Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 00:59

 

 

 

justice (balance)

 

Rebondissement dans l’affaire que nous avons précédemment relatée dans nos colonnes. Nous vous annoncions les travers de la justice à travers les micmacs du propriétaire de Renault Scar, société de distribution de voitures, ayant décidé de faire main basse sur toutes les richesses du pays. Nous apprenons qu’il est désormais propriétaire de l’hôtel Oubangui, anciennement Safari Hotel, en brandissant ses relations avec Bozizé.


Il a décidé de récupérer sans bourse déliée la société SCD. Constatant que toutes les voies de droit sont épuisées, en dehors d’un recours auprès de la Cour de Justice d’Abidjan, la dernière trouvaille de Fadoul, c’est de brandir que les fonds qui ont été prêtés à la société SCD sont d’origine douteuse.  Très rapidement, le Procureur de la République, le très serviable Alain Tolmo, celui qui tremble devant les truands de tout bord, est mis à contribution.


Nous vous mettons en copie un message porté du Directeur des Affaires de Pénale et de Grâce, supérieur hiérarchique de Tolmo et Patron du Parquet, qui ordonne tout simplement à ce Tolmo l’exécution de la décision de justice.


Mais coup de théâtre, faisant fi de cet ordre, Tolmo envoie à son tour un message porté à Apatio, Huissier de Justice pour lui demander de suspendre l’exécution de la décision. Tout cela le même jour.

Selon des indiscrétions, Fadoul et sa bande seraient rendus au Ministère de la justice menacer le Directeur des Affaires de Grâces Pénales, avec la complicité de Maître Opalegna, celui qui était chargé d’espionner sous Patassé.


Le Ministre de la Justice lui-même aurait ordonné au même Directeur d’annuler son message porté et de violer la loi. A titre de rappel, le Ministre de la Justice était Vice-Président de la Cour Commune Il est Chargé de la Moralisation.


Donc désormais, le Ministre est dans le coup.


En fait, en guise d’enquête sur des prétendues fonds mafieux, renseignement pris, ceux qui sont sensés portés l’accusation de blanchiment d’argent sont les 3 Avocats de la partie adverse, Maitres Tengue, Opalegna et Nana. Alors qu’ils sont sensés allés déposer leurs preuves, personne ne s’est présenté à la brigade territoriale, à la grande colère de l’enquêteur qui s’impatiente. Maitre Nana, interrogée, a fui, en disant qu’elle ne connait rien de tout ça et n’a rien à y voir. C’est tout à son honneur. En dehors de l’espion Opalegna, Tengue est un récidiviste ayant préalablement été chassé de la banque CBCA pour malversation financière, avant d’échouer au barreau de Bangui. A se demander si l’organisation mafieuse ce n’est pas eux.


Les partenaires au développement, qui luttent pour l’indépendance de la justice et la transparence doivent se saisir de cette histoire.


En tous les cas, seule une décision de justice contraire peut empêcher l’exécution de cette décision. 

Affaire à suivre.


La rédaction

 


 

NDLR : Ci-dessous, voici les fac simile des messages portés, le premier émanant du Directeur des affaires pénales et des grâces de la Chancellerie vis à vis de qui le Procureur de la République manifestement manipulé et instrumentalisé, (voir second message porté), entre ouvertement en guerre en demandant qu'il soit sursis à ses ordres. Du jamais vu ! Où sommes-nous dans cette République centrafricaine de la bozizie ?

 


 


Message-porte-Paguindji-Said.JPGMessage-porte-Paguindji-Said.-2-JPG.JPG

 

 

Message-porte-Tolmo.JPGMessage-porte-Tolmo.2-JPG.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société