Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 04:25




 

Le vendredi 13 est généralement une date qui, paraît-il, porterait malheur. Mais c’est justement le vendredi 13 novembre que Bozizé et sa clique ont choisi pour tenir à Mbaiki, le congrès fondateur de leur parti censé naître sur les cendres du KNK. Est-ce sur recommandation des oracles du christianisme céleste ? Pour une assise de lancement et de surcroît un congrès, on devrait en principe s’attendre à ce que cela se tienne sur au moins deux ou trois jours.

Or selon nos informations, les travaux de cette réunion ne se dérouleraient curieusement qu’en un seul jour. Il faut croire qu’ils n’ont sans doute pas grand chose à se dire sinon à seulement investir François Bozizé comme leur candidat pour les présidentielles de 2010. Autre curiosité, toujours selon nos informations, Bozizé a choisi de donner rendez-vous à de mystérieux hommes d’affaires le même jour où devrait se tenir le congrès de son parti. Allez-y comprendre ! Pour un regroupement d’une seule journée, les organisateurs n’ont pourtant pas lésiné sur les moyens.

C’est ainsi que plusieurs invités des structures du KNK de France, Paris, Reims, Bordeaux Lyon, Toulouse, pour ne citer que ces villes, ont littéralement pris d’assaut le vol régulier d’Afriquiyah Paris-Tripoli-Bangui du mercredi 11 novembre 2009 ainsi que des journalistes de la chaîne de télévision africaine Télé Sud, conviés in extremis, on parle d’un coup de fil passé le même jour vers 01 h du matin par le conseiller en communication de Bozizé, l’ex journaliste d’Africa n° 1 Henri Pascal Bolanga aux responsables de la chaîne pour qu’une équipe de reportage puisse embarquer obligatoirement sur le vol d’Afriquiyah. Il doit certainement en être de même pour certains pays, notamment africains, où des responsables attitrés du KNK ont dû faire à grands frais, le déplacement de Bangui afin de prendre part au congrès « historique » de Mbaiki.

Sur place à Bangui, beaucoup de Centrafricains et d’observateurs politiques ne manquent pas de s’interroger sur les conséquences de ce qui, de plus en plus, n’apparaît plus comme une vue de l’esprit ni une hypothèse d’école, sur les prochaines élections présidentielles. En effet, depuis le tonitruant retour d’exil de l’ancien président Patassé et ses fracassantes déclarations sur sa candidature à l’élection de 2010, si la CPI accède aux souhaits de la FIDH qui réclame la délivrance de mandats d’arrêt contre ceux qu’elle considère comme étant aussi d’incontournables protagonistes et responsables des crimes de guerre et crimes contre l’humanité en RCA, à savoir Ange Félix Patassé et François Bozizé, ceci dans les perspectives du procès de Jean-Pierre Bemba à compter du 27 avril 2010.

En cela, la volonté plusieurs fois réaffirmée de Patassé d’être candidat aux prochaines présidentielle, apparaît aux yeux de beaucoup d’observateurs à Bangui et même dans le monde, comme une fuite en avant quant à son inculpation - qui n’est qu’une question de temps et d’opportunité - comme commanditaire des crimes reprochés au leader des troupes du MLPC Jean-Pierre Bemba qui n’en était que l’exécutant.  

Par ailleurs, les conditions dans lesquelles s’est déroulé l’entretien entre Bozizé et Patassé - dans le salon d’honneur de l’Assemblée nationale et non au Palais de la Renaissance et pas en tête à tête mais en présence du président de ladite Assemblée et de la Mme la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies - sont interprétées par beaucoup de banguissois et d’observateurs politiques comme une manière pour Bozizé de ne pas accorder à Patassé plus d’importance que ce dernier ne veuille s’en donner, tout en lui faisant comprendre que c’est lui Bozizé qui entend demeurer le maître du jeu politique.

En tout état de cause, les jours prochains ne manqueront pas d’apporter leur lot d’éléments d’appréciation susceptibles de constituer une éclaircie dans le ciel politique centrafricain très nuageux et l’atmosphère qui grouille de tant de rumeurs actuellement, juste avant les élections de 2010.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique