Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 23:15

 

 

 

Guinon.JPG

 

Il n’y a pas longtemps, une correspondance particulière de Centrafrique Presse interpellait les fanatiques du KNK  France, notamment les Elvis Dengosin, Salet Toki, Gertrude SakangaMaurice Ouambo, Fabrice Wallot, Awa Yalo, les Bidoulou  et surtout l’impertinent Bienvenu Guinon, oui le fameux Guinon  qui avait permis à un certain Thierry Maléyombo de narguer l’opposition à Paris dans une décapotable de luxe location, accompagné d’un certain  Alain Mbaya et d’une certaine Annette Ngaibona aujourd’hui en disgrâce et qui quitté le navire.

Eh bien, tenez-vous bien dans vos fauteuils, après  l’article de Centrafrique presse sur l’ingratitude caractérisée du KNK avec ses militants dévoués, s’agissant des obsèques de la  compatriote Mme  Aline Piroua décédée le 13 février 2012 à Toulouse et finalement inhumée le 17 février 2012 au cimentière Lalande de cette ville faute de prise en charge rapide du KNK,  la communauté KNK de France s’apprête à vivre un  nouveau scandale.

Le tonitruent et controversé Bienvenu Guinon  va très mal depuis des mois. Il aurait eu un accident vasculo-cérébral (AVC) suite à un malentendu crée par les contradictions entre les héritiers de la bozizie ouvertement en guerre fratricide. En effet, croyant bien faire, Guinon faisait le « go between » entre le Ministre Délégué à la défense et Fils de son Père Francis Bozizé qu’il informait régulièrement sur tout ce qui se trame en France, et d’une part le colonel Sylvain Ndoutingaï. Guinon sans s’en douter,  était  entré de plein fouet dans la la guerre de succession en bozizie. Car entre le Ministre Parfait Mbaye, qui voulait le traduire en justice, Francis qui restait peu bavard et Ndoutingaï dont la femme interceptait tous les colis en provenance de Guinon, le pauvre a eu du mal à s’y retrouver.

Il a donc fait un accident vasculo-cérébral (AVC) quand il avait appris que les médicaments envoyés pour soigner son  beau-frère, un autre ouvrier KNK lui aussi parti de Paris, ainsi que le camescope qui devait servir à lui envoyer les images du pauvre, ont été purement et simplement confisqués par l’épouse de Ndoutingaï sans que ce dernier n’intervienne pour donner un seul ordre de restitution.

Depuis un mois donc, le pauvre est trainé d’hôpital à hôpital, de traitement à traitement, de rééducation en rééducation, au point  où aujourd’hui, il est difficile de savoir exactement dans quel établissement le pauvre Guinon  se trouve. Les gens du KNK France n’ont pas réussi à lui mettre la main dessus, après avoir fait le tour des grands hôpitaux parisiens.

Guinon n’a pas eu le secours du KNK Bangui pour ses soins et est en pleine dépression.

La pauvre défunte Aline Piroua n’était effectivement pas la dernière victime. Le KNK a encore beaucoup de secret dans  de ce type à livrer aux Centrafricains de France, adeptes du KNK.

Et comme un Guinon  en cache un autre, le beau-frère à qui il avait envoyé les médicaments confisqués par  Mme Ndoutingaï  vient de rendre l’âme l’autre la semaine dernière.

KNK France, Annette Ngaibona, Fabrice Wallot, Ouambo, combien de victimes faut-il encore pour  que  le nouveau  SG de ce parti, Louis Oguéré Ngaikoumon, prenne la mesure que KNK  doit assister ses vaillants combattants

Un militant KNK dégoutté

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers