Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 16:06

 

 

 

Flash

 

F Gouandjika

 

 

Maléyombo

 

 

Bangui, 30 août (C.A.P) - Après avoir été longuement entendu hier par les enquêteurs dans le dossier des colossaux détournements dans le département des Télécommunications sur lesquels il a régné plusieurs années durant avant de passer le relai à Thierry MALEYOMBO, Fidèle NGOUANDJIKA et son successeur se sont retrouvés aujourd'hui dans le bureau du Procureur de la République pour sans doute une mise en examen apprend-t-on d'une source généralement bien informée à Bangui.

 

L'étau on le sait, commençait à se resserrer autour de ces deux anciens ministres des Télécommunications dont la fortune subitement amassée est inversement proportionnelle à la faillite de la société nationale des Télécommunications SOCATEL qui ne parvient même plus depuis plusieurs mois à verser les salaires de son personnel qui a multiplié et durci en vain les grèves. Un rapport d'enquête judiciaire qui pointe leurs responsabilités personnelles a été remis il n'y a pas longtemps à Bozizé.

 

Pendant ce temps, Fidèle Fidèle NGOUANDJIKA possède sur ses comptes bancaires en France plusieurs milliards de F CFA au point qu'il avait envisagé un moment acheter le vieux château de Hardricourt de Bokassa 1er avant d'y renoncer, craignant que son compte et ses milliards ne soient gelés. Thierry MALEYOMBO quant à lui, s'est acheté une maison à Montpellier dans l'Hérault en France et construisait  une villa à Ouango à Bangui avant que ses ennuis politico-judiciaires ne commencent. Il avait détourné et disposé sur son chantier de Ouango plusieurs véhicules dont un tout neuf de SOCATEL, ce qui a contraint Bozizé à envoyer les récupérer.

 

Par ailleurs selon nos informations, c'est Fidèle NGOUANDJIKA qui, sans doute pensant pouvoir s'attirer les bonnes grâces de Bozizé, a orchestré le sabotage en règle du meeting du samedi 27 août dernier de l'opposition en recrutant des jeunes désoeuvrés du quartier Boy-Rabe pour semer le désordre, alors que l'autorisation officielle pour la tenue de ce meeting a bel et bien été accordée par les autorités compétentes.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique