Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 04:23

 

 

 

Bozizé met les galons de colonel à son fils Francis

Bozizé épinglant sans honte les galons de "colonel" sur les épaules de son rejeton Francis  

 

 

Parmi les nouveaux étoilés de l’armée centrafricaine que vient d’élever le non moins « général d’armée » François Bozizé à l’occasion de la fête nationale du 1er décembre, il y a bel et bien également le rejeton Jean Francis Bozizé, le ci-devant ministre délégué auprès de son père chargé de la défense et des anciens combattants dont la nomination a été dissimulée parmi les autres impétrants.


Déjà nommé « colonel » dans des conditions pour le moins farfelues et ubuesques, le voilà élevé dans des circonstances tout aussi scandaleuses et grotesques sinon plus invraisemblables encore comme « général de brigade ». Le ridicule ne tue vraiment pas en bozizie. Ce fiston qui ne dispose même pas d’un numéro matricule dans les forces armées centrafricaines est devenu par la seule volonté et aveuglement de son père « colonel » et aujourd’hui « général ».


Ainsi, comme son père, Jean Francis, aura accédé sans que rien, absolument rien ne puisse le disposer, à l’une des plus hautes hiérarchies du métier des armes comme naguère au temps de Bokassa où un certain François Bozizé, sorti dernier de sa promotion de l’Ecole Spéciale de Formation des Officiers d’Active (ESFOA), avait rapidement gravi les échelons non pas du fait de son aptitude particulière, ses qualités intrinsèques exceptionnelles et sa bravoure militaire, mais tout tristement à force de vendre ses frères d’armes par la délation et à coup de fiches mensongères adressées à l’ex-empereur.


Quoi d’étonnant que la médiocrité et la faiblesse affligeante de l’armée centrafricaine aujourd’hui que tous les Centrafricains déplorent et dénoncent, n’aient d’égale que la boulimie des galons. La nullité de ceux-là-mêmes qui prétendent commander cette armée n’a hélas d’équivalent que leur seul souci de s’en mettre plein les poches et de rouler les mécaniques et les épaules avec des galons qui ne correspondent en rien aux normes et standards observables dans des armées nationales comparables à la nôtre et dignes de ce nom.


Plus cette armée centrafricaine est incapable de faire face à ses obligations et d’accomplir ses missions régaliennes avec efficacité, plus le nombre de ses généraux augmente. C’est totalement incompréhensible. D’où vient cette logique absurde qu’il est plus que temps d’arrêter ? Nombre de ces « généraux » en carton ou en feuilles de palmier sont ouvertement la risée des hommes de troupes et des sans grades dont ils ont pris la mauvaise habitude condamnable de détourner les primes et autres petits avantages qui leurs sont alloués.


En revanche, la seule activité dans laquelle Bozizé et son fils Francis excellent, c’est l’achat d’armement. Chine, Afrique du Sud et Ukraine, voilà leurs pays de prédilection où ils ne cessent de s’approvisionner coûteusement et hors budget à tout moment et dans des quantités considérables. Que comptent-ils faire de ces armes car si au moins elles pouvaient servir à nos soldats à défendre l’intégrité du territoire et assurer la sécurité des citoyens, autant de besoins qui sont malheureusement loin d’être  garantis. On n’ose croire qu’ils achètent ces armes, juste pour le plaisir d’en accumuler et pour se rassurer psychologiquement comme ces deux hélicoptères de combat ukrainiens qui moisissent dans des hangars à l’escadrille de M’poko.


La rédaction     

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers