Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 21:31

 

 

cpjpufdr.jpg

 

        Zakaria Damana de l''UFDR et Abdoulaye Hissène de la CPJP

 

 

Journée décisive pour la paix entre CPJP et UFDR

Radio Ndéké Luka Samedi, 08 Octobre 2011 14:38

« Tous les centrafricains et la communauté internationale vous observent pour aller vers une véritable conciliation ». C’est en ces termes que Mgr Paulin Pomodimo, médiateur de la République a ouvert samedi 8 octobre les négociations entre les leaders des deux ex rebellions en conflits en Centrafrique. Il s’agit de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et de l’Union des forces républicaines pour la démocratie (UFDR).

Les affrontements enregistrés récemment entre ces deux groupes, notamment dans la ville de Bria, ont fait, selon plusieurs sources concordantes près de 50 morts. Ils ont également provoqué un déplacement massif des populations.

Les chefs de ces deux rebellions, Zakaria Damane de l’UFDR et Abdoulaye Hissen de la CPJP sont arrivés à Bangui depuis 48 heures, sur invitation des membres de ce comité.

Les négociations sont prévues pour durer toute la journée de ce samedi 8 octobre. Elles portent essentiellement sur l’arrêt définitif des combats à Bria et dans la région, et sur les voies et moyens d’une relance du dialogue entre les partis en conflits. Un mécanisme de vérification de cessez-le-feu devra également être mis en place.

A l’ouverture des travaux, les représentants de l’Union Africaine et du Binuca (Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique) ont mis un accent particulier sur la recherche de la  paix dans les localités concernées par cette crise et particulièrement dans la ville de Bria.

Tous ont réitéré la disponibilité de leurs institutions respectives pour accompagner toujours le processus de paix en Centrafrique. Ainsi, « il est important que les deux factions rebelles acceptent la cessation des hostilités pour favoriser la croissance économique des régions concernées », a notamment déclaré la représentante du  Binuca.

Pour sa part le Ministre en Charge du DDR le Général Xavier sylvestre Yangongo a rappelé que les deux groupes ont signé un accord de cessation des hostilités avec Bangui, donc « il est de leur devoir de respecter les closes de cet accord ».

Il faut rappeler que le 11 septembre 2011, de violents et meurtriers affrontements avaient opposé les éléments de l’UFDR et ceux de la CPJP dans la ville minière de Bria au centre du pays. Un cinquantaine de personnes ont perdu la vie à l’issue des combats. On dénombre à ce jour plus de 5000 personnes déplacées et des dizaines de maisons incendiées dans les localités du quartier Bornou où s’étaient concentrés les combats. Une rivalité entre les ethnies Goula et Rounga, les deux responsables des deux rebellions seraient à l’origine des incidents.

Le comité de conciliation est mis en place lundi 3 octobre par le Médiateur de la République, comprend les Ministères de l’administration du territoire, de la défense, du DDR,  de la communication, du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique, de la Micopax et de l’attaché militaire de l’ambassade du Tchad en République Centrafricaine.

 

SOS pour 5000 personnes déplacées internes

Radio Ndéké Luka Samedi, 08 Octobre 2011 14:37

Le nombre des déplacés internes de la ville de Bria dans la ville de Bambari est revu à la hausse (Centre du pays). Aujourd’hui, ils sont plus  de plus de 5000 déplacées qui vivent dans des conditions déplorables. Ils ont fui au déclenchement des affrontements entre deux factions rebelles, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) dans la  ville de Bria.  Ils sont surtout concentrés à Bambari et à Ippy.

« Les informations diffusées par Radio Ndeke Luka sur la précarité de vie de ces déplacés ne sont pas utopiques », a déclaré François Itayassou, chef de bureau régional du Bureau des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA), lors d’une rencontre le 7 octobre 2011, avec les chefs de quartiers et village de Bambari.

Après l’analyse des faits et des informations reçues, il a été constaté que le nombre des déplacés ne cesse d’augmenter. Ils sont accueillis en surnombre dans des ménages à Bambari et à Ippy, où ils éprouvent des problèmes logements, des matériels de couchages, de vivres, bref, de santé.

Au total 4447 personnes sont déjà recensées. 1136 sont dans la ville de Ippy et 3311 à Bambari où on note 625 chefs de famille, 487 hommes, 717 femmes et 2107 enfants, parmi lesquels 1410 élèves, ajoutant 217 personnes de 3e âge.

Il convient de préciser qu’un mécanisme de surveillance et de communication d’information, soutenue par les officiers de droits de l’homme et justice de BINUCA a été mis en place pour s’assurer de la protection sociale, sanitaire et éducationnelle de ces déplacés. Les chefs de quartiers sont chargés de veiller à ce que ces personnes ne soient marginalisées en aucun cas.

Les combats à Bria entre le 11 et le 18 septembre 2011 ont fait une cinquantaine de morts, des milliers de déplacés et d’importants dégâts matériels.

 

Sécurité : Une mission de l'ONU conduite par l'ambassadeur Jean Grauls séjournera à Bangui du 10 au 15 octobre. Elle vient évaluer les efforts des autorités pour consolider la paix en RCA.

Société : L’ONG Action Contre la Faim compte éradiquer la malnutrition dans la préfecture de la Sangha Mbaéré. Elle fixe comme objectif l’an 2015, pour arriver au bout de cette maladie.

Sécurité : Le nombre des déplacés internes de la ville de Bria dans la ville de Bambari est revu à la hausse. Ils sont désormais plus de plus de 4447 et vivent dans des conditions très déplorables.

Sécurité : Les leaders des deux ex rebellions en conflits, la CPJP et l'UFDR, sont en passe de faire la paix. Ils sont entrés en pourparler ce 8 octobre à Bangui. Les négociations vont durer une journée.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers