Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 01:10

 

 

Bozizé en Chine

 

 

Alors qu’il reste encore plus de 8 150 ex-combattants à démobiliser

Source : La Tribune d’Algérie 06-06-2010 latribuneonline.com Par Lyes Menacer

 

Les Centrafricains attendent toujours l’annonce d’une nouvelle date de la tenue des élections, présidentielle et législatives, qui ont été reportées en raison de la persistance du problème sécuritaire, malgré les efforts de la communauté internationale à amener plusieurs factions rebelles à déposer les armes. Initialement prévu le 25 avril, ce double scrutin a été reporté une première fois au 16 mai avant de se voir renvoyé encore une fois à une date ultérieure qui n’a toujours pas été fixée.

La Commission électorale indépendante éprouve en fait d’énormes difficultés à accomplir sa tâche à cause des groupes rebelles, à leur tête l’Armée de résistance du seigneur (LRA) qui a tué au moins 200 personnes en Centrafrique en 2008. Ce groupe, rendu responsable de plusieurs atrocités, écume l’extrême nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), l’est de la Centrafrique et le Sud-Soudan, après avoir sévi pendant des années dans le nord de l’Ouganda, selon l’AFP. «Ce qui m’inquiète beaucoup ici en ce moment, c’est le problème sécuritaire. Notre pays est traversé par de nombreuses bandes armées», déclare Jean-Jacques Demafouth, ancien ministre de la Défense passé à l’opposition, cité par l’AFP. 
«Certains mouvements politico-militaires n’ont pas encore rejoint la table des négociations» pour participer au programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-rebelles (DDR), a révélé ce chef du plus important des anciens mouvements de rébellion, l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie. Le président François Bozizé a promis mercredi dernier sur les ondes de Radio France internationale que le nouveau calendrier électoral tiendrait compte du problème sécuritaire.

Des diplomates et des militaires soulignent que des efforts sont en cours pour ramener la sécurité dans ce pays enclavé aux forts potentiels miniers, forestiers et hydrographiques mais économiquement exsangue après de multiples rébellions, mutineries militaires et coups d’Etat, a ajouté encore l’AFP. Lancé en 2009, le DDR doit permettre de démobiliser 8 151 membres de cinq ex-rébellions, selon des observateurs associés à ce processus conduit par l’Organisation des Nations unies. Ces observateurs appartiennent à la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique. En août 2009, Bangui avait affirmé que le programme durerait 36 mois. Budget requis : environ 27 millions de dollars, estimait l’ONU en décembre dernier.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique