Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 03:04




 

Source: World Health Organization (WHO) OMS

Date: 01 Dec 2009


Le 14 Novembre 2009, le ministère de la Santé (MoH) en République centrafricaine a signalé quatre cas suspects de fièvre jaune, dont 3 décès. Les cas ont été détectés par la surveillance régulière de la fièvre jaune dans la Sous-Préfecture de Yaloké-Bossembelle, Préfecture de l'Ombella Mpoko et dans la Sous-Préfecture de Bagamongone, Préfecture de La Lobaye.

Le cas index a été signalé dans la Sous-Préfecture de Yaloké-Bossembelle. C'était un homme de 18 ans, un éleveur de bétail. Le 6 Septembre, il a présenté de la fièvre, des maux de tête, la jaunisse et des signes hémorragiques. Le patient a été hospitalisé dans un centre de santé de Yaloké, où il mourut le 14 Septembre. Dans les jours suivants, 2 autres cas ont été rapportés avec la présentation de graves signes cliniques identiques, et tous deux sont morts. En Bagamongone, une petite ville à 20 km de Yaloke, un autre cas a été signalé au cours de la même période.

Trois cas ont été positifs pour les IgM anti-fièvre jaune au Laboratoire national de l'Institut Pasteur de Bangui. Le laboratoire de référence régional à l'Institut Pasteur à Dakar, au Sénégal, a également confirmé que les tests de neutralisation ont trouvé des anticorps spécifiques contre la fièvre jaune, confirmant ainsi le cas à la fièvre jaune. D'autres fièvres hémorragiques ont été écartés par des tests spécifiques. Au cours de l'enquête épidémiologique menée par le ministère de la Santé, des échantillons de sérum ont été prélevés dans 80 des "contacts" des cas. Tous ces échantillons de sérum ont été envoyés à l'Institut Pasteur de Bangui, pour enquête, et ont été IgM négatif par test ELISA. Des études entomologiques ont montré une faible présence de moustiques vecteurs de la fièvre jaune sylvatique.

Ces cas suivent deux foyers de fièvre jaune en Basse Kotto et Préfectures de l'Ombella Mpoko plus tôt en 2009. En 2008, 4 événements rapportés donné lieu à des campagnes de vaccination réactive de masse. Il est arrivé dans les sous-préfectures de Bozoum en avril 2008, Boda en août 2008, Bimbo et Briac en Octobre 2008. Une évaluation de la circulation du virus de la fièvre jaune chez l'homme, les primates non humains et des vecteurs a été réalisée en 2009 par un groupe d'experts de la fièvre jaune en commandite. Les tests de laboratoire pour l'étude est en cours.

L'urgence de vaccination de masse contre la fièvre jaune est prévue pour une population de 327.877 dans les régions touchées pour le début de Décembre 2009. Les vaccins ont été fournis par le stock mondial de vaccins d'urgence, géré par le Groupe international de coordination pour Yellow Fever Vaccine Provision (GIC) avec le financement de l'Alliance GAVI. La République centrafricaine ne fait pas partie d'un groupe de 12 pays d'endémie en Afrique, où des campagnes préventives de vaccination de masse sont en cours depuis 2007. Cependant, avec ces événements depuis 2008, la République centrafricaine est maintenant considérée comme étant à risque élevé de nouvelles contaminations.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences