Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 00:47

 

 

 

 

 

 

Helicopter_Ecureuil.jpg

 hélicoptère Ecureuil

 

 

 

Dauphin-helico.jpg

 

hélicoptère Dauphin (ici au salon du Bourget)

 

 

 

Deux compatriotes pilotes sont actuellement victimes de son ingratitude et de sa paranoïa

 

Enquête CAP


Le jeudi dernier, après sa descente de l’hélicoptère qui l’a ramené de Bayanga, depuis quelque temps c’est le nouvel endroit que Bozizé affectionne pour se reposer et se livrer à ses pratiques occultes, on l’informe que l’eau et l’électricité ont été coupées dans les appartements où sont logés les membres de l’équipage tchadien du Hercules C 130 appelé encore « Air Bezambé » qui ne vole pratiquement pas (ndlr : il se trouve d’ailleurs actuellement encore à Lisbonne) mais qu’il entretient coûteusement ainsi que l’équipage, entièrement pris en charge aux frais de la princesse. Bozizé s’énerve et déclare : « ils vont payer », faisant clairement allusion au pilote et co-pilote de l’Ecureuil à bord duquel il se trouvait ce 22 décembre 2009 et qui avait failli faire un crash. 


On se souvient en effet que le 22 décembre 2009 revenant de Bossangoa pour Bangui, l’hélicoptère Ecureuil de Bozizé a dû faire un atterrissage d’urgence en pleine brousse aux environs de la localité de Ndjoh. C’est après plusieurs heures de marche et de recherche que des éléments de sa garde présidentielle ont pu retrouver les naufragés pour les ramener à Bangui. L’expertise technique de l’appareil ultérieurement effectuée par Mat Aviation qui a dépêché des techniciens sur les lieux a conclu à l’usure prématurée de certaines pièces sur un des moteurs de l’Ecureuil en raison des situations habituelles de surcharge dans lesquelles l’appareil est obligé de fonctionner.


Mat Aviation a réparé l’appareil qui a été ramené à Bangui et une reprise a été faite pour l’acquisition d’un autre hélicoptère Dauphin toujours chez Mat Aviation en France, que Bozizé utilise actuellement. C’est d’ailleurs toujours les capitaines Ngaindiro et Ngaitoua qui ont ramené le Dauphin depuis Toussus Le Noble jusqu’à Bangui au bout de 22 jours de route. Le 29 mars 2012 après la traditionnelle cérémonie de Bobangui, cet appareil a conduit Bozizé à Bayanga dans le sud-ouest du pays mais un début d’incendie a aussi contraint le pilote à effectuer un atterrissage d’urgence. Rien ne dit que plusieurs années après, Bozizé n’accusera pas encore le pilote de vouloir le tuer cette fois-là aussi.

 

La raison de la colère de Bozizé est le lien entre cette affaire de coupure et le propriétaire des appartements loués pour l’équipage tchadien du Hercules C 130 n’est autre que le capitaine David Ngaitoua, copilote du fameux Ecureuil. Les factures d’eau et d’électricité étant en son nom, celles-ci n’ont plus été réglées depuis qu’il a été arrêté et détenu à la SRI d’où les coupures. En effet, ce dernier a été convoqué un soir du 15 mai 2012 et s’y trouve toujours à ce jour. Des premiers interrogatoires auxquels il a été soumis, il ressort que l’on accuse ainsi que le pilote titulaire de L’Ecureuil, le capitaine Jérôme Ngaindiro qui se trouvait à ce moment en stage de formation à Bruxelles - au sujet de l’incident de vol du 22 décembre 2009 - d’avoir voulu en réalité, attenter à la vie de Bozizé. En outre, il lui est aussi reproché de s’être réjoui devant des proches, de la perspective d’accession imminente à la tête du pays de Sylvain Ndoutingaï.

 

La question se pose vraiment de savoir pourquoi certains fils du pays doivent essuyer le courroux et les menaces de Bozizé à cause de ce Ndoutingaï alors que ce dernier continue tranquillement de bénéficier de ses bonnes grâces. Il lui a fait remettre un nouveau passeport et la coquette somme de 25 millions de F CFA sortis du trésor pour qu’il aille se reposer au Maroc et maintenant au Burkina-Faso depuis quelques jours. Au regard du sort fait à son compagnon mécanicien navigant David Ngaitoua, le pilote Jérôme Ngaindiro qui après avoir fini son stage à Bruxelles, a décidé de ne pas regagner Bangui et s’est retranché en France où il a  sollicité début juillet dernier l’asile.

 

Me Nicolas Tiangaye, l’avocat du capitaine David Ngaitoua, reconnaît que malgré ses efforts et initiatives, le dossier n’avance pas. En clair, on a encore à faire à un cas d’arbitraire pur et simple et  d’un « prisonnier personnel » du général Bozizé, exemple par excellence d’un état de non droit et de république bananière.  Aux dernières nouvelles, tous les comptes bancaires du capitaine Ngaitoua à Bangui auraient été saisis et les avoirs retirés au profit d’une jeune femme, ancienne avocate française radiée du barreau dont le chemin a croisé celui des deux capitaines Ngaitoua et Ngaindiro lors de leur stage en France en 2010. Celle-ci serait descendue à Bangui en aventure et se trouverait à présent être dans les bonnes grâces de Francis Bozizé et son père. Elle serait vraisemblablement, selon Ngaitoua et Ngaindiro, à l’origine de leurs ennuis avec le général Bozizé.

 

La Rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers