Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 02:49

 

 

 

Pretoria.gif

 

 

Au moment où il est beaucoup question à Bangui de la présence des troupes sud-africaines en Centrafrique, la rédaction de Centrafrique a procédé à quelques investigations auprès de la représentation diplomatique de notre pays en Afrique du Sud et est en mesure de dresser un tableau peu reluisant de cette ambassade à la tête de laquelle BOZIZE YANGOUVONDA a placé un de ses hommes de main en la personne de Paul DIMASSI, un de ces généraux d’opérette dont regorge l’armée de la bozizie et dont on se souvient qu’une fois ivre, il avait été copieusement tabassé il y a quelques années par un certain Landry TOUABOY qui n’est autre qu’un des aides de camp de YANGOUVONDA. Certaines mauvaises langues disent à Bangui que c’est d’ailleurs pour laver cette humiliation de cet aide de camp que BOZIZE a envoyé Paul DIMASSI comme ambassadeur à Pretoria. On est bien en bozizie… !

 

La Rédaction  

 

 

La situation qui prévaut à l’ambassade de la République Centrafricaine au pays de Jacob ZUMA - qui a cru devoir envoyer en urgence dernier ses troupes voler au secours d’un BOZIZE dont le pouvoir était en train de vaciller bigrement - tout en ressemblant à celle de la plupart des représentations diplomatiques de la RCA à l’étranger, se caractérise par un désordre généralisé. Le Général de Brigade admis à la retraite Paul DIMASSI que BOZIZE a choisi d’envoyer à Pretoria, l’actuel chef de la représentation diplomatique de la République Centrafricaine située au 799 Government Avenue & Eastwood Pretoria, South Africa, n’a aucun contrôle de l’ambassade placée sous sa responsabilité depuis l’ouverture de celle-ci le 08 juin 2010.

 

Le 06 janvier 2013, au cœur de la crise militaro-politique qui avait failli emporter le régime de Bangui, Pretoria, voulant remplir l’obligation internationale de l’Afrique du Sud vis-à-vis de la RCA, apporte un soutien militaire et logistique avec près de 400 soldats déployés autorisés par la constitution sud-africaine, selon une déclaration faite par la présidence du pays de l’arc-en-ciel. « Les soldats sud-africains "vont aider l'armée centrafricaine à augmenter sa capacité, à préparer et à mettre en œuvre le processus de désarmement, démobilisation et réintégration", indique la déclaration. Cette mission "fait partie des efforts que l'Afrique du Sud déploie pour amener la paix et la stabilité dans la région ».

 

Force est de constater, au regard de la gestion de la représentation centrafricaine au pays de Nelson Mandela, il se trouve que malgré la présence d’un ambassadeur centrafricain en poste à Pretoria, BOZIZE préfère s’attacher plutôt les services de son sulfureux ami Didier PEREIRA, conseiller à la Présidence sud-africaine pour le trafic des armes d'Afrique du Sud vers Bangui, et également dans les dossiers relatifs à l'opération WIMBEZELA. C’est ce Didier PEREIRA qui a facilité une rencontre de Francis BOZIZE avec Jacob ZUMA pour régler des affaires d’armes à livrer à Bangui sans doute en échange de business de diamant..

 

Il se raconte à Bangui que Paul DIMASSI avait obtenu son poste de Pretoria comme lot de consolation suite au tabassage dont il avait été l’objet par un des aides de camp  de YANGOUVONDA, en l’occurrence Landry TOUABOY. Sur le plan professionnel, ses collaborateurs murmurent sa gestion de main de fer des affaires diplomatiques en impliquant directement sa famille pendant que lui-même fait main basse sur la caisse de l’ambassade.

 

L’an dernier [2012, NDLR], le Général à la retraite, Paul DIMASSI, s’est farouchement opposé au retour en poste de  son Attaché de Sécurité, le lieutenant Albert BEFIO BALLA, évacué d’urgence à Bangui en Octobre 2011 pour cause de maladie, et également il avait saisi l’Administration centrale pour demander au ministre des Affaires Etrangères de l’époque [ndlr : Antoine GAMBI,] de  mettre fin aux fonctions de trois de ses agents pour des raisons qui ne sont pas professionnellement fondées. Rappelons aussi qu’en 2011, l’ambassadeur était rentré bredouille de Bangui, après avoir passé six (6) mois, soi-disant pour tenter d’obtenir des crédits de fonctionnement pour son poste.

          

La ville de Cape-Town, capitale provinciale du Cap-Occidental, se prépare à ouvrir un consulat de Centrafrique, qui tarde à connaître ses responsables. Dans le milieu centrafricain résidant dans la ville, des rumeurs circulent à propos des calculs d’intérêts de l’ambassadeur qui serait plutôt favorable à la nomination d’un membre de son puissant réseau sulfureux. Le consulat de la RCA à  Johannesbourg n’est pas en reste.

 

S’agissant du Conseiller Social et Culturel, Célestin Maurille OUILIBONA WANZANE (hors statut), il détient la palme d’or de la mythomanie. Il ne manque en effet pas d’inspirations. D’abord monsieur se flanque aussi du grade de colonel de l’armée centrafricaine pour jouir de tous avantages de ce rang mais se fait passer également pour un frère-cadet du Général-père avec pour nom Emmanuel BOZIZE. Comme on n’est pas BOZIZE pour le plaisir des oreilles et des yeux,  Emmanuel BOZIZE, appelons-le comme cela, ne cesse  de brandir son lien parental à toutes fins utiles. Le comble est que depuis sa prise de service en Septembre 2010, il n’est pas assidu au travail et  n’a jamais traité un seul dossier administratif et brille seulement par son trafic d’influence.

 

Son alter ego s’appelle sieur Pierre Nicaise ZEMBOUROU (Administrateur Civil au Ministère du Commerce) et par ailleurs Conseiller Economique de l’Ambassade. En vendeur de bonne aventure, ce dernier sillonne le milieu du business sud-africain où il prêche les bons services du diamant centrafricain. Avec Emmanuel BOZIZE ils se montrent facilitateurs des transactions sur les pierres précieuses de la République Centrafricaine vers la République d’Afrique du Sud. L’orgueilleux Conseiller Economique, assure pour le moment et depuis mi-Décembre 2012, l’intérim de l’Ambassadeur, qui est toujours en mission à Bangui.

 

En victime patentée des coups-bas de ses protégés, l’ambassadeur Paul DIMASSI, conformément à la Note de Service signée au profit de son intérimaire Pierre Nicaise ZEMBOUROU, les fonctions de chargé d’affaires de ce dernier sont  exclusivement limitées à l’évacuation des affaires courantes de l’ambassade au motif que  ZEMBOUROU n’est pas digne de représenter l’ambassade à l’extérieur, car il (DIMASSI) s’est fait dernièrement avoir dans le  business des cigarettes et liqueurs des magasins diplomatiques hors taxes de Pretoria. ZEMBOUROU a la réputation d’être trop vulgaire depuis qu’il est devenu chargé d’affaire. Il lui arrive d’arracher les cachets de service du secrétariat de l’ambassade pour les garder par devers lui. Dans quel but ? Seul lui-même pourra le dire. Mais en cas de besoin desdits cachets, il suffit de lui faire appel pour qu’il les ramène  ou encore  aller chez lui pour  s’en servir.

 

Le Secrétaire Traducteur bilingue, sieur Nouhou HASSAN (Administrateur Civil) au Ministère des Affaires Etrangères, passe auprès de ses collègues comme celui qui veut souvent forcer  la main del’ambassadeur. Quelle mouche l’a piqué au point de vouloir un poste inférieur qui ne correspond pas à sa catégorie ? Dans quel but et pour quel intérêt ? La page facebook de ce dernier est pleine de publications à caractère politique lesquelles inquiètent et confondent ses responsables du ministère des Affaires Etrangères qui parlent de violation de l’obligation de réserve, principe absolu  que doit respecter tout  agent de l’ambassade.

 

L’Opérateur Radio, l’Adjudant-Chef Symphorien BANGAVOULOU lui, passe le plus clair de son temps à se promener dans la ville de Pretoria où depuis son arrivée en Août 201, il n’a pas d’outils de travail. Il en est de même pour les deux chauffeurs de l’ambassade à savoir Anicet Fréderic YAGUEME et Dieudonné YAMALE, respectivement chauffeur de commandement  et chauffeur de liaison, tous deux sont des ouvriers des Travaux Publics au Ministère des Affaires Etrangères à Bangui. Ils errent paisiblement dans le pays de Nelson MANDELA en se tournant les pouces car l’unique véhicule de l’ambassade est en panne  depuis plusieurs mois. 

 

Depuis trois (03) ans, l’ambassade de la RCA a enregistré quatre (4) mois retard de loyer de la résidence de l’Ambassadeur, et depuis la semaine dernière, le propriétaire des locaux de la résidence a décidé de confier sa propriété à une agence immobilière de la place pour lui trouver un autre locataire. Le dossier des arriérés de loyer de l’ancien bailleur de l’ambassade dont l’affaire est entre les mains des autorités du Département Sud Africain des Relations Internationales et de la Coopération, et revient aussi fréquemment dans les journaux sud-africains.  A cela il faut aussi ajouter les arriérés de salaire du personnel local à savoir  la ménagère et le jardinier qui sont démissionnaires. La ménagère qui est sud-africaine a fini par saisir l’Inspection de Travail de son pays pour réclamer ses salaires impayés. 

 

L’ambassade n’a pas de  ligne téléphonique depuis Juin 2011; L’unique véhicule de l’Ambassade est en panne  depuis décembre 2012; Le reliquat des dettes contractées pour l’acquisition des meubles depuis décembre 2011 n’est toujours pas apuré. Les activités professionnelles à l’Ambassade sont au ralenti. La Secrétaire de direction, Carole Chimène DIMASSI (personnel local), fille de … l’ambassadeur, qui se dit  démissionnaire, mais parallèlement continue de percevoir son salaire. Or le vrai motif de sa prétendue démission est de  camoufler son incompétence professionnelle.

 

Marina Christelle GAMBI (hors statut), fille du Ministre sortant des Affaires Etrangères est Attachée de Protocole, Interprète. Son rendement a motivé des recherches scientifiques auprès de ses anciens collègues de Bangui pour comprendre son fonctionnement. Les résultats des recherches effectuées un peu partout justifient équivalent à ses caprices d’adultes et ses frasques de professionnels. Niveau d’études inferieur à la classe de 5eme, aucun diplôme, ni une expérience professionnelle, Marina a été parachutée à Pretoria de la même manière que son père suppliait François BOZIZE de lui offrir une seconde chance pour valoir ses droits à la retraite.

 

Antoine GAMBI est nommé Ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement TOUADERA. A son tour, il a envoyé sa fille Marina en aventure  à l’Ambassade de RCA en Afrique du Sud où son incompétence est notoire car d’un niveau intellectuel très limité. Profitant de la position de son père, elle ne travaille jamais, se fait intouchable et toujours très active dans les magasins diplomatiques hors taxes de la place, qui lui rapportent tant de profits que son devoir professionnel.

 

Sans le moindre scrupule et à l’instar de son patron BOZIZE, Antoine GAMBI a également pensé à nommer un autre de ses fils comme conseiller à l’ambassade de RCA Paris. La diplomatie en famille c’est mieux. Avant de quitter le département des affaires étrangères pour celui du DDR, papa GAMBI a tenu à faire nommer son fils en poste à Paris comme Consul de Centrafrique au Qatar. Voilà un père qui pense à l’avenir de sa progéniture.

 

Tous les agents diplomatiques de Pretoria n’appartiennent pas au Ministère des Affaires Etrangères.

 

Alvarez de Santo à Pretoria (Afrique du Sud) pour Centrafrique-Presse

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers