Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 03:24

 

 

 

general-Noel-Leonard-Essongo.jpg

 

 

Le Général Noël Léonard Essongo répond à Nathalie Barge (Voix de l'Amérique)

 

- Nathalie Barge : Général, est-ce que vous êtes chargé essentiellement du suivi de l’accords de Libreville ou est-ce que vous devez travailler également sur l’accord ce cessez le feu ? 

 

- Général Essongo : Je suis chargé des 2, l’accord de cessez-le feu avait été réglé bien avant les accords de Libreville, mais les deux vont de pair.

 
C’est ainsi que arrivé sur le terrain, je vais pouvoir contacter tous les belligérants, faire un point avec eux, et essayer de les amener au strict respect des accords qu’ils ont signé à Libreville le 11 Janvier 2013.

 
J’ai pris le train en marche, nous demandons à aller sur le terrain le plus vite possible, c’est ainsi que dans les 48 heures en principe, nous devrons nous retrouver ou à Damara, ou à Sibut, en vue de voir ce qui se passe exactement sur le terrain, afin de pouvoir tirer les différentes conclusions qui s’imposeront à nous. Et à partir de ce moment-là, nous saurons qu’est-ce qu’il y a à faire.

 
Vous savez, dans tout ceci, il faut communiquer. J’ai comme l’impression qu’il n’y a pas la communication effective au sein des belligérants. C’est ainsi que, malgré l’accord de cessez le feu, vous apprenez qu’il a été rompu quelque part. Est-ce les mêmes groupes ? 
Voilà pourquoi, nous devons aller sur le terrain pour nous enquérir de la situation, et communiquer normalement.

 

- Nathalie Barge : Justement, est-ce que vous allez vous rendre à Bangassou, à Rafaï, à Zémio notamment ? A Rafaï, on ne connaît pas très bien la situation là-bas ?

 
- Général Essongo : Je me rendrais partout, pas le même jour, mais, je prend rendez-vous pour faire tous les points de la république centrafricaine. 

 

- Nathalie Barge : Quelles sont les priorités de cet accord de Libreville ? Est-ce qu’il s’agit du cantonnement ? De la libération des prisonniers notamment ?

 
- Général Essongo : En effet, nous allons voir avec le HCR quelles sont les disponibilités des uns et des autres. Le DDR avait déjà commencé, il a été interrompu, mais il va être repris incessamment. On a commencé à contrôler les gars, il ne reste plus que le cantonnement. J’y ai foi, j’y ai espoir. Le cantonnement va se faire très bientôt, et la suite des accords s’en suivra, car il ne faut pas oublier qu’il y a les élections au bout. 

 

- Nathalie Barge : Sur les forces Sud-africaines, c’est un problème entre les divers acteurs, la Séléka a cité plusieurs fois cette force, voulant qu’elle s’en aille est-ce que selon l’accord, les forces sud-africaines doivent quitter le pays ? Et pourquoi sont-elles là bas ? 


- Général Essongo : Pourquoi sont-elles ici ? je ne saurais vous le dire. Ca c’est des accords entre deux pays, et toujours est-il que à Libreville, on a demandé au gouvernement centrafricain, le retrait des forces qui n’appartiennent pas à la CEEAC, c’est vrai; mais le retrait d’une force comme telle nécessite un certain temps. 


Mais je crois qu’il y a un planning qui devrait se faire, et qui prendrait un certain temps. 

 

© Nathalie Barge pour VOA  March 16, 2013

 

 

 

NDLR : Selon nos informations, le général ESSONGO qui a déjà reçu NOURRADINE Adam devrait aussi s'entretenir ce dimanche avec les cinq ministres de l'ex-rébellion Séléka du gouvernement TIANGAYE. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Interview