Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 01:35

 

 

 

HISSENE-HABRE-SENEGAL-8-JUILLET-2011

 

 

Mardi 12 juillet 2011 2 12 /07 /Juil /2011 17:11

Hissène Habré rompt enfin le silence. L’ancien président tchadien a réagi à la décision du gouvernement sénégalais de l’extrader vers son pays, avant de se rétracter sous la pression de la communauté internationale et des organisations de défense des droits humains. L’ancien homme fort de Ndjamena a accordé une interview exclusive à nos confrères de « La Gazette ». Dans un extrait choisi par Sud Fm, l’ancien dictateur tchadien parle de « l’exécution d’un complot d’assassinat politique ».

Hissène Habré dit à la fois être surpris et non de cette décision du gouvernement du Sénégal de l’extrader vers le Tchad. « Je suis à la fois surpris et non. Surpris parce que j’ai appris la nouvelle comme tout le monde, sans être informé. Même mes avocats n’étaient pas informés. Pourtant dans de situations pareilles, il y a des procédures à poursuivre », s’explique M. Habré.

 « Je ne suis pas surpris parce que depuis 20 ans, nous vivons dans des situations comme celle-là », ajoute-t-il avant de rappeler qu’un jour « un avion mystérieux a atterri sur le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor pour m’amener soit en Lybie soit au Nigeria ».

Hissène Habré relève par la suite la confusion du gouvernement sénégalais dans les termes. « Je ne comprends même pas. Tantôt on parle d’extradition, tantôt on parle d’expulsion », souligne-t-il. Avant de faire observer que « sans doute, c’est l’exécution d’un complot d’assassinat politique ; un complot politico-financier derrière lequel il y a le Guide libyen Mouammar Kadhafi ». Car, rappelle-t-il, « tout le monde connait mon opposition à Kadhafi à propos de la bande d’Aouzou ». Par ailleurs, il a salué l’hospitalité des Sénégalais. « Nous nous sentons, mon épouse et moi, chez nous au Sénégal », se félicite-t-il.

 

Ecoutez ici: http://www.seneweb.com/news/Societe/hissene-habre-rompt-le silence_n_47932.html

 

NDLR : Aussi paradoxal que cela puisse paraître, on finira par avoir pitié de ce monsieur qui lorsqu’il était au pouvoir, avait pourtant fait très peu cas des droits de l’homme dans son pays et de ses concitoyens dont les familles et plusieurs de ses innombrables victimes n’ont à présent envie que d’une chose : le voir au plus vite à la barre d’un quelconque tribunal. On ne peut pas aussi oublier qu’il avait pris préalablement le soin de vider tel un vrai gangster, les caisses de la BEAC de N’djaména avant de prendre le chemin de cet exil doré qu’il coule depuis vingt ans à Dakar, ayant emporté avec lui près d’une dizaine de milliards de F CFA.

On note au passage que le même Mouammar Kadhafi qu’il incrimine et cherche à tirer profit de la mauvaise position actuelle, est celui-là même à qui  celui qui voulait l’extrader au Tchad c’est à dire  Abdoulaye Wade, avait aussi demandé qu’il quitte le pouvoir. Il est effarant de constater que malgré tous les crimes commis par Hissène Habré, il puisse continuer de bénéficier de tant de soutien au Sénégal y compris au niveau politique et surtout auprès d'avocats de renom et des corrompus et vénaux chefs religieux de ce pays.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers