Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 15:36

 

 

 

vote d'une femme en Afrique

 

 

« Justice et Paix » invite à la vigilance face aux politiciens

Radio Ndéké Luka Mercredi, 06 Juillet 2011 12:58

La plus grave entrave à la gestion correcte du processus électoral a été l’inobservation des dispositions du code électoral par les acteurs du processus. C’est le constat fait par la commission épiscopale « Justice et Paix » de Centrafrique. Le bureau national de cette structure de l’Eglise catholique a publié une déclaration à propos du processus électoral. Elle est datée du 30 juin 2011.

Les autres entraves dénoncées par « Justice et Paix », sont le fait d’avoir utilisé la carte d’électeur pour en faire des récépissés sans la procédure de contrôle prévu par le code électoral. Et aussi le fait de ne pas délivrer de vraies cartes d’électeur, « ce qui a pu engendrer des fraudes et toute la somme d’irrégularités déjà dénoncées ».

La Commission « Justice et Paix » déplore que « le grand absent de ce processus était la politique, comme désir et projet de société. Les idées et les propositions qui visaient à montrer un projet de société étaient marchandise très rare ».

La déclaration fait remarquer qu’il y a eu « dans plusieurs localités des tentatives de fraudes pour changer les résultats de la volonté populaire et faire élire des députés de quelque bord bien identifiés ». Mais elle se réjouit du fait que « certaines tentatives de fraudes n’ont pas abouti grâce à la vigilance des populations ». Elle note aussi avec satisfaction que la Cour constitutionnelle a annulé et redressé une grande quantité de proclamations des députés faites par le CEI (commission électorale indépendante).

Cette déclaration de la Commission « Justice et Paix » s’achève par plusieurs recommandations. Par exemple, la mise en place d’un organe permanent de gestion des élections et un toilettage objectif du code, la constitution d’une liste électorale informatisée, la pleine indépendance des organes de juridiction, enfin la vigilance du peuple vis-à-vis des politiciens.

En conclusion, écrit « Justice et Paix », « les élections parfaites existent seulement dans les rêves de ceux qui y croient mais la Commission espère que le peuple centrafricain aura droit, à l’avenir, à des élections transparentes, honnêtes et fiables ».

La commission avait déployé 514 observateurs pendant les élections 2011 en Centrafrique.

 

NDLR : Il est regrettable que l'épiscopat ne soit pas allé plus loin dans ses conclusions au sujet de ces élections qui ont fait la honte du pays et n'étaient qu'une véritable parodie comme il en a fait lui même l'amer constat. Le clergé catholique centrafricain a pourtant payé un lourd tribut pour l'arrivée au pouvoir de Bozizé. Aujourd'hui encore, il continue d'être victime de la situation d'insécurité généralisée dans le pays que Bozizé est incapable d'enrayer. Mgr Edouard Mathos, le président de la conférence épiscopale de Centrafrique vient encore d'en faire les frais. Le clergé centrafricain doit donc s'impliquer davantage dans la recherche des vraies solutions de sortie de crise et éviter de dénoncer et condamner d'une manière générale ce qu'il apelle les "politiciens" en terme générique.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique