Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 01:16

 

 

Bozizé KNK ridicule

 

 

Dans une interview exclusive accordée à la Voix de l’Amérique, le président centrafricain revient sur son élection, ses relations avec l’opposition, la disparition de Charles Massi, etc.

 

Vous allez prêter serment pour votre second mandat à la tête de la Centrafrique, quel est votre état d’esprit ?

 

Me voici reconduit à nouveau à la tête de l’Etat par le peuple centrafricain. J’ai rempli ma mission tant bien que mal et je suis fier d’être en mesure de pouvoir recommencer une nouvelle mission. Je le fais avec toute la confiance que me donne ce peuple. Mon investiture le 15 mars sera une grande journée pour le peuple centrafricain.

 

Vous avez été réélu le 23 janvier dernier avec plus de 66 % de suffrages, que faut-il penser de cette victoire au premier tour ?

 

Le peuple est satisfait de mon bilan, c’est la raison pour laquelle il a préféré la poursuite de mon action que de choisir la voie de l’aventure avec d’autres personnes.

 

Liste électorale non informatisée, pas de cartes d’électeurs informatisées, etc. Vos adversaires crient à la manipulation. L’opposition boycottera d’ailleurs le second tour des législatives prévu le 27 mars prochain.

 

Cette opposition nous a toujours conduits dans le désordre. C’est une opposition irresponsable qui ne voit jamais les choses en face. Ils doivent reconnaître leur défaite, c’est la loi de la démocratie. En ce qui me concerne, j’ai la conscience tranquille. Les élections se sont déroulées dans de bonnes conditions. Dans un pays post-conflit, c’est quand même exploit. Cela mérite d’être félicité plutôt que d’écouter des prostituées qui racontent n’importe quoi.

 

Quelles relations souhaitez-vous instaurer avec l’opposition au cours de ce prochain mandat ?

 

Moi j’ai toujours été ouvert. J’ai tendu la main à tout le monde depuis 2003.Nous avons tenu des réunions, des dialogues inclusifs, etc. Ce que j’ai fait en Centrafrique, peu d’autres l’ont fait dans le monde.

 

La Convention pour la Justice et la Paix (CPJP) refuse toujours de dialoguer avec vous. Qu’en pensez-vous ?

 

LA CPJP est une nébuleuse. On ne sait pas ce que souhaitent ses membres. Ils sont dans la brousse, des fois ils s’acceptent de dialoguer, d’autres non. On ne connait pas leur responsable et les motivations de leur combat. Un jour ou l’autre, ils reviendront a la table des négociations.

 

La prise de Birao en novembre 2010 n’illustre-t-elle pas l’insécurité dans la région ?

 

Oui mais pour Birao, il faut dire qu’une bonne partie de l’opposition tchadienne, installée au Darfour, a franchi la frontière pour s’installer en Centrafrique. Voilà pourquoi l’armée tchadienne, dans son droit de poursuite, a été autorisée a venir à Birao.

 

Pourquoi ne pas permettre l’ouverture d’une enquête internationale concernant la disparition de Charles Massi ?

 

Pourquoi lui et pas tous ceux qui sont morts au combat ? Ceux-là on n’en parle pas. La communauté internationale ne s’intéresse qu’à une seule personne. Ce n’est pas sérieux. Ce n’est pas une priorité pour la République centrafricaine. Il a choisi la voie de la perdition, qu’on le laisse là-dedans. Je suis pragmatique. C’est une perte de temps.

 

repris de la VOA News

 

écouter l'interview de Bozizé sur la Voix de l’Amérique :

 http://www.voanews.com/MediaAssets2/french/2011_03/Copy%20of%20Itw%20Bozize.mp3 

 

NDLR : On est habitué aux mensonges de Bozizé mais cette fois-ci sur la Voix de l’Amérique, il a dépassé les bornes. Il prend les Centrafricains pour des demeurés et les responsables de l’opposition pour des moins que rien. Il ose même les traiter de « prostitués ». Il veut faire croire que c’est le peuple centrafricain qui a librement fait le choix de le reconduire au pouvoir mais dans son for intérieur il sait très bien qu’il n’en est rien. Conscient de son extrême impopularité, il ne doit pas sa prétendue victoire à son bilan comme il a l’indécence de le dire mais plutôt au savant dispositif de hold-up qu’il a méthodiquement  mis en place par l’entremise de l’escroc et nullissime Binguimalé de la commission électorale. Ils ont ainsi pu détourner les suffrages des électeurs et abuser de la confiance des Centrafricains.

Comment Bozizé peut-il oser affirmer sans rire qu’il a été réélu grâce à son bilan ! la réalité de son bilan est faite de prédation de toutes sortes, notamment de diverses corruptions et spoliations dans les filières du diamant et d’uranium. Comment peut-il sans honte parler de son bilan quand la plupart des indicateurs socio-économiques de la RCA sont aujourd’hui dans le rouge. La famine sévit quasiment partout dans le pays ainsi que la malnutrition qui entraîne une mortalité infantile considérable en particulier et paradoxalement dans les zones diamantifères. Que dit Bozizé des nombreuses barrières illégales de racket des usagers de la route par les éléments des forces de sécurité et de défense qui empoisonnent la vie de ses compatriotes ?

Que dit-il du calvaire que vivent ses compatriotes du Sud-Est du pays en proie depuis longtemps aux exactions criminelles des bandits de la LRA ?

A la question sur la disparition de Charles Massi, il est fort agacé et remet sa cassette habituelle sur Massi qui a choisi la voie de la rébellion donc il n’y a pas à pleurer sur son sort. L’interview est très pitoyable. On y a affaire à un Bozizé sans aucune vision de l’avenir du pays et qui ment comme il respir tout en se dérobant systématiquement à toutes les questions que lui pose le journaliste. Quelle médiocrité… !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Interview