Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 21:16

 

 

pompe-copie-1.jpg

 

 

BANGUI - AFP / 02 mai 2010 14h24 - Les prix des produits pétroliers ont enregistré des hausses de près de 4 à 7% en Centrafrique, à la demande d'institutions internationales opposées aux subventions gouvernementales, a appris l'AFP dimanche à Bangui de source officielle.

Au terme de la nouvelle tarification en vigueur depuis samedi, l'essence sans plomb est vendue 810 FCFA le litre (1,2 euro), soit 30 FCFA plus cher (+3,85%), selon l'Agence de stabilisation et de régulation des prix des produits pétroliers (ASRP).

Le pétrole coûte désormais 600 FCFA/litre (0,91 euro, 20 FCFA de plus, soit +3,45%). Le litre de fuel s'élève aussi à 600 FCFA, 25 FCFA de plus par rapport à l'ancien prix (+4,35%). Le gasoil, désormais proposé à 800 FCFA le litre (1,22 euro), enregistre la plus forte hausse, 50 FCFA sur l'ancien prix (+6,67%).

"Cette augmentation de prix a été demandée par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui ne sont pas pour la subvention desdits prix par le gouvernement", a expliqué le directeur général de l'ASRP, Eddy Hervé Nguérégaye.

"Cette subvention étatique destinée à atténuer les coûts aux consommateurs en raison de la crise dans le secteur pétrolier faisait souffrir l'Etat" en lui occasionnant des pertes, a-t-il ajouté.

Le Syndicat des conducteurs des taxis et bus (SCTB) a protesté contre cette nouvelle augmentation des prix des produits pétroliers, la quatrième en Centrafrique depuis janvier 2008.

Il a indiqué n'avoir pas été associé au processus de décision et s'attendre à un manque à gagner, en annonçant qu'il examinerait la question lundi lors d'une assemblée générale.

La Centrafrique est le seul des six pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (Cémac) qui ne produit pas de pétrole. L'or noir rapporte d'importants revenus aux autres membres de la Cémac: le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

NDLR : Et dire que cette hausse signifie également ipso facto une augmentation de la marge que perçoit Bozizé sur tous les litres de produits pétroliers vendu à la pompe dans ce pays. Le FMI ne doit pas en être dupe.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie