Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 03:14

 

 

vote à Bangui 4ème

 

 

NDLR : Chaque jour qui passe apporte son lot de révélations sur la parodie d'élections qui a eu lieu le 23 janvier 2011 en Centrafrique, notamment sur l'ampleur de la fraude du clan bozizéen. Par exemple, à Kabo où la CEI a cru annoncer la victoire au premier tour de Francis Bozizé, la réalité de ce qui s'est passé est tout autre. Kabo est une ville martyre qui a beaucoup souffert de la terreur de Francis Bozizé pendant la rébellion de son père. Tueries, incendies volontaire de maisons... On ne voit pas comment la population de cette ville peut spontanément élire ce monstre de rejeton. 

En effet, c’est une dame, Mme Edith Badingar candidate indépendante qui était en tête suivie par le candidat du MLPC, Clément Nobona. Informé, le clan Bozizé a aussitôt dépêché un convoi militaire de la GP kidnapper le sous-préfet de la ville qui est ramené manu militari à Bangui et dans la même nuit de leur arrivée, conduit à Sassara. Là, ils ont procédé à leur guise aux falsifications et modifications nécessaires pour faire gagner Francis Bozizé au premier tour. Comment peut-t-on appeler « élections » un tel carnaval.

S’agissant de Carnot, c’est par la terreur et l’intimidation que les soldats de la garde présidentielle ont fini par imposer comme députée de Carnot 1 la maîtresse favorite de Bozizé, Renée Madeleine Sambo Bafatoro qui a clairement fait chanter son président d’amant que si elle n’était pas élue dès le premier tour comme Monique sa rivale à Bimbo 2, elle allait rompre avec lui et retourner vivre en France avec ses enfants.

Jusqu’à présent, Carnot continue de vivre sous la terreur de la garde présidentielle qui n’arrête pas de persécuter et spolier les collecteurs et opérateurs économiques de la ville qui sont accusés de n’avoir pas voté le KNK et d’avoir soutenu financièrement le candidat Ibrahim Aoudou Paco. Ils sont régulièrement victimes d’extorsion d’argent (en général plusieurs millions de F CFA) par un certain lieutenant Abdoulaye de la garde présidentielle. La population est littéralement terrorisée sur les multiples barrières routières sur l’axe Carnot-Berbérati et Carnot–Baoro où les téléphones portables et sommes d’argent sont systématiquement arrachés aux voyageurs et confisquées.

C’est dans ce contexte que les concurrents de la maîtresse de Bozizé de Carnot dont Ibrahim Aoudou Paco viennent d’adresser une lettre de protestation (voir copie et fac simile ci-dessous) au faux pasteur et nullissime Joseph Binguimalé de la CEI pour dénoncer les nombreuses violations du code électoral pendant et après le scrutin du 23 janvier 2011. Ces « élections » doivent être annulées purement et simplement.

Rédaction C.A.P  

 

 

  *******************************************************************************************************

 

 

Carnot le 04 Février 2011

 

A

Monsieur le Président de la Coordination Nationale de la

Commission Electorale Indépendante(CEl) à Bangui.

 

Objet : Lettre de Protestation

 

Nous avons l'honneur de bien vouloir vous adresser cette lettre de protestation relative au dysfonctionnement constaté pendant et après le Scrutin du 23 Janvier 2011 dans la Circonscription de Carnot 1.

Au terme de l'article 87 du code électoral qui stipule que « Le Procès-verbal des opérations du dépouillement est rédigé en six (06) exemplaires augmentés d'autant d'exemplaires qu'il y a des Candidats par le bureau et signé par des Scrutateurs et le Président ainsi que par les Candidats ou leurs Représentants dûment mandatés ».

Force est de constater que cette disposition légale n'a pas été observée car aucun de nos représentants dans les 83 bureaux de vote n'a reçu la copie du procès-verbal comme il se devait, et surtout l'immixtion intempestive des Autorités Politico-Administratives dans la gestion du processus électoral, notamment des menaces et d'intimidations proférées à l'encontre des Chefs de villages et de quartiers, de nos Représentants dans les différents bureaux de vote dans la Circonscription de Carnot 1.

A cela, il faut signaler la présence dérangeante des éléments de la Garde Présidentielle qui sont censés assurer lâ protection de la Candidate N° 1 ce qui a malheureusement influencé le libre choix des électeurs dans les bureaux de vote 3, 4, 5 et 6 (Ecole Charpente).

En outre la transmission des résultats ou des procès-verbaux n'a pas été faite par la voie légale car le Président de la CEI locale d'une manière unilatérale et sans être accompagné par certains membres du bureau, s'est permis de suivre le Superviseur à Nandobo en vue de décharger à ce dernier les procès-verbaux alors que toutes les conditions légales étaient réunies pour le ramassage desdits procès-verbaux ce qui engendre des suspicions quant à la fiabilité des résultats tant attendus par la population de Carnot.

D'ores et déjà nous tenons à porter à votre haute attention qu’au nom du principe d'égalité de tous les Candidats devant la loi que nous nous réservons le droit d'adresser une requête auprès de la Cour Constitutionnelle seule juridiction compétente de rétablir les Candidats lésés dans leurs droits car il y va de l'intérêt du peuple Centrafricain.

Tout en espérant à une solution apaisée; Veuillez Monsieur le Président, croire à l'expression de notre profond respect.

 

lettre-de-protestation-candidats-de-Carnot-page-1.jpglettre-de-protestation-candidats-de-Carnot--signatures-.jpg

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique