Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 04:12

 

 

Francis-Bozize.JPG

 

 

Bangui, 22 déc (CAP)Bozizé est vraiment incurable et sa mauvaise foi est sans limite. Il ne peut jamais se départir de sa ruse qui consiste à faire semblant d’approuver toutes les propositions de sortie de crise qu’on lui fait et une fois le dos des médiateurs et autres facilitateurs tourné, n’en faire qu’à sa tête en méprisant royalement tous ceux qu’il considère comme des emmerdeurs.


Par sa faute et à cause de lui et sa mauvaise politique notamment en matière de gestion de l’armée, celle-ci est aujourd’hui dans état que lui-même est le premier à déplorer et à décrier. Mais prenant prétexte sur la déconfiture de l’armée et le manque de motivation à se battre des soldats des Faca, son fils Francis est en train de procéder au camp Béal de Bangui selon nos informations, au recrutement contre versement d’une somme de 300.000 F CFA et un paquetage de combat, des anciens mercenaires tchadiens qui avaient conduit son père au pouvoir en mars 2003 et dont certains trainent toujours au Km 5 et d’anciens délinquants Faca radiés de l’armée.


On a ici l’explication de ses propos selon lesquels, « nous mettrons tout en œuvre pour vaincre les rebelles ». Comme on l’apprend avec stupéfaction par les révélations de la Lettre du Continent n° 649 de ce 19 décembre, Francis Bozizé était en train de négocier pour 437.000 euros, l’acheminement par cargo Iliouchine 76 affrété en Roumanie de 68 tonnes d’armes depuis l’Ukraine jusqu’à Bangui. En clair, pendant que Bozizé appelle au secours et prend part au sommet des chefs d’état, il prépare par derrière la guerre contre la rébellion de SELEKA via son fils Francis qui s’active à mettre en place les ponts aériens sur Birao ou en provenance d’Ukraine.


Maintenant que leur pouvoir vacille, Bozizé et son fils Francis se démènent comme des diables pour  demeurer en place apportant ce faisant la preuve qu’ils dorment effectivement sur un matelas d’argent du pays qu’ils ont méthodiquement détournés et qu’ils ressortent à présent pour faire face à la situation difficile dans laquelle ils se trouvent.   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches