Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 23:22

 

 

 

 

justice-et-moralisation.jpg

 

 

FindiroFeindiro

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 17 Juillet 2012 05:34

Le ministre de la justice, Garde des Sceaux et chargé de la moralisation, Firmin Findiro est limogé de ses fonctionsC’est sur les ondes de la radio nationale que les centrafricains ont été informés lundi 16 juillet 2012 dans la soirée, par la lecture d’un décret présidentiel.

Un second décret lu également concernait le Directeur général de la police. Il s’agit d’Henri Wanzin Linguissara, également relevé de ses fonctions.

Ce n’est pas tout. Lecture a été également faite d’un troisième décret limogeant le chef de cabinet particulier du président François Bozizé. Il s’agit de Joël Sinféi Moidamsé, général de police. Mais pour ce dernier le décret précise qu’il est « admis à faire valoir son droit à la retraite ».

Les observateurs de la vie politique centrafricaine ne seront guère surpris par le limogeage du désormais ex-ministre de la Justice, Firmin Feindiro. L’actualité de ces dernières semaines à Bangui l’a souvent mis en avant, et des postures non avantageuses. Son nom est cité en effet dans un projet de coup d’état qu’aurait initié l’ancien ministre d’Etat aux Finances, Sylvain Ndoutingaï limogé le 1er juin dernier. La rumeur en faisait le décrivait comme partie prenante du projet et même éventuel Premier Ministre du gouvernement qui serait mis en place en cas de succès de l’opération.

L’ex-ministre de la Justice s’est vu refoulé de l’aéroport de Bangui Mpoko le 9 juin alors qu’il devait prendre un vol pour se rendre en France, officiellement pour des raisons de santé. Cette interdiction de sortie du territoire faisait suite à une mesure de la présidence de la république et valable pour tout membre du gouvernement jusqu’à nouvel ordre. Toute exception devait être accompagnée d’une autorisation écrite. Cette autorisation, Firmin Feindiro l’obtiendra quelques jours plus tard et effectuera finalement son voyage.

Mais tout comme pour Sylvain Ndoutingaï, aucune raison officielle n’a été donnée pour le moment pour expliquer le limogeage de l’ancien ministre de la Justice. Son remplaçant à la tête du département n’est pas encore connu.

Le président Bozizé fait tomber un autre membre de son gouvernement

RFI mercredi 18 juillet 2012

En Centrafrique, après Sylvain Ndoutingaï, le ministre des Finances que Bangui avait surnommé le vice-président, le président Bozizé vient de faire tomber un autre pilier de son gouvernement. Lundi 16 juillet un décret du chef de l'Etat rendu public à la radio nationale a mis fin aux fonctions du ministre de la Justice Firmin Findiro. Deux autres proches du chef de l'Etat, le chef de cabinet particulier du président et le directeur général de la police, ont également été limogés

Aucune explication officielle n'est venue justifier ces limogeages. Au Palais, on se limite à la formule obligée : « Cela fait partie des pouvoirs discrétionnaires du président ». Pour autant à Bangui, personne ne se dit surpris par ces nouvelles révocations. Selon plusieurs sources, celles-ci sont la suite logique de la disgrâce de Sylvain Ndoutingaï. « Le président Bozizé est en train de démanteler les réseaux de son ex-ministre des Finances », assurent plusieurs observateurs de la vie politique locale.

L'ancien garde des sceaux Firmin Findiro, considéré comme un très proche de Sylvain Ndoutingaï, se savait par exemple en sursis depuis que le couperet était tombé sur le neveu de François Bozizé. Signe qui ne trompe pas, il y a quelques semaines, il avait été temporairement empêché de sortir du territoire alors qu'il devait se rendre à Paris.

Sans qu'aucune plainte n'ait été déposée, ni aucune accusation officielle portée sur la place publique, Sylvain Ndoutingaï et Firmin Findiro sont depuis la fin avril au cœur de rumeurs les présentant comme les instigateurs d'un coup d'Etat. Fondées ou non, le président Bozizé semble avoir pris suffisamment au sérieux ces allégations pour se débarrasser de ces deux hommes que Bangui avait surnommé « les deux demi dieux ». Le pari n'est pas sans risque. Comme l'explique un bon connaisseur des arcanes du palais, grâce à sa fortune Sylvain Ndoutingaï a toujours ses relais dans l'armée alors que Firmin Findiro, lui, connait tout des affaires judiciaires du pays.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers