Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 00:19

 

 

 

 

Bozizé à Bruxelles le 17 juin 2011

 

 

L’hypothèse d’une disparition prématurée du président François BOZIZE est ouvertement évoquée et les écuries pour la course à son éventuelle succession se mettent en place. Les deux principales déjà connues sont celle de l’indéboulonnable Sylvain Ndoutingaï actuellement ministre d’Etat aux finances et véritable numéro un du gouvernement et du ministre délégué à la défense, le rejeton Francis que la perspective d’une brutale et prématurée disparition de son père angoisse au plus haut point (ndlr : voir courriel qu’il a adressé à Samaley dans nos précédentes parutions). Chacun se prépare. Francis a les armes et les hommes tandis que Ndoutingaï, les milliards et les réseaux du KNK.

Les temps à venir s’annoncent donc sombres car le cas échéant, l’armée ne restera pas les bras croisés pour regarder Francis Bozizé et Sylvain Ndoutingaï s’étriper pour succéder par des voies non constitutionnelles à François Bozizé. Plusieurs officiers des FACA ne cachent plus leur intention, le moment venu, de prendre leurs responsabilités pour disent-ils « empêcher le fils Francis de vouloir prendre la place de son père et continuer à les humilier ».

En effet, malgré les appétits présidentiels affichés de Jean Francis Bozizé et Sylvain Ndoutingaï, il est désormais acquis que les autres enfants Bozizé et une majorité du peuple de Benzambé ont opté pour une modification constitutionnelle afin de permettre à Bozizé de rempiler en 2016. Un projet de modification constitutionnelle sera donc soumis à l'assemblée Nationale juste avant les vacances de fin d'année afin de boucler la modification dans la ferveur des fêtes pour que cela n'ait pas beaucoup d'échos.

Bozizé qui sait que Paris et l’UE ne sont nullement contents du déroulement du processus électoral en RCA mais n’ont pas le courage de lui proposer ouvertement comme le fait le FARE 2011, une annulation pure et simple des résultats des dernières élections.  Il pense donc dès lors qu’il faut même les placer devant le fait accompli d’une modification constitutionnelle à laquelle pourra procéder l’assemblée nationale qui lui est totalement acquise.

C’est sans doute autour de ces brûlants sujets que le ministre des affaires étrangères de Bangui, le général Antoine GAMBI, a dû s’entretenir il y a quelques semaines avec un des conseillers de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Selon nos informations, l’envoyé de Bangui n’en menait pas large et n’était pas très sûr de lui avant de se rendre à l’Elysée d’où il était ressorti pas très à l’aise. Sa seule ligne de défense sur l’hypothèse de l’annulation des élections du 23 janvier 2011 est d’exiger en contrepartie que la France assure le financement de nouvelles élections, condition à laquelle Bangui pense que Paris ne donnerait point satisfaction.

Entre temps, la question lancinante qui préoccupe énormément la planète bozizéenne tant celle de Bangui que celle de France est celle des sources d’informations de la rédaction de Centrafrique-Presse.com. Les membres de la galaxie boziziste et KNK s’entredéchirent et s’accusent mutuellement d’être les informateurs de Centrafrique-Presse, en particulier de Prosper N’DOUBA son Directeur de Publication devenu à son corps défendant leur pomme de discorde. Plusieurs réunions des cellules du KNK à Bangui et/ou en France se tiennent au niveau des états-majors pour tenter d’identifier les taupes, le ou les informateurs de Prosper N’DOUBA en leur sein.

Cet acharnement paranoïaque réjouit profondément la rédaction de C.A.P qui s’honore ainsi de seulement bien faire le travail d’information du public et remercie de tout cœur tous ses fidèles lecteurs de l’inestimable confiance qu’ils continuent de lui témoigner et du soutien combien chaleureux et précieux qu’ils apportent à son Directeur de Publication objet des menaces de toutes sortes, en étant toujours plus nombreux à s’informer sur son site.  

La Rédaction de C.A.P

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique