Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 13:27

Bozize-et-Monique.jpg

 

enfants-de-Patasse.jpg

 

 

Bangui 23/05/2011 (Xinhua) - "Je ne suis pas responsable de la mort de Patassé," a déclaré samedi le Président de la République François Bozizé à l'occasion des obsèques officielles de l'ancien président Ange Félix Patassé à Bangui, en réponse aux accusations selon lesquelles son gouvernement avait retardé la sortie du pays de Patassé pour aller se soigner.

 

"La politique est un domaine compliqué. La politique n'a ni tête ni queue. Ce que l'on raconte en mon nom aujourd'hui, c'est que ces mêmes personnes racontaient contre Patassé lorsqu'il était au pouvoir", a déclaré Bozize aux obsèques dans un discours improvisé en langue nationale, le Sango.

 

Les obsèques ont commencé à 10h du matin sur l'avenue des Martyrs avec l'arrivée de la dépouille de Patassé, couverte du drapeau centrafricain, à bord d'un commande-car escorté par les forces de défense et de sécurité et entourée de sympathisants du défunt brandissant des banderoles à son effigie.

 

A la tribune, le couple présidentielle, le président de l'Assemblée nationale, le premier ministre et tout son gouvernement. De l'autre côté, la veuve et les enfants Patassé, ses anciens collaborateurs, notamment l'ancien premier ministre Anicet Georges Dologuélé et Luc Apollinaire Dondon Konamambaye. Pour Anicet Georges Dologuele, Ange Félix Patassé était un homme qui a le sens du compromis et du pardon et veillait à ce qu'aucun membre de sa famille biologique n'use et abuse des biens de l'Etat.

 

"En démocrate il a vécu, en démocrate il est mort", conclut-il dans son témoignage. Après la série de témoignages, des institutions et des particuliers ont déposé des gerbes et un défilé funèbre exécuté par les éléments de forces de défense et de sécurité a mis fin à la cérémonie funèbre.


Né le 25 janvier 1937 en Centrafrique, ingénieur agronome, Ange Félix Patassé a crée en 1979 un parti politique, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC). Il a été plusieurs fois ministre et premier ministre. Elu président de la République lors de la première élection pluraliste en 1993, il est réélu en 1999, mais renversé par un coup d'Etat le 15 mars 2003 par Bozizé, son ancien chef d'état-major.

 

En 2008, Patassé en exil est rentré au pays pour prendre part au dialogue politique inclusif. Lors des dernières élections présidentielles, il était arrivé en deuxième position derrière François Bozize. Souffrant de diabète, il est décédé à l'âge de 74 ans le 5 avril 2011 à Douala au Cameroun alors qu'il se rendait en Guinée Equatoriale pour des soins médicaux.

 

 

NDLR : Les dénégations de Bozizé ne peuvent convaincre personne, ni en Centrafrique, ni à l'étranger, quant à ses responsabilités dans la mort de Patassé. Il se battra avec sa conscience, si tant est qu'il en a une, pour le restant de ses jours quoiqu'il puisse en dire.

 

 

Centrafrique : Les obsèques de l’ancien Président Ange-Félix Patassé

Par Sebastien Lamba - 23/05/2011

Le Président François Bozizé dans son intervention en langue nationale Sango, a demandé pardon aux enfants Patassé

 Les obsèques de l’ancien Président Ange-Félix Patassé, décédé le 5 avril dernier se sont déroulées sur l’Avenue des martyrs, sous la présidence du Président de la République, François Bozizé, samedi 21 mai 2011, à Bangui. Le Président François Bozizé dans son intervention en langue nationale Sango, a demandé pardon aux enfants Patassé de son absence à la place mortuaire de leur père Ange-Félix Patassé, afin d’éviter des troubles. «Lorsqu’on parle de ce qu’on appelle la ‘’politique’’ faisons beaucoup d’attention. La politique n’a ni de tête, ni de queue», a déclaré le Président François Bozizé.

Le Président François Bozizé a déclaré qu’il n’est pas à l’origine de la mort de l’ancien Président Ange-Félix Patassé. Le Président François Bozizé a expliqué avoir dépêché son médecin au chevet du Président Ange-Félix Patassé alors qu’il était hospitalisé à la Clinique Chouaib. Il voulait s’enquérir du dossier afin de procéder aux formalités d’usage pour son évacuation sanitaire à l’Hôpital Val de Grace à Paris. Pour le Président François Bozizé, l’entourage du Président Patassé entretenait le mystère, autour de ces dossiers. «Aujourd’hui le décès du Président Ange-Félix Patassé n’engage pas ma responsabilité», a-t-il dit en substance.

L’ancien Premier ministre du Président Ange-Félix Patassé, Anicet Dologuélé, dans son témoignage a souligné que pour la première fois, depuis plusieurs décennies notre pays se reprend sans ancien Chef d’Etats de la République vivant. «En l’espace de quelques mois, nous aurons enterrés André Kolingba et Ange-Félix Patassé. Les deux Chef d’Etats qui ont porté la destinée de notre pays pendant un peu de quart de siècle, c'est-à-dire que nous n’avons plus de sages vers qui nous tourner pour aider à tempérer nos convulsions internes. Il nous appartient de rebâtir tous ensemble un Etat moderne et d’amorcer le développement de notre pays la main dans la main dans un esprit de dialogue et de solidarité sous l’autorité du gouvernement de la République», a–t-il conclu.

Le ministre chargé du secrétariat du Gouvernement des et des Relations avec les Institutions, Michel Koyt dans son oraison funèbre a indiqué qu’à l’âge de 29 ans, débute son ascension dans la hiérarchie sociale et politique. En janvier 1966, suite au coup de force militaire du Colonel Jean Bedel Bokassa, il devient membre du gouvernement. Sans discontinuité et ceci jusqu’à juillet 1978, il occupera sous son mentor Bokassa devenu Empereur, plusieurs portefeuilles ministériels: ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (1966-1968; ministre des Transports et de l’Aviation Civile (1969-1972); ministre d’Etat chargé de l’Agriculture et Développement Rural (1973); ministre d’Etat chargé de l’Agriculture et du Développement Rural (1973) et enfin, Premier ministre (1976-1978).

Dix ans plus tard, a-t-il ajouté le Général d’Armée André Kolingba, suivant le mouvement amorcé dans les anciennes colonies francophones, tient une élection présidentielle libre, multipartite et équitable. Ange-Félix Patassé est élu Président de la République Centrafricaine le 22 octobre 1993 et réélu en 1999. Renversé par François Bozizé le 15 mars 2003 et contraint à un second exil au Togo, a poursuivi le ministre Michel Koyt, il est rentré après sept ans d’exil au Togo à la faveur du Dialogue Politique Inclusif (DPI) de décembre 2008. «Candidat aux élections législatives et présidentielles de 2011, il était arrivé second à l’élection présidentielle organisée en janvier de cette année», a conclu le ministre Michel Koyt.

Il faut retenir sur ses réalisations au plan politique, il est président Fondateur du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (Mlpc); Syndicaliste, membre fondateur de l’Union Générale des Travailleurs Centrafricains (UGTC); membre fondateur de la CEMAC et de la CEN-SAD; ancien membre actif de la Fédération des Etudiants de l’Afrique Noire en France (FEANF). L’ancien Président Ange-Félix Patassé a été inhumé dans sa ferme de Complexe Colombes-Mines Forêt au PK 26 sur la route de Boali au sortir nord-ouest de Bangui.

tribune-officielle-obseques-Patasse.jpg

 

                                        Mme Angélique Patassé née Mougnan

 

 

tribune-famille-et-enfants-Patasse.jpg

 

 

 

honneurs-militaires.jpg

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique