Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 12:42


JJDemafouth

COMMUNIQUE DE PRESSE


Le Haut Conseil du Commandement de l’Armée Populaire pour la Restauration de la République et de la Démocratie « APRD » réunit en session extraordinaire les 23 et 24 février 2010, COMMUNIQUE ce qui suit :

 

Alors que le programme du DDR suit son cours, le Haut Conseil du Commandement de l’APRD constate depuis une semaine le déclenchement d’une campagne de dénigrement à l’endroit de monsieur Jean-Jacques DEMAFOUTH, Président de l’APRD.


Cette campagne de dénigrement fait suite à l’échec de la mission du Comité de Pilotage à Kaga Bandoro au début de ce mois de février 2010.


Cette mission avait 4 objectifs :

 

1) La mise en place des comités locaux du programme DDR


2) Le paiement d’une prime globale d’alimentation fournie par le gouvernement


3) Le lancement d’une campagne de sensibilisation à l’endroit des combattants et des autres groupes cibles.


4) La présentation et l’installation des observateurs militaires de la CEEAC chargé de procéder à la vérification des listes des combattants, étape importante avant de procéder au cantonnement et au désarmement.


Que s’est-il passé exactement à Kaga Bandoro ?


Lors du déroulement de cette mission l’APRD a pu constater que :


- le lendemain de l’arrivée de la mission, le conseiller à la Présidence de la République, monsieur MBANGO, normalement co-président, avec monsieur DEMAFOUTH de cette mission, a convoqué une réunion regroupant les membres de la mission et les autorités locales, en tenant a l’écart le Président de l’APRD, pourtant vice Président du Comite de Pilotage ; ce ne sera que deux heures après le début de cette réunion que le Président de l’APRD sera appelé, au moment même ou le Colonel LAKOYE faisait son entrée dans Kaga Bandoro ;

- lors de la première réunion tenue avec le Colonel LAKOYE, les autorités locales avaient déjà constitué le COMITE LOCAL du DDR, sans la participation de l’APRD, en violation des Termes de Référence des Comites Locaux, et qu’il était alors simplement demande a l’APRD de communiquer le nom de ses représentants ;


Suite aux réserves émises par l’APRD, un consensus sera trouvé et le Comite Local sera mis en place lors d’une réunion tenue a l’Inspection Académique en présence des notables lors de cette réunion, alors que les discussions se poursuivaient sur le deuxième point concernant la formation des membres des Comites Locaux, le Préfet de la Nana Gribizi a invite le Colonel LAKOYE et ses Officiers a le suivre dans son bureau pour une information, le Préfet était assisté de colonels LEPPA et KOGBIA des FACA, ceci, une nouvelle fois, en tenant a l’écart le Président de l’APRD ;


Lors de cette entrevue, le Préfet informera le Colonel LAKOYE que le Chef de l’Etat lui avait donné l’instruction de venir payer les PGA directement aux combattants en précisant expressément que le Colonel LAKOYE et son adjoint n’étaient pas concernes par cette remise et que seuls les Commandants de Site de regroupement et les hommes de rang étaient concernes. Le Colonel LAKOYE a alors déclaré qu’il n’avait plus rien à faire dans ce Bureau. Chaque Commandant de Zone a alors pris la parole pour marquer son étonnement sur la méthode et dire que tout paiement devait passer obligatoirement par leur hiérarchie, ils ont également indiqué qu’il n’était pas acceptable que tous les Hommes (Officiers, Sous Officiers et hommes de rang perçoivent tous le même montant et ont fait remarquer que deux de leurs bases situées près de Bouca et de Kabo avaient été rattachées au Préfet de l’Ouham alors que suivant l’Organisation de l’APRD celles-ci dépendent de Kaga Bandoro

Suite à ce blocage des tentatives de compromis ont été recherchées par le Président de l’APRD et par certains membres de la mission mais en vain, le Conseiller MBANGO s’est montre intraitable sur la question du paiement des PGA et a proféré des menaces directes à l’endroit de certains membres de la mission.


C’est ainsi qu’après deux jours de tentatives sans aucun résultat sur ce point, la mission est retournée sur Bangui.

 

Suite au retour de la mission, le Comite de pilotage s’est attelé a trouver une solution et a pratiquement abouti lorsque, a notre grande surprise, le Chef de l’Etat a entamé une campagne de dénigrement du Président de l’APRD à Kaga Bandoro et à Paoua, campagne relayée par les Medias d’Etat.


Nous nous posons la question de savoir est ce vraiment notre prise de position à Kaga Bandoro qui a nécessité tout ce brouhaha à l’endroit du Président DEMAFOUTH ?


Pourquoi ne pas s’attaquer directement à nous puisque c’est nous qui avons refusé la procédure de paiement proposée. Le Président DEMAFOUTH a au contraire essayé de nous persuader d’assouplir nos positions et c’est ce que nous avons fait. Mais pourquoi un tel acharnement ?


Nous rappelons à l’opinion nationale et internationale que c’est nous qui avons choisi monsieur Jean-Jacques DEMAFOUTH Avocat à la Cour de Paris pour présider notre mouvement et de nous conduire à la paix pour le meilleur devenir du peuple centrafricain. Dès sa désignation il a utilisé ses relations pour créer les conditions de notre participation au processus de paix dans notre pays. Il a conduit avec dignité et professionnalisme les négociations de Libreville ayant abouti aux différents accords. Il a participé au dialogue politique inclusif et a marqué d’une encre indélébile le nom de l’APRD dans l’histoire politique de notre pays. Malgré notre refus, il nous a convaincu de participer au gouvernement issu du DPI. Il a accepté de laisser son cabinet à Paris pour venir à Bangui nous représenter au Comité de Pilotage et vivre dans des conditions difficiles. Car contrairement à ce que dit le Président de la République, le Président de l’APRD vit à Bangui dans le camp de la FOMAC dans des conditions de sobriété d’un camp militaire loin du luxe ostentatoire que l’on tente de faire croire. Le Président de l’APRD n’est ni logé par le Gouvernement ni véhiculé par la Présidence de la République. Le Président semble oublier le succès de la première campagne de sensibilisation et la levée des barrières. Nous informons son Excellence Monsieur le Président de la République que le Président de notre mouvement rends compte régulièrement de ses activités et nous pouvons dire ceci :

« Jamais monsieur le Président de la République ne lui a remis une somme de 340.000.000 Fcfa pour le paiement de notre PGA. Nous savons que pour la première campagne de sensibilisation, le Gouvernement a mis sur un compte à la CBCA une somme d’environ 290.000.000 pour cette campagne. Pour le décaissement il a fallu la signature du Ministre d’Etat GONDA, du Président DEMAFOUTH, et du Conseiller MBANGOT. Le Ministre d’Etat Gonda a nommé un comptable chargé de la gestion de ces fonds. En ce qui concerne notre Président il a cogéré avec le Ministre d’Etat la somme de 60.000.000 qui est la partie qui concerne la prise en charge alimentaire des mouvements qui avaient présenté la listes de leurs combattants et dont les sites avaient été visités. Il s’agit de l’APRD, l’UFDR et du FDPC exclusivement pendant la période de campagne de sensibilisation.


Nous rappelons qu’en ce qui nous concerne, que nous avons reçu au cours de cette première campagne des fonds en deux phases. Une première phase lors de la tournée des mains de notre président en présence du Ministre d’Etat à Ngaoundaye, Paoua et Kaga Bandoro et les décharges existent. Ensuite la seconde phase a été effectuée par le Président de l’APRD en présence de monsieur le sous-préfet de Paoua dans le camp de la FOMAC et à Kaga Déré en présence de monsieur le Préfet de la Nana Gribizi et les décharges existent. Nous avons que l’UFDR et le FDPC ont reçu de cette manière leur part et les décharges existent aussi.

Pourquoi essayer de jeter l’opprobre sur quelqu’un qui ne vous a jamais fais du mal. Bien au contraire c’est grâce à sa signature qu’aujourd’hui l’opinion nationale et internationale sait que la paix est revenue dans notre pays.


L’APRD  :


Considérant l’importance que le DDR revêt pour la Consolidation de la paix dans notre Pays ;

Consciente que cette campagne de dénigrement basée sur des fausses informations n’a d’autre but que de chercher a nous diviser et a nous détourner de l’essentiel qui reste la réussite du DDR et l’instauration d’une Paix durable dans le Pays.


REAFFIRME son engagement dans le processus de consolidation de la Paix ;


REAFFIRME sa confiance en son Président Jean-Jacques DEMAFOUTH, Président qu’elle a librement choisi et dont elle a pu mesurer les efforts accomplis depuis la signature des Accords de Paix et l’engagement du processus DDR ;


PRIE INSTAMMENT tous les acteurs du DDR, nationaux et internationaux de poursuivre les efforts accomplis pour la Paix et les assure de toute la collaboration et la détermination de l’APRD à réussir ce programme du DDR cher à son Président.


INFORME la communauté internationale et nationale que des menaces d’atteinte à la vie de notre Président Jean-Jacques DEMAFOUTH ont été proférées et que nous rendons responsables les autorités centrafricaines de tout ce qui pourra lui arriver. Nous exigeons la présence de notre Président au moment du paiement de la PGA car nous devons aussi dire exactement au peuple Centrafricain ce que nous avons perçu. Car on voudrait nous faire payer avec des miettes et dire demain que nous avons reçu gros.


ATTIRE fermement l’attention de Messieurs les préfets qui tentent par des manoeuvres dilatoires de contacter des officiers de l’APRD sous le couvert d’appartenance ethnique ou autre, que ces actions sont vaines et ne diviserons pas l’APRD. Bien au contraire elles freinent le processus DDR avec les conséquences désastreuses pour notre pays et démontrent le mépris vis-à-vis de notre hiérarchie.


DEMEURE confiant dans la volonté du Chef de l’Etat et de son Gouvernement de conduire notre pays dans la voie de la Paix, dans la concertation permanente et lui assure son soutien à cet effet.


Fait à Paoua le 25 Février 2010


Le Haut Conseil du Commandement de l’APRD


Le Colonel TCHEBO Henri alias WAFIO

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique