Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 00:06

 

 

 

 

dans l jungle

 

 

Radio Ndéké Luka Dimanche, 23 Septembre 2012 13:01


Un véritable calvaire pour les usagers de l’axe Yamando-Nola (ouest) long de 50 kms. Plus de 40 véhicules dont les gros porteurs sont bloqués depuis une semaine à côté du pont Mangala à Yamando.


Et pour cause ? Un trou d’une profondeur de 2 mètres et demi de long et 2 mètres de large a sectionné la voie en 2. Il s’agit d’une dégradation causée par une forte érosion provoquée par les dernières pluies abattues dans la zone. Du coup, aucun véhicule ou encore des personnes ne peuvent circuler librement.


Le correspondant de Radio Ndeke Luka a indiqué ce 23 septembre 2012, que seuls les conducteurs des taxis motos assurent la navette pour soulager la population. Les plaintes fusent de partout. Les habitants redoutent déjà d’une montée des prix de produits de première nécessité.


Pour Aboulaye Mahamath, responsable des transporteurs de Nola, « cette situation a porté un coup dur au secteur économique. D’ailleurs, toutes les informations fournies aux autorités centrafricaines relatives à la dégradation de ce tronçon sont restées lettres mortes ».


Par ailleurs, les riverains de l’axe Kaga Bandoro - Sibut (nord) ont été recrutés dans le projet de réhabilitation manuelle de cette voie très dégradée. C’est un projet lancé le 10 septembre dernier par l’Office National des Matériels (ONM) sous l’égide du projet du Pôle de développement. Les activités ont consisté à dégager les chaussées, évacuer les caniveaux, boucher les nids de poule et couper les arbustes.


Les ouvriers travaillent 7 jours et perçoivent un salaire de 27 000 francs CFA. Une somme de 4 000 F représentant une prime de rendement leur est aussi octroyée en fonction des tâches accomplies, a expliqué le  correspondant de Radio Nadeke Luka.


Toutefois, les travailleurs ont dénoncé un recrutement sans contrat ni formation et un manque criard de matériels de travail.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers