Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 15:40


bonne-annee

Port-au-Prince-haiti.jpg

Haïti : des dizaines de milliers de morts, des dégâts "inimaginables"

WASHINGTON - Le séisme dévastateur qui a frappé Haïti mardi a provoqué la mort de "dizaines de milliers" de personnes et causé des dégâts d'une étendue "inimaginable", a jugé jeudi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, sur les chaînes de télévisions américaines.

"Nous savons déjà que (les morts) se compteront par dizaines de milliers (...). La zone (du séisme) a été très durement touchée. Cette zone est une des plus peuplées d'Haïti", a dit Mme Clinton sur MSNBC, au sujet du tremblement de terre qui a frappé Port-au-Prince, la capitale surpeuplée.

Le tremblement de terre d'une magnitude 7 a provoqué des dégâts "d'une étendue inimaginable", a encore lancé Mme Clinton sur une autre chaîne, CBS.

Les Etats-Unis collaborent "étroitement avec le gouvernement haïtien" pour tenter de venir en aide aux milliers de victimes du désastre, a souligné la chef de la diplomatie américaine qui a annulé un voyage dans le Pacifique pour rentrer à Washington suivre la crise qui touche le pays caribéen.

Toujours sur CBS, Mme Clinton en a appelé à la "générosité" de ses compatriotes, les exhortant à faire des dons.

La cellule mise en place par le département d'Etat a déjà levé "environ trois millions de dollars", a-t-elle rapporté.

La veille, son époux, l'ancien président Bill Clinton, avait également lancé un appel aux contributions financières, "même un ou deux dollars", pour parer aux urgences après le violent séisme.

Jeudi, dans les colonnes du Washington Post, M. Clinton a jugé que le désastre se classait parmi les "pires catastrophes humanitaires dans l'histoire du continent américain".

"Les premières estimations montrent que près de trois millions de personnes --soit un tiers de la population haïtienne-- ont besoin d'assistance", écrit M. Clinton qui occupe le poste d'envoyé spécial des Nations unies pour Haïti.

"Ce dont Haïti a le plus besoin, c'est d'argent pour (acheter) de l'eau, des vivres, des abris et du matériel médical de base", a affirmé Bill Clinton.

Les autorités haïtiennes n'ont pas encore avancé de bilan humain de la catastrophe. Mais selon le Premier ministre Jean-Max Bellerive, il pourrait largement dépasser les 100.000 morts.

(©AFP / 14 janvier 2010 14h26)

 

Haïti :  Le chaos et l’impuissance

Caroline Stevan Le Temps

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées par le tremblement de terre, selon les chiffres d’Hillary Clinton ce midi. Washington va envoyer 3500 hommes. L‘Onu avoue être toujours sans nouvelles d’une centaine d’expatriés

Bâtiments écroulés, cadavres étalés sur le sol, blessés bloqués au milieu des gravats ou errant dans la rue, habitants paniqués: Haïti s’est réveillé mercredi matin sur des scènes d’apocalypse. La plupart de ses dix millions d’habitants n’avaient pas dormi, hantés par la crainte de nouvelles secousses. Le tremblement de terre de la veille, qui avait frappé vers 17 heures, a été ressenti jusqu’à Cuba, 300 kilomètres plus loin. La secousse a duré une longue minute, soulevant une noire poussière. De magnitude 7 sur l’échelle de Richter, le séisme a dévasté l’île.

Port-au-Prince, capitale surpeuplée de l’un des Etats les plus pauvres de la planète, est «détruite», dit un témoin. De nombreux édifices, dont le Palais national, le parlement, des ministères et la prison principale, se sont effondrés. Les premiers récits disent l’effroi et la désolation. On redoute des morts par milliers, prisonniers des gravats. On croise des blessés tous les deux pas dans la rue.

Le premier ministre Jean-Max Bellerive évoquait hier après-midi un bilan «bien au-dessus des 100000 décès». 3,5 millions de personnes vivaient dans la zone la plus touchée. L’épicentre se trouve à seulement quinze kilomètres de la capitale. Les villes de Jacmel et Carrefour sont aussi sinistrées.

Près d’une quinzaine de répliques ont été enregistrées dans les heures suivant le choc. Eau, électricité et télécommunications ont été coupées. Les routes sont défoncées ou jonchées d’obstacles. Des dégâts qui sèment le chaos.

Hier, les informations du terrain ne parvenaient qu’au compte-gouttes, le réseau téléphonique ayant été largement détruit. Internet s’est fait le relais de témoignages, photos et vidéos à l’appui. Grâce à Twitter, Richard Morse, propriétaire du fameux hôtel Oloffson perché sur les hauteurs de Port-au-Prince, a pu commenter les événements toute la nuit. «Vu une photo du Palais, il est détruit.» «Entendu une rumeur concernant l’effondrement de l’hôpital, je n’en sais pas plus.» «La batterie de mon téléphone s’épuise. Bientôt, nous ne pourrons plus communiquer.»


NDLR : On ne peut qu'être en peine devant ce tableau apocalyptique. A rappeler que plusieurs Centrafricains dont Jean Lambert Ngouandji ancien journaliste à radio Ndéké Luka, Fulgence Zeneth et bien d'autres encore travaillent dans ce pays dans le cadre de la MINUSTAH. Aux dernières nouvelles, la dizaine de Centrafricains vivant à Haïti se porteraient bien ainsi que leurs familles.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales