Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 22:07

 

 

 

bozize-2

 

 


AFP avec Le Figaro 15/09/2012 à 17:48

 

Deux villes au nord de Bangui ont été attaquées ce matin par des hommes armés non identifiés se heurtant à l'armée centrafricaine. Les attaques ont eu lieu à Sibut, chef-lieu de préfecture à 110 km au nord de Bangui, et à Damara, sous-préfecture à 75 km nord de la capitale. A Damara, l'attaque s'est produite vers 3h du matin  et "les échanges de tirs (avec l'armée) ont duré plus de quatre heures", selon une source militaire jointe par téléphone à Sibut. "Un groupe d'hommes armés a attaqué Sibut" alors que "les tirs se faisaient de plus en plus sporadiques à Damara", selon la même source, qui n'a pu donner de bilan des affrontements. Aucune déclaration officielle n'était disponible dans l'immédiat.

 

Selon la source militaire à Sibut, "les assaillants ont surpris les habitants de Damara dans leur sommeil en lançant la première attaque vers 3 heures du matin. Ils ont tenté d'occuper les points stratégiques: brigade de commissariat de Police, poste des douanes, gendarmerie, sous-préfecture. Mais ils se sont heurtés à une résistances des éléments d'un détachement des forces armées centrafricaines (FACA) basé à Damara". "Les populations" de cette ville de 5.000 habitants "ont fui" pour se réfugier dans la brousse avoisinante, a-t-on appris de même source.  A Sibut, ville importante de plus de 20.000 habitants et carrefour au centre du pays, "un groupe d'hommes armés est entré en tirant en l'air et en se dirigeant vers les points stratégiques de la ville faisant fuir la population", selon la même source.

 

Un processus de paix engagé en 2008

 

En décembre 2011, trois personnes avaient été tuées lors d'une attaque d'un convoi entre Damara et Sibut. Il s'agissait de la première attaque de ce genre entre les deux villes considérées jusque-là comme épargnées par les actes des coupeurs de route et situées près de Bangui sur un des axes importants du pays. L'attaque avait alors été attribuée à des hommes de l'ex-chef rebelle tchadien Abdel Kader Baba Laddé, qui s'est rendu le 2 septembre. Celui-ci a promis que ses hommes rentreraient au Tchad dans un délai d'un mois et son implication dans l'attaque de samedi semble donc peu probable, selon un observateur. Des hommes de Baba Laddé ont notamment libéré cette semaine des éleveurs qu'ils avaient enlevés au début du mois.

 

La Centrafrique est engagée depuis 2008 dans un processus de paix après des années d'instabilité marquées par des rébellions et des coups d'Etat ou tentatives de coups d'Etat qui ont ravagé son tissu économique et social. Toutefois, elle reste la proie de nombreuses attaques de bandes armés, de coupeurs de routes ainsi que de rebellions externes comme celles de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony. Lundi, dans l'est du pays, un militaire centrafricain est mort dans une attaque de la LRA.

 

 

 

NDLR : Aux dernières nouvelles, la bande d'éléments non identifiés qui a attaqué Damara et Sibut a opéré un repli vers Dékoa dans la journée et pris la direction de Kaga-Bandoro et Mala en début de soirée après avoir pris des véhicules (6) à des particuliers et à la mission catholique d’après une source militaire. A Damara, les éléments FACA en faction à la résidence secondaire du PM Faustin Archange Touadéra ont purement et simplement détalé, abandonnant les lieux aux éléments non identifiés. Les populations des villes attaquées et passées sous contrôle des assaillants à savoir Damara, Sibut, Dékoa et Kaga-Bandoro,  sont restées terrées en brousse et les lignes téléphoniques GSM ont été coupées dans ces localités.


Selon des informations proches de sa famille, l’ancien Premier Ministre et Conseiller personnel de Bozizé, Henri Maidou et son épouse qui se trouvaient à Sibut lors des attaques rebelle, n’ont pu regagner Bangui, la circulation vers Bangui étant désormais interrompue et le téléphone également coupé. Leurs proches sont sans nouvelle d’eux.

 

L'attaque simultanée et le contrôle de plusieurs localités à la fois poseront quelques difficultés à l'état-major des FACA dans l'éventualité d'une contre-offensive loyaliste. C'est le moment pour Bozizé de faire la preuve qu'il est bien un général d'armée et son fils qu'il mérite bien son galon de colonel que son père lui a épinglé sur les épaules. Bozizé qui s'était rendu en Chine il y a quelques jours, aurait en réalité effectué ce déplacement selon certaines sources, sur les conseils de ses nouveaux médecins chinois désormais visibles au palais de la Renaissance à Bangui. De retour depuis vendredi, il doit faire face à cette brusque augmentation de la tension sécuritaire du pays qui ressemble à la chronique d'une fin de régime annoncée.   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers