Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 21:27

 

 

 

 

  JEG Koyambounou

 

 

Vendredi, 08 Juin 2012 15:05

L’ancien Premier ministre centrafricain Jean-Edouard Koyambonou et sa petite fille âgée de 13 ans ont été arrêtés le 7 juin 2012  à l’aéroport Bangui M’Poko par la police de l’air et des frontières. Ce leader politique de l’opposition a accompagné sa petite fille en partance vers la France.

Le premier vice-Président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC)  aurait tenté de faire voyager sa fille avec un faux passeport. Mais les services de sécurité  de l’aéroport ont pu déceler que le passeport était faux. C’est ainsi que  la mineure et  l’ancien Premier ministre ont été sans tarder remis à la justice centrafricaine.

Le commissaire de la police aéroportuaire, Marius Moedamsé, explique à Radio Ndeke Luka que « quand nous traitons le vol Air-France ce matin 7juin, un gars de  SICAS nous a apporté un passeport français qui répond au nom d’Eulalie Julie Alice Conjugo. Or, la petite fille qui compte se rendre en France avec  ce passeport n’est pas véritablement la propriétaire légale dudit passeport. Donc nous avons vite saisis la hiérarchie et nous les avons arrêtés pour des poursuites judiciaires ».

Pour ce qui est des motifs du forfait, le Procureur de la République, Alain Tolmon indique qu’il s’agit de « de faux et usage de faux, complicité de faux usage de faux et de recèl de faux et usage de faux ».

A ces chefs d’accusations, l’ancien Premier ministre est tenu de répondre devant la justice. Toutefois, une enquête a été ouverte  et l’affaire est entre les mains du Procureur de la République.

Ce dernier  a décidé d’apporter  toute la lumière sur ce délit dont-il a déjà eu une première concertation avec les accusés : «  en tant que Directeur de la police judiciaire, j’ai été avisé. Sur la base des premiers éléments, j’ai reçu l’accompagnateur de la mineure à savoir l’ancien Premier ministre Jean Edouard Koyambonou ainsi que le fils de ce dernier qui  sont mis à la Section de Recherche et d’investigations pour élucider les circonstances exactes de l’établissement de ce document supposé faux. ». La petite fille et ceux qui l’ont accompagnée à l’aéroport sont retenus depuis hier à la Brigade des Investigations et des Recherches (SRI) pour des nécessités d’enquêtes les concernant.

Pour rappel, Gabriel Jean Edouard Koyambonou est l’une des grandes figures de l’Opposition politique centrafricaine et fervent membre du bureau politique du MLPC. L’arrestation de ce baobab du MLPC pour des faits qui lui sont reprochés pourrait certainement discréditer l’éthique morale du parti dont il est membre important.

 

 

NDLR : S’il est établi que Koyambounou a commis un délit, la justice doit passer mais le MLPC en tant que parti n’a rien à voir avec la responsabilité individuelle de chacun de ses membres, quel que soit le rang que ceux-ci peuvent occuper au Bureau Politique de ce parti. C'est de bonne guerre trop facile pour le régime en place de faire l'amalgame entre Koyambounou et le MLPC qui ne peut être réduit à lui seul.

Par ailleurs, la présomption d’innocence existe en droit et jusqu’à plus ample informé, sa culpabilité directe dans cette affaire n’est pas encore prouvée. En revanche, ce qui est totalement inadmissible est le lynchage en règle dont il a fait l’objet dans la chronique journalière de dénigrement du griot boziziste "Yé so é lingbi ti hinga" sur les antennes de la radio censée être nationale entre 12h20 à 12h40 heure de Bangui ce jour par le tristement célèbre Séverin Vélé Faïmindi.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers