Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 01:54

 

 

 

 

lra-et-les-enft-soldat-copie-1.jpg

http://www.slateafrique.com11/07/2012

L’Armée de résistance du Seigneur (LRA) —groupe ougandais armé connu pour ses actes barbares envers la population civile— a de nouveau frappé.

Entre le 21 et le 25 juin 2012, ces rebelles ont tué au moins deux civils et en ont enlevé quatorze autres autour de la ville de Bakouma, dans l'est de la République centrafricaine.

Cette attaque survient deux mois après le massacre de treize civils dans la même région, révèle Human Rights Watch, dans un article publié sur le site Internet de l'ONG, le 9 juillet 2012.

Le problème est que des employés de la CAWA (African Wildlife Adventure), une réserve de chasse avoisinante, avaient été accusés d'avoir participé à ces meurtres. Ils sont actuellement toujours en détention.

Une arrestation injuste d'après l'ONGde défense des droits de l'Homme, puisque ce sont vraisemblablement les membres de la LRA les responsables de ces deux massacres:

«Les attaques de la LRA contre des civils, en juin, donnent clairement à penser que la LRA, et non les employés de la CAWA emprisonnés, est responsable des atrocités similaires perpétrées en mars. Le gouvernement doit de toute urgence renforcer la protection des civils dans la région de Bakouma et réexaminer les chefs d’accusation qui pèsent contre les employés de la réserve de chasse.»

Human Rights Watch avait adressé, le 28 mai 2012, une lettre officielle au ministre de la Justice centrafricain pour demander la libération des employés de la réserve de chasse, afin d'éviter une «erreur judiciaire» et «traduire en justice ceux qui ont réellement perpétré ces meurtres».

L’article de Human Rights Watch rapporte en outre de nombreux témoignages de Centrafricains ayant été victimes des attaques de la LRA. En voici un qui montre à quel point les membres de l'organisation sont dangereux, et dépourvus de scrupules:

«A Lengo, à 10 kilomètres de Bakouma, des combattants de la LRA ont tué un pêcheur près de la rivière le 23 juin. Le même jour, ils ont frappé un charpentier âgé avec une baïonnette avant de le décapiter. Alertée par des coups de feu, sa femme est sortie en courant de la maison et a trouvé le corps de son mari. Alors qu’elle pleurait à côté du corps, les combattants de la LRA sont revenus, ils ont battu la vieille femme et l’ont forcée à les conduire jusqu’à sa maison où ils ont pillé tous les biens. Les combattants l’ont ensuite obligée, ainsi que trois hommes de Lengo, à transporter les biens volés dans la forêt. Elle a, plus tard, réussi à s’échapper.»

La LRA est un mouvement rebelle créé en 1988 à la suite de l'arrivée au pouvoir de Yoweri Museveni en Ouganda. Si, à ses débuts, le groupe étaient composé de soldats déchus de l'armée ougandaise qui disaient combattre pour le bien de la population, le discours aujourd'hui est tout autre. Ledio Cakaj avait ainsi affirmé dans un rapport publié en novembre 2010 par l'ONG Enough:

«La LRA est le groupe rebelle responsable du plus long des conflits armés actuels en Afrique.»

Lu sur Human Rights Watch

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers