Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 15:48

 

 

centrafrique-carte

 

Âîtä,

 

L'actualité nationale est plus que dramatique. Le pays se meurt, sous nos propres yeux. C'était cela, son destin national à compter du 13 Août 1960 ?

 

Les limites humaines sont ici évidentes, en plus de la moralité permissive de tout un chacun d'entre nous, responsable ou citoyen lambda...

 

Pourtant, le Seigneur Dieu exerce encore Sa grande patience...  Question : "Jusqu'à quand, Seigneur ?"

 

Bonne lecture !

 

C. MABADA-MABAYE - Pasteur

 

MERCREDI 19 OCTOBRE 2011

 

BÊAFRÎKA : MÄ NZAPÄ TÎ MO ! (1)

(Bêafrîka : Écoute ton Dieu !)

 

*   *   *

 

DIEU : SEULE SOURCE DE TOUT POUVOIR

 

*   *   *

 

q LECTURE BIBLIQUE

 

 * DANIEL 4 : 17 - 18 

 

 « 17 Cette sentence est un décret de ceux qui veillent ; cette résolution est un ordre des saints, afin que tous les vivants sachent que le Très-Haut domine sur toute royauté humaine, qu’il accorde la royauté à qui il veut, et qu’il établit roi le plus insignifiant des hommes. »

 

18 Tel est le rêve que j’ai eu, moi le roi Nabuchodonosor. Quant à toi, Beltchatsar, donne–m’en l’interprétation puisque tous les sages de mon royaume s’en sont montrés incapables, mais toi, tu le peux, car l’esprit des dieux saints réside en toi ».

 

q EXHORTATION

 

Le saviez-vous ? L’astrologie serait née dans l’ancienne Chaldée, région située au nord du Golfe Persique. Tous les rois de Chaldée, devenue plus tard Babylone et, aujourd’hui, l’Irak (en partie), avaient des astrologues attitrés pour les conseiller au sujet de l’avenir.

 

Hérodote, le père des historiens, parle dans ses œuvres de l’extraordinaire cité de Babylone et de la très haute ziggourat (ou observatoire) d’où les astrologues suivaient la marche des étoiles. Les ruines de plusieurs de ces ziggourats ont été découvertes dans cette région par les archéologues du XXè siècle. Les astrologues, c’est certain, y étaient des personnages très importants de l’Etat.

 

Le passage biblique lu plus haut constitue des paroles sorties de la bouche-même du roi de Babylone de l’époque, Nébucadnetsar, qui a déporté une partie très importante des Juifs dans son pays après la conquête de Juda et la destruction de Jérusalem en 586 avant J.C. Il était en train de raconter au prophète juif Daniel, captif lui aussi, un songe qu’il eut durant la nuit et dont il cherchait désespérément à en percer la signification profonde.

 

Mais arrêtons-nous un instant sur cet extraordinaire phénomène : habituellement, c’est par la bouche d’hommes spécialement choisis, appelés « prophètes » et envoyés par Lui-Même que le Seigneur Dieu proclame aux hommes les vérités qu’Il désire leur faire entendre. Ici, ce n’est pas le cas : Nébucadnetsar n’est en rien un envoyé (ou prophète) de Dieu et, de plus, il est païen, c’est-à-dire, un non-Juif et, en plus, un fervent pratiquant du polythéisme de son époque ! Et pourtant, Dieu n’a pas hésité un seul instant à proclamer cette vérité cardinale par sa bouche de païen : la seule véritable Source du Pouvoir dans le monde, visible et invisible, c’est Dieu. Et ce n’est pas la première fois que le Seigneur procède ainsi : par le passé, Il n’avait pas hésité, alors que les Israélites cherchaient encore à atteindre la Terre Promise, à parler au devin Balaam par son ânesse (Nombres 22 : 22 – 30 ; 2 Pierre 2 : 15 – 16).

 

Ne nous fions donc pas uniquement à nos seuls sens et à nos jugements, censés être plus fiables que ceux des autres : Dieu reste absolument libre, en tout temps et en tout lieu, de choisir l’instrument, même le plus vil, qu’Il désire employer pour communiquer un message vital et précis aux hommes.

 

Aujourd’hui, ce message vital n’est autre que celui qui concerne, depuis toujours, la source la plus légitime, et donc la plus fiable qui soit du Pouvoir : Dieu en personne. Rien, ni nul autre ne peut prétendre L’en déposséder et, encore moins, accéder à quelque position d’autorité que ce soit, sans Sa permission expression. En avons-nous seulement conscience ?

 

Les astrologues, les devins, les féticheurs, la sorcellerie…

 

Avant, pendant et après la conquête et l’exercice du Pouvoir… Quelle perte de temps, quel esclavage spirituel, et quelle insulte à la gloire du Dieu de l’Univers !

 

La dramatique conséquence de tout cela, c’est la colère de Dieu s’abattant de mille et une manières sur l’individu qui se livre à ces pratiques abominables aux yeux du Très-Haut, et sur sa famille, s’il ne s’en détourne pas promptement.

 

C’est aussi, et surtout, la perdition éternelle, c’est-à-dire, la séparation définitive et éternelle de la Présence glorieuse du Seigneur Dieu, à moins qu’on ne se repente sincèrement de ces abominations pour ne plus s’attacher qu’à Dieu seul, et n’accomplir que Sa seule volonté, en tout temps, en tout lieu, et en tout domaine d’activité.

 

La sagesse ! La sagesse ! La sagesse ! À consommer sans modération si l’on veut être approuvé de Dieu et béni de Lui en tout ce que nous entreprenons durant notre bref séjour ici-bas…

 

C’est, à tout le moins, le sens profond du texte biblique suivant, soumis à votre perspicacité :

 

q PROVERBES 8 : 1 – 21, 32 – 36

 

« 1 Écoutez : la Sagesse appelle, la raison élève la voix. 2 Elle est postée sur les hauteurs, le long des routes, aux carrefours. 3 Tout près des portes de la ville, là où l’on passe pour entrer, elle fait retentir sa voix : 4 « C’est à vous, humains, que je parle, c’est pour vous que ma voix se fait entendre, 5 à vous, stupides : apprenez donc à réfléchir ; et à vous, insensés : devenez des gens raisonnables ! 6 Écoutez-moi, car j’ai à dire des choses capitales, et ce sont des paroles justes qui franchiront mes lèvres.

 

7 Oui, ma bouche proférera la vérité, le mal fait horreur à mes lèvres, 8 et mon palais proclamera uniquement ce qui est juste. Il n’y aura rien d’équivoque ni de retors dans mes paroles, 9 elles sont toutes justes pour qui comprend les choses, toutes sont judicieuses pour qui a de la science. 10 Recherchez mon éducation plutôt que de l’argent, et choisissez la connaissance plutôt que l’or, l’or le plus pur. 11 Car la sagesse est préférable aux perles précieuses, et les biens les plus désirables ne sauraient l’égaler.

 

12 Moi, je suis la Sagesse, j’habite à côté de la réflexion, j’ai découvert la science et la circonspection. 13 Révérer l’Eternel, c’est détester le mal. Je déteste l’orgueil, la suffisance, la conduite mauvaise et la bouche menteuse. 14 C’est à moi qu’appartiennent les bons conseils et la prudence. Je possède l’intelligence et la puissance. 15 C’est par moi que règnent les rois, et que les princes décrètent des lois justes. 16 Par moi gouvernent tous les chefs, tous les hommes d’Etat et tous les magistrats sur terre.

 

17 Moi, j’aime ceux qui m’aiment, et ceux qui me recherchent ne manquent pas de me trouver. 18 Je suis accompagnée de la richesse et de l’honneur, du bonheur et des biens durables. 19 Mon fruit est plus précieux que l’or, oui, même que l’or le plus fin, et les profits que je rapporte valent mieux qu’un argent de choix. 20 Je marche sur la voie de la justice et je suis les sentiers de l’équité, 21 pour combler de biens ceux qui m’aiment et remplir leurs trésors…

 

32 Maintenant donc, mes fils, écoutez-moi : heureux tous ceux qui suivent les voies que je prescris ! 33 Écoutez mes leçons, et vous deviendrez sages. Ne les négligez pas ! 34 Car : heureux l’homme qui m’écoute, oui, qui vient veiller à mes portes jour après jour, et qui monte la garde devant l’entrée de ma maison.

 

35 Car celui qui me trouve a découvert la vie, il obtient la faveur de l’Eternel. 36 Mais il se fait tort à lui–même, celui qui me désobéit : tous ceux qui me haïssent aiment la mort. »

 

Autorités de Centrafrique : confiez-vous de tout cœur en l’Éternel des cieux, Source ultime de votre pouvoir dans ce pays qu’Il aime ; obéissez-Lui de manière intègre, et vous verrez de vos propres yeux, avant de quitter ce monde pour Lui rendre compte de tous vos faits et gestes, privés ou publics, qu’Il sait tenir parole à l’égard de quiconque s’abandonne en toute chose entre Ses mains toutes-puissantes et cela, au grand bonheur de vos propres familles aussi bien qu’à celui de notre Nation !

 

C. MABADA-MABAYE – Pasteur

Mercredi 19 Octobre 2011

 

*   *   *

MERCREDI 26 OCTOBRE 2011

 

BÊAFRÎKA : MÄ NZAPÄ TÎ MO ! (2)

(Bêafrîka : Écoute ton Dieu !)

 

*   *   *

 

LES REPROCHES DE L’ÉTERNEL DES CIEUX À SON PEUPLE (1)

 

*   *   *

 

Avant d’entrer définitivement dans Sa grande colère qui, irrémédiablement, a conduit le reste de Son peuple, Juda et Benjamin, en déportation à Babylone pour 70 ans bien comptés, l’Éternel des cieux, le Dieu d’Abraham, a pris soin de l’avertir, par la bouche de Ses prophètes tels Ésaïe, Ézéchiel et Michée, pour la seule raison qu’Il ne désire pas la mort du pécheur, mais que celui-ci se montre attentif à Son avertissement, change de conduite et… vive !

 

Ces avertissements et ce désir de repentance et de vie, aujourd’hui millénaires, concernent-ils aussi la République Centrafricaine, notre pays ?

 

Oui, très chers compatriotes. Et pour deux raisons essentielles :

 

1)      Jésus-Christ à la Samaritaine : « Le salut vient des Juifs » (Jean 4 : 22), et

 

2)      « 11 Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. 12 Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! » (1 Corinthiens 10 : 11 – 12).

 

« Le salut vient des Juifs » : c’est l’accomplissement magistral de la promesse que Dieu a faite à Abraham selon laquelle « toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12 : 3)… Le Centrafrique, touché depuis plus d’un siècle par l’Évangile de Jésus-Christ, ne saurait donc nier cette vérité. C’est donc en se soumettant de manière stricte et fidèle à la Parole de Dieu, de la Genèse à l’Apocalypse, qu’il verra de ses propres yeux sa délivrance de tous les dangers de dislocation territoriale qui, désormais, l’assaillent de toute part, face à l’impuissance avérée des forces armées à l’en protéger.

 

Quant au second passage tiré de la première lettre de Paul à l’Église de Corinthe, il est tout à fait explicite pour quiconque ne se bouche pas dédaigneusement les oreilles. Les calamités divines ayant fondu en son temps sur Israël sont bel et bien destinées à instruire les nations du monde entier, y compris le Centrafrique, bien évidemment, quant à la volonté divine de sanctionner irrémédiablement tout mal qui se commet sur la terre, après dû(s) avertissement(s), lorsque le Seigneur exerce encore Sa grande patience en vue du salut de tout pécheur repentant. Ignorer donc ces leçons de sagesse divine à partir d’évènements survenus dans la vie nationale du peuple élu de Dieu rimerait assurément avec « inconscience » et « mépris ».

 

Ces deux graves péchés se paient toujours « cash », tôt ou tard. C’est la raison pour laquelle je supplie le peuple de mon pays de se montrer particulièrement attentif et obéissant à la Parole de Dieu, qui est vie, et de s’épargner ainsi la vive colère de Dieu qui, quand elle éclate, peut réduire à néant et en un clin d’œil une nation négligente et orgueilleuse.

 

Pourquoi donc veux-tu mourir, Centrafrique ? Pourquoi ?

 

A) LA RESPONSABILITÉ PERSONNELLE DES INDIVIDUS DEVANT LE TRÈS-HAUT

 

L’on dit souvent, en Centrafrique-même, qu’il faut être franchement idiot pour aller se cogner la tête, encore et encore, contre un tronc d’arbre, simplement parce qu’on a vu quelqu’un le faire…

 

De manière plus sérieuse, disons que le Seigneur Dieu, le juste Juge, ne rendra à chacun que selon ce qu’il a fait, en bien ou en mal ; nul n’aura à rendre compte pour autrui ; même pas pour un proche. Chacun, devant le Seigneur des cieux, n’assumera que sa responsabilité personnelle, et non celle d’autrui. Voici deux passages bibliques qui attestent formellement cette grande vérité :

 

q LECTURES BIBLIQUES

 

 1) ÉZÉCHIEL 18 : La justice équitable de Dieu en marche (1)

 

 « 1 La parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2 Qu’avez-vous à dire ce proverbe sur la terre d’Israël : ‘Les pères mangent des raisins verts, et les dents des enfants sont agacées’ ? 3 Je suis vivant ! –– oracle du Seigneur, l’Éternel, vous n’aurez plus lieu de dire ce proverbe en Israël. 4 Voici : toutes les âmes sont à moi ; l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi ; l’âme qui pèche est celle qui mourra.

 

5 L’homme qui est juste, qui pratique le droit et la justice, 6 qui ne mange pas sur les montagnes et ne lève pas les yeux vers les idoles de la maison d’Israël, qui ne séduit pas la femme de son prochain et ne s’approche pas d’une femme pendant son indisposition, 7  qui n’exploite personne, qui rend au débiteur son gage, qui ne commet pas de vol, qui donne son pain à celui qui a faim et couvre d’un vêtement celui qui est nu, 8  qui ne prête pas à intérêt et ne tire pas d’usure, qui détourne sa main de l’injustice et juge selon la vérité entre deux hommes, 9 qui suit mes prescriptions et observe mes ordonnances en agissant selon la vérité, celui–là est juste ; il vivra à coup sûr,  –– oracle du Seigneur, l’Éternel.

 

10 S’il engendre un fils qui soit un brigand, qui répande le sang, ou qui commette envers son frère l’une de ces fautes,  ––  11  bien que lui n’ait commis aucune de ces fautes, son fils mange sur les montagnes, séduit la femme de son prochain, exploite le malheureux et le pauvre, il commet des vols, 12  il ne rend pas le gage, il lève les yeux vers les idoles et fait des horreurs, 13  il prête à intérêt et tire une usure. (Ce fils-là) vivrait ! Il ne vivra pas ; il a commis toutes ces horreurs ; il sera mis à mort à coup sûr ! Que son sang demeure sur lui ! 14 Mais s’il engendre un fils qui voit tous les péchés que commet son père, qui les voit et n’agit pas de la même manière : 15  il ne mange pas sur les montagnes et ne lève pas les yeux vers les idoles de la maison d’Israël, il ne séduit pas la femme de son prochain, 16  il n’exploite personne, il ne prend pas de gage, il ne commet pas de vols, il donne son pain à celui qui a faim et couvre d’un vêtement celui qui est nu, 17  il n’use pas de violence envers le malheureux, il ne tire ni intérêt ni usure, il observe mes ordonnances et suit mes prescriptions : celui–là ne mourra pas pour la faute de son père ; assurément il vivra. 18 C’est son père, qui a été un oppresseur, qui a commis des vols envers son frère, qui a fait au milieu de son peuple ce qui n’est pas bien, c’est lui qui mourra pour sa faute.

 

19 Vous dites : Pourquoi le fils ne supporte-t-il pas (le poids de) la faute de son père ? C’est que le fils a agi selon le droit et la justice, c’est qu’il a observé et mis en pratique toutes mes prescriptions ; assurément il vivra. 20 L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. Un fils ne supportera pas (le poids de) la faute de son père, et un père ne supportera pas (le poids de) la faute de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui.

 

21 Si le méchant se détourne de tous les péchés qu’il a commis, s’il observe toutes mes prescriptions et la justice, assurément il vivra, il ne mourra pas. 22 Tous les crimes qu’il a commis ne seront pas retenus contre lui ; il vivra par l’effet de la justice qu’il a pratiquée. 23 Est–ce que je désire avant tout la mort du méchant ? –– oracle du Seigneur, l’Éternel. N’est–ce pas qu’il se détourne de sa voie et qu’il vive ? 24 Si un juste se détourne de sa justice et commet l’injustice, s’il imite toutes les horreurs que le méchant a commises –– il vivrait ! Tous ses actes justes ne seront pas retenus. Par l’effet de l’infidélité à laquelle il s’est livré et du péché qu’il a commis, par leur effet il mourra.

 

25 Vous dites : La voie du Seigneur n’est pas normale. Écoutez donc, maison d’Israël ! Est-ce ma voie qui n’est pas normale ? Ne seraient-ce pas plutôt vos voies qui ne sont pas normales ? 26 Si un juste se détourne de sa justice et commet l’injustice et qu’il meure pour cela, il meurt par l’effet de l’injustice qu’il a commise. 27 Si un méchant se détourne de la méchanceté qu’il a commise, pour pratiquer le droit et la justice, il fera vivre son âme. 28 S’il ouvre les yeux et se détourne de tous les crimes qu’il a commis, assurément il vivra, il ne mourra pas. 29 La maison d’Israël dit : La voie du Seigneur n’est pas normale. Seraient-ce mes voies qui ne sont pas normales, maison d’Israël ? Ne seraient-ce pas plutôt vos voies qui ne sont pas normales ?

 

    30 C’est pourquoi je vous jugerai chacun selon ses voies, maison d’Israël, –– oracle du Seigneur, l’Éternel. Revenez et détournez-vous de tous vos crimes, afin que votre faute ne soit pas une pierre d’achoppement. 31 Rejetez loin de vous tous les crimes qui vous ont rendus criminels ; faites-vous un coeur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi devriez-vous mourir, maison d’Israël ? 32 Car je ne désire pas la mort de celui qui meurt, –– oracle du Seigneur, l’Éternel. Convertissez-vous donc et vivez ».

 

2) ÉZÉCHIEL 33 : 1 – 9 - La justice équitable de Dieu en marche (2)

 

 « 1 La parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2 Fils d’homme, parle aux gens de ton peuple ! Tu leur diras : Lorsque je fais venir l’épée contre un pays, et que le peuple du pays prend dans ses rangs quelque homme et l’établit comme sentinelle, 3 si cet homme voit venir l’épée contre le pays, sonne du cor et avertit le peuple, 4 et si celui qui entend le son du cor ne se laisse pas avertir, et que l’épée vienne l’enlever, son sang sera sur sa tête. 5 Il a entendu le son du cor, et il ne s’est pas laissé avertir : son sang sera sur lui. Celui qui se laisse avertir sauvera sa vie.

 

6 Si la sentinelle voit venir l’épée et ne sonne pas du cor, si le peuple n’est pas averti, et que l’épée vienne enlever quelqu’un, celui–ci sera enlevé à cause de son injustice, mais je réclamerai son sang à la sentinelle.

 

7 Et toi, fils d’homme, je t’établis comme sentinelle sur la maison d’Israël. Tu écouteras la parole qui sort de ma bouche et tu les avertiras de ma part. 8 Quand je dirai au méchant : Méchant, oui, tu mourras ! Si tu ne parles pas pour avertir le méchant au sujet de sa conduite, ce méchant mourra à cause de son injustice, mais je te réclamerai son sang. 9 Mais si toi tu avertis le méchant pour le détourner de sa conduite, et qu’il ne se détourne pas de sa conduite, il mourra dans son injustice, et toi tu sauveras ta vie ».

 

Très chers compatriotes, grands et petits aux yeux des hommes, mais jouissant en fait de la même dignité, du même amour et du même prix aux yeux de l’Éternel des cieux : nous voilà désormais et clairement avertis, chacun pour ce qui le concerne, n’est-ce pas ?

 

N’imitons donc point le mal qui se pratique effrontément autour de nous, tant la loi est inexistante et les consciences essentiellement tournées vers le mal, et nous en cueillerons assurément le fruit, en temps utile, car Dieu ne ment jamais : la vie sauve, quand enfin viendra Sa colère sur les impénitents !

 

Quel dommage pour le pays, et pour les vies !

 

Âla ngbâ nzönî !

 

C. MABADA-MABAYE – Pasteur - Mercredi 26 Octobre 2011

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société