Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 23:14

 

 

Boz au sport

 

Par Donaig Le Du RFI mardi 31 janvier 2012

 

Faute de pouvoir parvenir à un consensus, les chefs d'Etat du continent réunis à Addis-Abeba, en Ethiopie, pour le sommet de l'Union africaine ont décidé hier, dimanche 29 janvier 2012, de renvoyer au mois de juin prochain l'élection du président de la Commission. Pour en parler, mais aussi pour évoquer la situation dans son pays, l'offensive contre Baba Ladé, le chef rebelle tchadien présent en Centrafrique et la traque des rebelles de l'Armée de la résistance du Seigneur, François Bozizé, président de la République centrafricaine.

RFI : M. le président bonjour,

François Bozizé  : Bonjour Mme,

Le sommet de l’UA auquel vous venez d’assister a donné lieu à un combat important pour le poste de  président de la Commission, quelle image est ce que ça donne du continent ?

FB: Disons que le continent reste toujours uni. Il fallait respecter le règlement du vote. C’était pas facile. La sagesse a voulu que nous rejetons le tout pour le mois de juin et au mois de juin on repart à zéro et c’est la décision finale.

RFI : Mais justement on repousse le problème de six mois. En fait.

FB : Oui mais d’ici là on aura le temps de réfléchir puisque ce n’était pas bien réglé et il y avait aussi bien d’autres problèmes à résoudre mais tout cela a créé des difficultés mais la sagesse voudrait  que nous rejettons tranquillement dans six mois. Nous aurons à nous retrouver et régler ce problème tranquillement

RFI : Alors venons-en à ce qui se passe chez vous M. le président, qu’est-ce que vous pouvez nous dire de l’offensive qui est en cours  dans le Nord en ce moment

FB : L’offensive qui est menée de manière conjointe, l’armée centrafricaine et l’armée du Tchad contre quelqu’un que je peux qualifier de terroriste  Baba Laddé c’est son surnom, le combat a été bien sûr un peu difficile, un peu dur, mais les deux armées ont réussi à le neutraliser  et il est en fuite actuellement et tout son PC a été détruit

RFI : Il est en fuite ; vous savez vers où il est parti ?

FB : Oh Il est encore dans le secteur je crois, cherchant à trouver une issue je ne sais laquelle  mais l’armée s’organise et est toujours à sa poursuite.

RFI : Cela veut dire que l’offensive continue en fait aujourd’hui ?

FB : Mais la partie la plus dure est déjà réalisée. Ce ne sont que des poursuites après deux ou trois individus qui se cachent à travers la brousse. Ce n’est rien çà. Nous allons le capturer tôt ou tard.

RFI : Vous pensez donc que ce groupe-là n’est plus une menace aujourd’hui  pour vous ?

FB : Non il est neutralisé tout simplement puisque  son potentiel est détruit.

RFI : M. Demafouth est en prison depuis trois semaines maintenant, sauf erreur de ma part il n’a pas été présenté à un juge, qu’est-ce qu’on lui reproche aujourd’hui ?

FB : Vous savez que Demafouth a été arrêté par la justice Il a été convoqué par la justice et on l’a mis à la touche et nous attendons tout simplement ce que la justice compte faire de lui.

RFI : Mais ses avocats disent qu’il aurait fallu pour respecter les règles, l’inculper de quelque chose ; que le délai de préventive était dépassé.

FB : L’avocat comme la justice comme les magistrats savent le droit. On leur laisse le temps d’interpréter le droit à leur manière.

RFI : Vous pourriez peut-être me dire quand même ce qui lui est reproché ?

FB : Oui mais selon ce qui m’est parvenu, il cherchait à déstabiliser le pays. Et pour une personne de son rang après toutes les mesures qui ont été prises pour qu’enfin il soit tranquille chez lui, vouloir encore regrouper l’ensemble des forces politico-militaires pour reprendre la lutte au nom de quoi je ne sais, c’est méchant !  C’est ce qu’on lui reproche, les enquêtes se poursuivent et nous verrons ce que la justice pourra présenter.

RFI : Où est-ce qu’on en est dans la lutte contre la LRA ?

FB : Joseph Kony et sa bande ont trouvé refuge en République centrafricaine ; on avait cru qu’il pouvait se présenter comme simple réfugié mais malheureusement il continue à pratiquer les exactions inacceptables sur notre territoire et depuis ce temps les forces centrafricaines ainsi que  les forces ougandaises sont à sa poursuite et la dernière décision du gouvernement américain est la bienvenue et nous pensons qu’à partir du moment qu’un détachement militaire américain est sur place pour nous aider à mieux nous organiser pour aller de l’avant en vue de neutraliser ce bandit, nous pensons qu’avec le temps les choses pourront trouver des solutions.

RFI : Il est localisé à peu près ?

FB : Oui si, si ; il est localisé de manière grossière mais quant  à le localiser de manière nette, pas encore

RFI : M. le président merci.

 

 

NDLR : Le moins qu'on puisse dire est que les réponses laborieuses de Bozizé sur l'affaire de l'arrestation et la détention arbitraires de Demafouth sont peu convaincantes. Le fait qu'il va faire presqu'un mois bientôt sans être présenté à un juge ne le dérange pas du tout. Il préfère jouer à l'ignorant du droit et rejeter les choses sur les magistrats et les avocats, c'est plus commode pour lui.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Interview