Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 01:00

 

 

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

. Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine Contact: 70 90 92 78/ 75 20 49 36 – internewsrca@gmail.com

 http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

Bangui, 16 Février 2012

Kaga-Bandoro : La traque des éléments de Baba-Laddé se poursuit

Baba-Ladde1

 

Un élément des Forces armées centrafricaines (FACA) a été tué et deux de la gendarmerie ont été blessés dans un affrontement avec les éléments rescapés du chef rebelle tchadien Baba-Laddé, lundi dernier dans la comme de Grévaï, a expliqué une source proche de la gendarmerie de Kaga-Bandoro joint par téléphoner par le RJDH ce matin.

L’affrontement a eu lieu au village Kota-Gombé dans la commune de Grévaï à 35 Km de Kaga-Bandoro. Suite à cet événement, une partie de la population de la commune s’est déplacée vers Kaga-Bandoro à cause des armes qui crépitent presque tous les jours.

Selon les informations, des soldats centrafricains venus de Ndélé et ceux basés à 10 Km de la ville de Kaga-Bandoro ainsi que ceux venus de Bangui continuent de traquer les quelques rares éléments de Baba-Laddé, en vue de mettre définitivement hors d’état de nuire le FPR.

Selon notre source, afin de mieux identifier les rebelles et les habitants des villages concernés, et pour la sécurité de la population civile aussi, il a été conseillé aux habitants des villages de la commune de Grévaï de quitter provisoirement et laisser le terrain aux Forces de défense et de sécurité pour des opérations.

Cette situation a fait augmenter le nombre des déplacés dans les autres villages voisins ainsi que dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais ces déplacés ne sont pas encore recensés.

 

Damara : 50 boeufs enlevés par des inconnus.

50 boeufs d’un particulier vivant à Bangui ont été enlevés le vendredi 10 février par des personnes non identifiées au village Libi, localité située à 35 Km de Damara, a appris le RJDH de sources digne de foi ce matin.

Selon les informations, les présumés auteurs de cet acte seraient venus de l’ancien marché à bétail de Pk 13. Au moment du forfait, ils se sont déguisés en militaire pour enlever 50 boeufs et prendre le berger en otage.

Arrivée à une distance importante, ils ont assassiné le berger. Les jeunes du village qui se sont constitués en groupe d’autodéfense pour aller à leur poursuite ont passé 5 jours dans la brousse sans les retrouver et ont été obligés de retourner.

 

 

Bangui : La France accorde 700 000 euros pour la prochaine saison agricole dans le Nord et le Nord-est

L’ambassadeur de France en Centrafrique, Jean Pierre Vidon et les chefs de mission des ONG Internationales Solidarités et Triangle ont signé ce matin à Bangui un accord de subvention d’un montant de 700 000 euros au profit des populations déplacées de l’Ouham, de la Vakaga et de la Haute Kotto.

Selon Jean Pierre Vidon, cette subvention est accordée pour assister les populations rendues vulnérables à cause des crises humanitaires qui ont affecté les régions du Nord et du nord-est de la RCA. « Cette subvention est accordée comme moyen de subsistance des populations menacées par la sous-alimentation et la malnutrition », a déclaré le Haut représentant de France en RCA.

Pour lui, les projets qui prévus dans le cadre de ce financement apporteront des solutions concrètes et rapides à la détresse des personnes déplacées internes de ces zones qui ont été des théâtres des attaques des groupes armés.

L’ONGF Triangle recevra 300 000 Euros. « Cette subvention concerne la distribution de vivres, des semences vivrières et des outils agricoles pour 15 000 ménages de la Vakaga et de la Haute Kotto», a précisé le chef de mission Jérôme Socie. Il a expliqué que les semences qui seront testées et approuvées par les services de l’ACDA (Agence Centrafricaine de développement agricole) avant la distribution.

Par ailleurs les 400 000 Euros accordés à l’ONG Solidarités Internationale sont en faveur de 850 000 déplacés de deux axes routiers Moyen-Sido et croisement Wassala à la frontière tchadienne.

« Ces population sont là depuis 2 ans pour Moyen-Sido, et un an pour les autres. Il n’y a pas eu de récoltes l’an dernier, nous allons leur apporter une aide alimentaire et leur fournir des produits de semence pour préparer la prochaine saison agricole », a confié le chef de mission de Solidarités, Frank Lavigner.

 

Obo : Préparatifs de la prochaine campagne de vaccination contre la polio

L’hôpital préfectoral d’Obo et l’ONG Merlin ont entamé aujourd’hui le recensement des enfants âgés de 0 à 5 ans devant bénéficier de la prochaine campagne de vaccination contre la poliomyélite, a rapporté radio Zéréda.

« Ce recensement de trois jours permettra aux responsables de l’hôpital préfectoral d’Obo d’avoir une idée précise sur l’effectif des enfants qui pourront recevoir le vaccin contre la poliomyélite qui aura lieu bientôt », a expliqué le superviseur des activités de recensement, Yvon Jackson Gonapa.

Au cours de ce recensement, les parents sont en même temps sensibilisés sur la nécessité pour leurs progénitures de bénéficier de ce vaccin qui va contribuer à leur santé physique.

Pour les autorités sanitaires, le fait pour certains parents de refuser de faire vacciner leurs enfants peut donner plus d’ampleur à la maladie. Car la préfecture du Haut-Mbomou fait frontière avec la République Démocratique du Congo et le soudan qui ont une forte présence de la poliomyélite.

 

Bangui : Des difficultés dans la gestion des ordures à travers la ville

A travers la ville de Bangui, les ordures ménagères trainent partout et dégagent une odeur nauséabonde qui indispose la population. Le comble est au marché Mamadou Mbaïki dans le 3ème arrondissement de Bangui qui pose un réel problème d’environnement (Une enquête du RJDH).

« Nous avons des balayeurs , à partir de 18 heures, lorsque les commerçants quittent le marché, enlèvent les ordures de la journée et les déversent au niveau du dépotoir indiqué par la Mairie de Bangui qui doit à son tour les emmener plus loin, mais cela ne se fait pas comme il se doit», a déploré Dieudonné Damas, responsable de l’entretien et d’hygiène du marché Km5.

Le responsable de la gestion des ordures ménagères à la Mairie de Bangui, Félix Féindiro, a évoqué des raisons techniques qui ne permettent pas au service de bien faire le travail. « Les véhicules de la Mairie sont peu nombreux, souvent ils tombent en panne et cela entrave la bonne marche de la collecte des ordures dans les marchés », a-t-il indiqué.

Toutefois, il estime que la responsabilité est partagée. Parce que, dit-il, « c’est le Projet d’urgence de réhabilitation des infrastructures et des services urbains (PURISU) qui intervient dans les 6ème, 8ème, 5ème, et 3ème arrondissements. La Mairie quant à elle s’occupe des domaines publics et des abonnés du 1er arrondissement ».

Or « le PURISU n’a pas vocation à enlever des ordures, il a pour vocation d’aider la Mairie de à organiser la collecte des ordures, aider la Mairie à construire les dépôts de transit, l’aider à acheter des bacs amovibles, à réhabiliter la décharge finale. La gestion proprement dite est faite par la Mairie de Bangui », a relevé le Directeur général de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public en Centrafrique (AGETIP CAF) Marcel Nganassem

« C’est exceptionnellement que les bailleurs de fonds aient accepté de payer l’enlèvement de nos ordures pendant trois années, le temps que notre pays qui sort d’une crise se rétablisse pour reprendre le financement », a-t-il précisé.

Selon lui, le travail du PURISU consiste essentiellement à payer les factures lorsque la Mairie envoie les factures de prestation de service entreprises chargées d’enlever les ordures. « L’AGETIP CAF paie avec le fonds du projet, mais le contrôle, l’organisation, l’enlèvement des ordures est la mission de la Mairie de Bangui », a-t-il précisé.

Toutefois, le chargé de la gestion des ordures ménagère de la Mairie de Bangui, Félix Féindiro, propose l’extension du projet PURISU dans les autres arrondissements de Bangui qui ne connaissent pas la gestion des ordures.

« Bientôt la saison de pluie, la ville de Bangui a connu des inondations dans les années précédentes, il est donc nécessaire de faire un bon planning d’enlèvement des ordures et suivre ce programme comme il se doit pour éviter les débordements des canaux saturés », a-t-il souhaité.

Mais pour le directeur général de l’AGETIP CAF Marcel Nganasem, il appartient à la Mairie de Bangui de veiller à ce que les entreprise ayant signé un contrat avec elle fassent correctement leur travail.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches