Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 00:22


Boziz--en-train-de-voter.jpg

Nous jeunes éclairés de la RCA, dénonçons avec la dernière énergie, le hold-up électoral que prépare M. François Bozizé Yangouvonda et dont la première phase est en cours. C’est pourquoi nous invitons, par cet article, « les démocrates et les patriotes, toutes tendances confondues à défendre sans concession, le moment venu, la souveraineté du peuple conquise au prix de tous les sacrifices consentis Barthélemy Boganda, les martyrs, les victimes des mutinéries et rébellions, etc.»

La vibration négative en mouvement

Nous parlons de vibration négative qui parasite la gestion du processus électoral plombé par la violation permanente des règles démocratiques élémentaires, sans lesquelles les communautés humaines ne peuvent vivre dans la paix et la stabilité. Le mauvais exemple vient d’abord du sommet de l’Etat, où la conservation dictatoriale du pouvoir devient de plus en plus grossière. Il s’agit du harcèlement à la limite, de la terreur que le chef de l’Etat et son acolyte, le « lèche-botte » Cyriaque Gonda exercent directement sur les journalistes (utilisation des financements des organisations internationales à des fins électoralistes en imposant aux journalistes d’en faire la diffusion médiatique).

Et pour les éclairés, le Ministère de la communication dont M. Cyriaque Gonda à la charge continue d’emboîter le pas M. Bozizé avec un zèle renouvelé, pour organiser un semblant de concertation avec la société civile dans le processus du DDR.

Nous dénonçons, « la remise en question de la liberté de presse, par les langages d’intimidation dignes des idiots que profère M. GONDA Cyriaque, participe des mêmes pratiques attentatoires contre tout système qui se veut démocratique. Non content de s’être honteusement approprié des médias d’Etat, M. GONDA et consorts investissent à tour de bras pour créer des groupes d’opinions favorables pré-programmés, tout en parsemant d’obstacles artificiels les projets d’autres centrafricains comme Martin Ziguélé, Nicolas Tiangaye, Henri Pouzere, Olivier Gabirault, etc.

Des luttes qui s’annoncent…

Toutes ces choses nous poussent à penser que les luttes qui s’annoncent concernent non seulement les acteurs de la vie politique, mais également ceux du champ social, le monde rural et toutes les populations affectées dans leur chair par la spirale inflationniste qui les enfonce de plus en plus dans le dénuement total, face à l’arrogance du pouvoir en place.

C’est la raison pour laquelle, nous jeunes éclairés, invitons tous les centrafricains horrifiés par tout ce qui se passe dans ce pays, où qu’ils se trouvent, à s’engager dans des manifestations de nature à déstabiliser, voire faire tomber ce pouvoir, et montrer aux yeux de la communauté internationale que nécessité il y a de dégager ces fossoyeurs de la République.

Les paradoxes du régime de Bozizé

Les responsables du « désastre national » s’accrochent à tout ce qu’ils pensent pouvoir servir de bouée de sauvetage, face au « naufrage imminent que provoquera le raz-de-marée populaire ».

Nous soutenons ainsi que « l’appel de M. Bozizé au consensus, à l’occasion de la fête du 1er décembre est en porte à faux avec les actes posés, qui convergent tous vers un seul objectif : perpétuer le système prédateur et inique pour continuer à bénéficier du confort dont les Bozizé et leurs affidés ont toujours rêvé ».

Le dangereux crépuscule…

Pour les jeunes éclairés, les centrafricains ont célébré la fête du 1er décembre dans un climat délétère de difficultés de toutes sortes qui sont les conséquences des « politiques meurtrières d’un clan que ne gênent guère les souffrances indicibles d’un peuple tenaillé par la pauvreté et le dénuement ». Ce dangereux groupuscule ne s’embarrasse ni de procédures légales et réglementaires, ni de considérations d’ordre éthique et morale, pour arriver à ses fins néfastes pour l’avenir de la Centrafrique.

Grande vigilance

Nous affirmons que nul ne peut aujourd’hui nier, la pénurie d’électricité, de denrées de grande consommation, ni l’augmentation en « catimini du prix du sucre, de l’huile et du carburant sans qu’il soit tenu compte du poids déjà excessif du coût de la vie subi par les populations, chaque jour ». C’est pourquoi, une « grande vigilance est de mise, afin que l’actualité politique savamment alimentée par le régime n’éloigne pas les patriotes et les démocrates du soutien et de la solidarité dus au peuple

C’est ainsi que ce régime exporte la politique politicienne et les dérives aux accents de meetings ne font que traduire la médiocrité intégrale qui habite ceux qui nous gouvernent. Pour eux, les frontières de l’interdit doivent obéir à leur obsession : durer au pouvoir.

Nous allons vers une présidentielle baclée et le candidat à sa succession, François Bozizé s’apprête à faire un coup d’Etat électoral.

Nous demandons donc que la Commission électorale indépendante (CEI) sous sa forme actuelle soit totalement disqualifiée et exigeons un organe indépendant chargé de l’organisation des élections et composé de la société civile, prise en charge par les organismes internationaux, tout en leur assurant une sécurité suffisante, et là nous aurons des élections crédibles. Mais quand on prend les mêmes pour recommencer, c’est toujours l’eternel recommencement…et la misère du peuple comme corollaire.

Mozabakani

Source : zohoko.net

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique