur.

 

L'agence est «de plus en plus préoccupée par la situation", a déclaré aux journalistes à Genève Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR ). 

 

Une alliance de groupes rebelles connus collectivement comme «Seleka 'avance est vers la ville de Zémio, où 3.300 personnes ont trouvé refuge. Mardi, le groupe a pris la principale ville de Bangassou, la passerelle vers le sud-est du pays et de ravitaillement important pour les travailleurs humanitaires.

 

Le risque pour la sécurité a contraint le HCR et d'autres agences humanitaires à relocaliser temporairement certains membres du personnel à Bangui, la capitale.

 

«Même si nous avons encore du personnel en place, les services pour les réfugiés sont néanmoins réduits», dit Mme Lejeune-Kaba.

Les affrontements entre les forces Seleka et l'armée centrafricaine depuis Décembre ont sérieusement limité l'accès humanitaire à quelque 5.300 réfugiés et plus de 175.000 personnes déplacées internes (PDI). En outre, une estimation de 29.000 civils ont fui vers la République démocratique du Congo voisine (RDC), alors que 5000 ont traversé vers le Tchad.

 

La plupart des personnes déplacées que le HCR et ses partenaires ont rencontrées les deux derniers mois ont déclaré qu'elles vivent dans la peur et l'insécurité.

 

Pendant ce temps, 99 pour cent des 168 000 enfants qui allaient à l'école avant la crise ne sont plus à l'école.

 

"Plus inquiétant encore, 1 enfant sur 5 de l'école a été enrôlé de force par des groupes armés», a dit Mme Lejeune-Kaba.

 

Margaret Vogt, le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine, a prévenu plus tôt cette semaine que sans une forte réponse de la communauté internationale, il n'y a pas d'avenir pour le pays.

 

Les forces Seleka et les autorités centrafricaines ont signé un accord de cessez-le 11 Janvier avec les dispositions d'un accord de gouvernance partagée, mais les rebelles affirment que le gouvernement ne parvient pas à respecter ses engagements.

 

Source:. Http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=44390&Cr=Central%% 20African 20Republic & Cr1 = # UUMywDfk2Zt

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire