Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 03:50

 

 

 

Faustin Touadera

 

 

Le 22 octobre dernier, le premier ministre centrafricain, « le mathématicien de Boy-Rabe » comme certains l’appellent à Bangui, Faustin Archange Touadéra, une première, a fait l’objet d’une interpellation devant la chambre quasi monocolore KNK de l’assemblée nationale. Selon des informations de sources sûres, cette interpellation devait en principe déboucher sur le dépôt d’une motion de censure destinée à renverser le gouvernement Touadéra du fait d’un grand mécontentement non seulement du pays mais aussi des députés pourtant KNK, à l’égard de ce premier ministre nommé par Bozizé voilà quatre ans et reconduit ensuite à deux reprises, un vrai record de longévité que rien ne justifie.


Contre toute attente, le lundi 22 octobre, la pression est subitement retombée car l’interpellation a tout simplement accouché d’une souris. Que s’est-il passé ? Quelle mouche a piqué les députés ? Les députés KNK se sont honteusement dégonflés et ont réduit la voilure de leur mécontentement et focalisé leurs reproches à Touadéra à des banales affaires de projet de budget non présenté à temps devant l’assemblée nationale et de l’irresponsabilité qui aurait consisté à laisser partir en mission au Japon le ministre des Finances Albert Besse sachant qu’il y avait la loi de finances à adopter etc…


La rédaction de CAP s’était fait l’écho de certaines informations faisant état de versement par Faustin Touadéra à certains députés bien ciblés, d’espèces sonnantes et trébuchantes quelques jours auparavant, quasiment pendant le week-end précédant la fameuse interpellation, afin de les retourner et les ramener à de meilleurs sentiments pour que la motion de censure ne soit point déposée a fortiori votée. Chose étrange, lors de l’interpellation, le président de l’assemblée nationale, l’ineffable Célestin Leroy Gaombalet, a cru devoir faire une déclaration insolite faisant clairement allusion aux rumeurs selon lesquelles les députés et lui-même auraient soudoyés par le premier ministre Faustin Touadéra.

  

D’après des informations crédibles de sources ayant requis l’anonymat,  le premier ministre Touadéra aurait bel et bien soudoyé les députés pour se tirer d’affaire. Il aurait effectivement reçu quelques députés triés sur le volet, charge à ceux-là de prêcher ensuite la bonne parole aux autres, au plus grand nombre qui devraient être arrosés avec des enveloppes. Il s’agit de Mamadou Gari de Mbaiki, Dogonendji Bé de Bouca, Franck Zanifei de Mbrés,  Christian Lengbé de Bangui 1, Patrice Edouard Ngaissona de Nana-Bakassa, notamment, à qui une enveloppe de 10 millions de F CFA aurait été remise à cet effet.


C’est donc ainsi que le jour J, les députés se sont déculottés, le miracle s’est produit à l’assemblée nationale et le gouvernement de Touadéra ne fut point renversé car aucune motion de censure n’a été déposée. Malheureusement les graves problèmes du pays sont toujours là car eux ne peuvent disparaître par un coup de baguette magique. Les Centrafricains continuent de mourir de faim et ne savent plus sur quelles routes circuler mais Faustin Touadéra a sauvé sa tête pour encore combien de temps ? Un premier ministre réduit à soudoyer des députés de sa propre majorité parlementaire pour exister ! Du jamais sauf en République centrafricaine de la bozizie. 

 

La rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique