Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 01:43

 

 

J D Dengou

 

Selon des révélations faites par notre confrère Le Démocrate n° 2506 du 6 juillet dernier, le comptable du supermarché RAYAN, un certain Charlemagne Yaguémé, arrêté pour une toute autre affaire et interrogé par les gendarmes, aurait avoué son implication dans l’affaire de l’incendie du supermarché RAYAN et doigté clairement son patron qui n’est autre que le commerçant libanais Ali El Akhrass alias Bassam, comme le commanditaire de l’incendie qui a détruit le supermarché ce 9 juin 2010.

Selon le récit de ce compatriote, c’est afin d’effacer les traces et preuves de leur jeux d’écriture comptables et manipulations financières frauduleuses que le propriétaire même du supermarché RAYAN lui aurait demandé de mettre le feu à la boutique pour détruire les documents compromettants. Toujours selon l’enquête de notre confrère Le Démocrate, Ali El Akhrass aurait même refusé l’offre des enfants de la rue qui assistaient nombreux à l’incendie, de prêter main forte pour le combattre. C’est ainsi que tout est parti en fumée conformément à la volonté du propriétaire même des lieux.

Cette vérité hélas tardive, fait apparaître davantage les caractères, injuste, arbitraire, ignominieux et révoltant de la traque, de toutes les menaces de mort proférées par Bozizé en personne contre le bâtonnier Symphorien Balemby et le vice-président du Conseil Economique et Social Jean Daniel Dengou et de leur départ en exil ainsi que de l’arrestation, la déportation à Bossembélé et la détention jusqu’à présent dans la prison de cette localité dans des conditions ignobles, de certains de leurs collaborateurs et membres de leurs familles respectives.                                  

Le prétexte avancé jusqu’ici par le parquet et la chambre d’accusation pour continuer à laisser croupir en prison à Bossembélé ces compatriotes serait la recherche des preuves pouvant constituer des charges suffisantes contre eux. Or les aveux de Charlemagne Yaguémé viennent changer la donne et remettre en question les soupçons et autres accusations qui ne tenaient de toute façon pas déjà debout depuis le commencement de cette sordide affaire.

Dès lors, maintenant que les pyromanes sont connus, un non-lieu devait être rapidement prononcé en faveur de tous ces compatriotes arbitrairement et injustement malmenés depuis plus d’un an pour rien et qui doivent être purement et simplement remis immédiatement en liberté. C’est devant cette inexplicable lenteur que l’une des victimes, Jean Daniel Dengou vient d’adresser cette lettre au président de la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel pour exiger la libération des compatriotes encore détenus et qui souffrent à Bossembélé. C’est un grave cas d’injustice qui collera à jamais sur la peau du régime Bozizé et de l’appareil judiciaire à sa solde.

Rédaction C.A.P 

 

 

Lettre-JDD-debut.JPGLettre-JDD-1.JPGLettre-JDD-2.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers