Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 00:28

 

 

 

 

 

Bozize--Deby.jpg

 


Ces derniers temps, le centrafricain lambda ne manque pas de se demander si le Tchad n’est pas purement et simplement entré en guerre contre la RCA au regard des agissements barbares des militaires tchadiens sur territoire centrafricain, tuant sans vergogne des gendarmes et militaires centrafricains et même pointant des armes sur certaines autorités provinciales centrafricaines du Nord sans que Bozizé ne puisse lever le petit doigt contre ces tueries. Tout se passe en ce moment comme si la République centrafricaine n’existait plus.


Selon une source proche de la garde de Bozizé, il y a quelques semaines de cela, un acte incroyable mais vrai se serait produit à la résidence bozizéenne de Sassara. D’après cette source, A plusieurs reprises, Idriss Déby aurait attiré l’attention de Bozizé sur la porosité des frontières entre les deux pays ainsi que du faible niveau de sécurité sur le territoire centrafricain qui pourrait occasionné sa chute un de ces quatre matins.


Mais Bozizé lui, paraissait assez sûr de lui et être en mesure de contrôler la situation. C’est alors quelque temps après, pour lui prouver le contraire de ces affirmations, Idriss Déby aurait expédié trois véhicules bâchés contenant des armes sans pour autant en informer Bozizé.


Surprise ! Le convoi, sécurisé par des militaires tchadiens, franchit aisément toutes les barrières de Sido à Bangui jusqu’à Sassara sans le moindre contrôle. Une fois les commissionnaires entrés dans le logis même de Bozizé, ceux-ci auraient appelé Déby en personne pour lui confirmer être arrivés à destination sans encombres. Ce dernier à son tour aurait appelé Bozizé alors que celui-ci se rendait à une cérémonie à l’Assemblée nationale, pour lui demander de rentrer vite chez lui recevoir le « colis » qu’il lui a envoyé.


Bozizé aurait abandonné la cérémonie pour revenir en trombe à Sassara où il a vu les trois véhicules. En enlevant la bâche du premier véhicule, il découvre en effet une cargaison d’armes. Du coup, il aurait fait arrêter tous les chefs des détachements militaires sur les barrières soi-disant de sécurité ce jour-là. Ce serait donc ainsi qu’il aurait piqué une colère et décréter le démantèlement de toutes les barrières « inutiles ».


Rédaction CAP

 

 

 

 

 

Birao tension entre les contingents centrafricain, tchadien et soudanais


RFI  vendredi 16 novembre 2012

 

A Birao, la tension est montée entre les contingents centrafricain, tchadien et soudanais chargés de sécuriser cette région des trois frontières au nord-est de la République centrafricaine. Mercredi soir, un soldat tchadien qui rentrait à la base a été touché par un tir et a été blessé à la jambe. L'incident a provoqué, ce jeudi 15 novembre, une bataille rangée qui s'est soldée par quatre morts dans les rangs des Forces armées centrafricaines (Faca), deux soldats blessés dans les rangs tchadiens et un autre côté soudanais.

 

C'est au lendemain de l'incident du 14 novembre que la confrontation s'est produite à l'intérieur de la base. Il est difficile de dire qui a commencé à tirer. Sont-ce les militaires tchadiens rendus furieux par l'agression de l'un des leurs ? Les Tchadiens ont-ils soupconné que leur compatriote avait été blessé par un soldat centrafricain ?

 

Certaines sources locales rappellent qu'en juillet dernier, un soldat tchadien avait été tué par des militaires centrafricains lors d'une beuverie qui avait mal tourné. Les Tchadiens ont-ils cherché hier à se venger ? Seule certitude, des tirs nourris et de tous calibres ont résonné pendant une partie de la matinée à l'intérieur de la base militaire.

 

Manifestement, les trois officiers à la tête des contingents centrafricain, tchadien et soudanais ont eu bien du mal à maîtriser leurs troupes. Les autorités locales, notamment le préfet, se sont rendues sur place pour tenter de calmer le jeu.

 

Depuis, les trois contingents sont retranchés dans leur coin. L'affaire a, en tout cas, provoqué un moment de panique à Birao. Des Chinois qui prospectent le pétrole dans la zone sont venus se mettre à l'abri à la préfecture. Une délégation d'une dizaine de responsables parmi laquelle le chef d'état-major centrafricain et l'attaché militaire tchadien à Bangui est attendue aujourd'hui à Birao.

 

 

 

NDLR : Faudrait-il s'étonner si ces Chinois plient aussi bagages d'ici comme AREVA de Bakouma ? Tant que la sécurité ne règnera pas sur la totalité du territoire centrafricain et aux frontières du pays, les gesticulations minières de Bozizé seront vaines et ne resteront que des leurres. Le message de l'Association des Français de Centrafrique ci-dessous en dit long sur le climat d'insécurité qui règne en RCA aujourd'hui.

 

 

 

 

 

Cher(e)s Français et Européenne,

 

L'ambassade de France recommande à ses ressortissants établis en ce moment en Centrafrique, d'éviter d'emprunter l'axe Damara-Sibut pour des raisons de sécurité.

 

Association des Français de Centrafrique ( AFC )

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers