Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 04:07

 

 

 

David Gbanga heureux au banquet

 

 

Bangui, 8 mars 2013 (CAP) - L’affaire de l’interdiction faite au ministre de la communication Christophe GAZAM BETTY par les soldats de la GP à l’entrée de la maison de Radio Centrafrique est en train de prendre de l’ampleur et de revenir comme un boomerang à la figure de ceux-là mêmes qui ont orchestré cette opération de règlement de compte. Aux dernières nouvelles, le gouvernement serait mobilisé derrière le ministre concerné.  


Selon nos informations, le directeur général de Radio Centrafrique, le retraité et ex-DVA, David GBANGA répand et dit à qui veut bien l’entendre depuis que l’étau se resserre autour de lui, qu’il aurait pris sur lui d’interdire l’accès de la radio à son ministre qui lui aurait dit sait-on à quel moment, « qu’il allait faire pilonner la radio ». Il s’agit là d’une déclaration gravissime qui relèverait d’une procédure pénale à son encontre outre les enquêtes déjà en cours sur lui pour diverses malversations et détournement en bande organisée des crédits de la radio. Tout porte à croire que le retraité encore en fonction, David GBANGA et ses amis imposteurs Javan Papa ZAMA et Abakar PIKO, n’ont pas mesuré la gravité de leur manipulation du capitaine MBEA de la garde présidentielle.


Par ailleurs, on apprend d’une source digne de foi que dans le cadre du recensement des ex-combattants Séléka en cours, afin de ponctionner le maximum en prime globale d’alimentation (PGA) les chefs militaires, ont donné en désordre des galons de colonel et autres grades d’officiers supérieurs au gros de la troupe des combattants et pour le reste on ne compte plus les généraux en tout genre. Cela demande beaucoup de vigilance et une certaine dextérité de la part des experts militaires de la FOMAC pour déminer ce marché lucratif qu’est devenue la rébellion en Centrafrique et son corolaire le DDR qui risque de dériver vers une distribution de subsides à tous les bandits et brigands de certains pays voisins de la sous-région aspirés par la rébellion de Séléka.  


En lieu et place du Médiateur il faudra mettre les officiers FOMAC en charge de la sécurité des personnalités et des personnes vulnérables en liaison naturellement avec le Général Noel ESSONGO, Représentant du Haut Médiateur le Président congolais Denis SASSOU NGUESSO, qui est enfin de retour à Bangui ce jeudi selon nos informations et qui doit s’impliquer fortement pour résoudre les problèmes que BOZIZE crée presque tous les jours dans son refus d’appliquer les Accords de Libreville, à commencer par son coup de force du gouvernement du 3 février dernier.


Des informations font encore état de la mise à sac de la ville de Mobaye par les bandits tchadiens recrutés par Nourredine Adam

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches