Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 02:07

 

routes-en-RCA-2.JPG

routes-en-RCA.JPG

 

camion et passagers sinistrés sur l'axe Mbaiki - Boda (photos du 11 novembre 2011)

 

La scène d’outre tombe que nous vous proposons en quelques images  illustre parfaitement les conditions de transport auxquelles sont confrontés les usagers qui sont souvent obligés, au péril de leur vie, de se jucher au-dessus des rares camions chargés de marchandises empruntant des routes ravinées et crevassées. Lorsqu’un incident comme celui -ci se produit, (voir photo) passagers et marchandises sont débarqués purement et simplement pour une durée indéterminée.

Sur l’axe Mbaiki - Boda à la hauteur du village LOBE, plus aucun véhicule ne pouvait passer ce jour là. La chaussée a été bloquée à cause d’un  gros porteur surchargé qui a failli être renversé, tant le tronçon est devenu franchement impraticable, les crevasses atteignant parfois 1m de profondeur tandis que l’érosion a lavé les rochers.

 

Pour faire « réélire » Bozizé et faire triompher le KNK dans la préfecture de la Lobaye, le pouvoir, via l’entremise du ministre Parfait Anicet MBAY, n’a pas lésiné sur les moyens et a mis les caisses du trésor national à rude épreuve. Ils ont eu recours à la politique de la carotte et du bâton. Les notables et chefs de village ont été tantôt menacés de mort, tantôt ont reçu des enveloppes de gratification. Pour la commémoration du 29 mars 2010, date anniversaire de la mort de Boganda, 94 millions de F CFA ont été sortis du trésor, contrairement à l’habitude.

 

Par la suite, la particulière de Parfait MBAY est allée décharger encore au trésor la somme de 98 millions de F CFA toujours pour leur « travail politique » dans la Lobaye. En révélant tous ces scandales, Centrafrique-Presse s’attire l’ire de Parfait MBAY qui a même cru convoquer récemment une conférence de presse pour annoncer son intention de poursuivre en justice en France Prosper N’DOUBA,  son directeur de publication, ne voyant dans les articles de C.A.P que de la diffamation et l’atteinte à son honneur.

 

Parfait MBAY feint d’ignorer qu’il est passible de passer en jugement, le moment, venu devant le tribunal du peuple centrafricain pour répondre des nombreux crimes et de la mauvaise gouvernance de ce régime de prédation sans précédent auquel il appartient sans discontinuer depuis le 15 mars 2003 et dont la fin est maintenant proche.

 

 

Rédaction C.A.P   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation