Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 02:39

 

 

 

Touadera-A-F.jpg

 


Selon des informations dignes de foi, le Premier ministre Faustin Touadéra devrait être interpellé par les députés KNK de l’assemblée nationale le 22 octobre prochain. Ce serait une première car depuis qu’il est au perchoir, l’ineffable Célestin Leroy Gaombalet n’a jamais voulu que les députés puissent interpeller les chefs de gouvernement centrafricain. Il s’est toujours refusé à soumettre ce déplaisant exercice a Elie Doté et jusqu’ici à son successeur Faustin Touadéra mais cette fois-ci, devant la vacuité du gouvernement actuel et surtout l’inexistence de son chef Touadéra, la pression des députés KNK est si forte que Gaombalet est obligé de céder. Cette fois-ci, les diverses digues dressées par Touadéra pour se protéger et continuer à demeurer à la primature vont-elles résister ?


Toujours d’après nos sources, une motion de censure serait même déjà rédigée par les députés KNK qui n’attendraient que le jour J pour la soumettre à adoption et renverser le gouvernement Touadéra. Un casting qui ressemble à s’y méprendre à celui qui avait abouti à la démission du Premier Ministre Jean Luc Mandaba chef du premier gouvernement du régime MLPC naguère dont les agissements critiquables de certains ministres avaient été énormément décriés et conduit certains députés de sa propre majorité MLPC à brandir la menace de la motion de censure. Au lieu d’essuyer l’humiliation d’un dépôt de motion de censure, le Pr Mandaba a préféré, sur les conseils avisés du président Ange-Félix Patassé, prendre les devants en offrant sa démission à ce dernier qui l’a évidemment acceptée.


Après une exceptionnelle longévité à la tête du gouvernement que rien ne justifie pourtant (il a été nommé et reconduit à deux reprises), il est plus que temps que Touadéra aille s’occuper de ses chères mathématiques et de son immense ferme de Damara et de son cheptel caprin et bovin. Son incapacité à diriger un gouvernement s’est exprimée dès sa première prise de fonction mais il a en revanche compris très vite que le poste était réellement juteux. Fonds spéciaux, action gouvernementale hebdomadaire, caisses d’avance en cas de mission etc…lui ont permis d’amasser rapidement une grosse fortune et de beaucoup investir dans l’immobilier, l’agriculture et l’élevage.


Durant ses quatre années à la primature, la seule impression qu’il a laissée aux Centrafricains est celle de quelqu’un qui est mis là là juste pour inaugurer les chrysanthèmes et faire le figurant. Il ne s’est jamais attaqué à la résolution des nombreux problèmes qui préoccupent au quotidien ses compatriotes. Complètement écrasé par les différents demi-dieux qu’il avait au sein de son gouvernement (Ndoutingaï et Findiro qui l’ignoraient totalement et faisaient ce qu’ils voulaient), il était réduit à sa plus simple expression. Un véritable ectoplasme.


Il n’a jamais été capable de recadrer certains ministres dont les écarts et les dérapages ne cessent de défrayer la chronique. On ne l’a jamais entendu se prononcer sur les différents soubresauts judiciaires et valses limogeages de certains de ses ministres. Il ne sait toujours rien, n’est jamais au courant de quoi que ce soit. A se demander à quoi sert-il réellement à la tête du gouvernement de la République si ce n’est se remplir les poches tout simplement ! Dans ces conditions, les députés KNK rendraient un grand service au pays en renvoyant purement et simplement celui que certains à Bangui osent appeler "le nullissime" Faustin Touadéra à ses chères mathématiques.


La Rédaction CAP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique