Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 18:10

 

 

chercheur-de-diamant--nola.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 25 Février 2011 13:56

 

Depuis une semaine, c’est l’effervescence à Nola (ouest de la RCA). Depuis qu’un jeune homme a découvert une pépite de diamant en plein centre-ville, c’est la ruée sur le site et un chantier d’exploitation de diamant est désormais ouvert et opérationnel. Une information confirmée ce vendredi 25 février 2011, par le correspondant de Radio Ndeke Luka à Nola.

 

Les autorités pour leur part veulent appliquer les dispositions du code minier centrafricain, en son article 90. Elles entendent interdire cette mine à ciel ouvert, qui plus est, au milieu de la ville, pour éviter « des troubles à l’ordre public ». Du coup, ce sont les artisans miniers qui s’insurgent de leur côté et brandissent l’inactivité que cela entrainerait ainsi que les conséquences pour leur survie quotidien. L’appât du gain est plus fort. Mais comment accepter que la ville soit perturbée par un chantier où l’on creuse et où on amoncelle du sable sans se soucier de l’environnement et des risques de pollution. Sans compter qu’une mine de diamant attire toujours une faune interlope.

 

La ville de Nola est par excellence une zone diamantifère. Les populations préfèrent s’adonner à la recherche du précieux minerai et ont abandonné l’agriculture jugée moins rentable. Cette situation a provoqué au cours des derniers mois la résurgence de la malnutrition des enfants dans la région. Les centres de santé ont compté de nombreux décès dans cette tranche vulnérable de la population.

 


 

Les commerçants de Bria contre la hausse des impôts

 

Vendredi,25 Février 2011 14:06 

 

Les opérateurs économiques de Bria (est du pays) s’insurgent ce vendredi 25 février 2011, contre la loi de finances 2011 qui a revu à la hausse les impôts et taxes à payer. Ils accusent le ministère du budget de n’avoir jamais organisé une campagne préalable de sensibilisation sur cette loi désormais en vigueur. Celle-ci fixe le montant annuel des impôts à payer par les commerçants, à 12% du chiffre d’affaires. Pour tous les concernés, ce mode de calcul décidé sans concertation préalable revient à doubler le montant des sommes naguère payées.

 

Plusieurs commerçants de Bria interrogés par le correspondant de Radio Ndeke Luka, expliquent que « les conditions sécuritaires dans cette ville ne favorisent pas la mise en route de ces nouvelles dispositions financières ». Déjà que selon eux, les affaires ne marchent plus et ils enregistrent « une baisse croissante des chiffres d’affaires ».

 

La région de Bria a toujours été secouée par de récurrentes attaques rebelles de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) de Charles Massi et ceux de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de l’ougandais Joseph Koni.

 

Ces attaques ont provoqué un afflux massif des populations périphériques vers le centre-ville. Ceci occasionne une montée de chômage et la hausse du prix des denrées alimentaires.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation