Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 01:52

 

boz

 

Voilà plusieurs semaines que les rumeurs les plus folles courent sur le sort du président BOZIZE. On le dit malade voire déjà mort. Cela devient insupportable. Même des sites web étrangers comme celui de l’opposition tchadienne tchadactuel.com souvent assez bien informé sur l’entourage du président Idriss DEBY dont on connaît suffisamment l’implication en Centrafrique et en particulier l’influence sur BOZIZE, contribue aussi à la diffusion de ces rumeurs.

Le président centrafricain semble comme éprouver lui-même un malin plaisir à alimenter ces rumeurs et entretenir le doute sur son sort alors que toutes ces rumeurs sur sa mort, chose impensable, ne semblent pas émouvoir ni affecter outre mesure les Centrafricains dont la seule préoccupation est que sa succession ne se réduise pas à une guéguerre redoutée entre Sylvain NDOUTINGAÏ et son fils Francis BOZIZE par leur milices entreposées.  

Ces temps derniers en effet, ses apparitions publiques sont extrêmement rares. Le nombre des conseils de ministres qu’il a présidés s’est singulièrement réduit et débutent aux environs de 18 heures pour s’achever vers 23 heures ou minuit, créneau horaire qui correspond à sa disponibilité physique qu’il impose aux autres membres du gouvernement dont certains rapportent qu’il lui arrive souvent de piquer du nez en pleine séance et de se réveiller en sursaut.  

Une chose est certaine. BOZIZE est réellement malade même s’il ne veut pas l’admettre et ne mène pas une vie normale d’un chef d’Etat en pleine capacité de ses moyens, notamment ces temps derniers. Il n’est pas rare qu’il puisse disparaître trois ou quatre jours dans la semaine sans qu’on soit à même de le localiser, son très proche entourage excepté.

Généralement, il se retranche dans son village vers Bossangoa où parfois dans sa ferme non loin de la capitale aux environs de Bossembélé pour se livrer à des activités mystiques et souvent irrationnelles, voire peut-être pour se faire soigner qui sait ? Il est déjà arrivé que certains de ses pairs chefs d’Etat aient cherché vainement à le joindre au téléphone pendant ces mystérieuses absences, rapportent des personnes qui lui sont proches.

Dès lors, cela laisse la porte grande ouverte aux suppositions et spéculations de toutes sortes. Pendant ce temps malheureusement, le pays n’est pas géré s’agissant des grandes difficultés qui l’assaillent et qui ont pour noms insécurité chronique, famine et malnutrition endémiques, eau potable et courant électrique, plusieurs ponts cassés dans la capitale qui ne sont pas réparés etc…Seule la diffusion par la radio nationale de plusieurs décrets présidentiels accordant des grades militaires à quelques soldats qui donne vaguement l’impression à la population que le président est bien là aux commandes.

On ne l’a pas vu à l’aéroport aux côtés des autres généraux pour accueillir la dépouille du chef d’Etat-Major des FACA, le général André MAZI, qui a été dernièrement rapatriée du Gabon où le pauvre avait rendu l’âme. C’est très discrètement qu’il a quitté Bangui peu après l’arrivée du corps du général MAZI pour prendre part à une réunion de sa loge franc-maçonnique à Brazzaville vendredi et samedi derniers.

Le pays est pourtant bloqué à tout point de vue et il n’y a aucun espoir de conclure à court terme un programme quelconque avec les institutions de Bretton Woods en raison de nombreux et graves dérapages sur ses finances publiques estimés à environ 49 milliards de F CFA.  Le versement des salaires aux agents de l’Etat commence à être de plus en plus laborieux et BOZIZE a déjà recommencé à tendre la main de mendiant à certains chefs d’Etat de la sous-région. Après avoir sollicité son homologue du Tchad, on lui prête l’intention de se rendre dans les prochains jours chez celui de Malabo. Une éternelle répétition en quelque sorte…jusqu’à quand ?

Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique