Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 02:32

 

 

 

 

Michel-Koyt-ici-a-droite-avec-l-ex-ambassadeur-Christophe-.JPG

 

le ministre Michel KOYT, ici à droite avec l'ex-ambassadeur Christophe GAZAM BETTY

lors d'un cocktail à l'UNESCO à Paris

  

Bangui 9 mars 2012 (C.A.P) – D’après des informations émanant d’une source sûre ayant requis l’anonymat, le ministre chargé du Secrétariat général du Gouvernement et des Relations avec les institutions Michel KOYT et le ministre délégué à la Primature chargé de la bonne gouvernance, Abdallah KADRE ont été arrêtés ce vendredi 9 mars en fin de journée et se trouvent à la Section Recherche et Investigation, police politique du pouvoir de BOZIZE.   

Toujours selon notre source, ce serait en rapport avec la gestion financière désastreuse de la Société Nationale de Transport Urbain (SONATU) qui gère les autocars achetés avec le prêt indien secrètement contracté par le pouvoir en 2008 sous la signature d’Emmanuel BIZOT à l’époque ministre des finances auprès d’une banque à Monbaï en Inde. Michel KOYT faisait partie de la délégation. Il aurait refusé de répondre à plusieurs convocations du comité spécial de gestion et de redressement des sociétés d’Etat et offices publics qui procède depuis sa création, à l’audition des anciens responsables de ces sociétés.

C’est donc bien la preuve que la SONATU est bel et bien une société d’économie mixte et que c’est l’Etat qui doit répondre du prêt indien qui a servi à la créer. Ce prêt indien d’un montant de 29,5 millions $ dollars avait été caché au FMI et était prétendument destiné à construire une cimenterie à Nzila dont BOZIZE s’était contenté de poser juste la première pierre de l’usine et à acheter une centaine de bus pour le transport urbain. Une bonne partie a surtout servi à financer le hold-up électoral de BOZIZE et du KNK de janvier 2011. Aujourd’hui, une grande partie des autocars, qui ne sont pas du tout adaptés à l’environnement centrafricain, est déjà sur cale.

Michel KOYT est également administrateur délégué et lui-même actionnaire de la SONATU avec une rémunération de 6 millions de F CFA par mois dit-on, fonction qu’il exerçait déjà avant d’entre au  gouvernement cumulativement avec sa fonction de ministre chargé du Secrétariat général du Gouvernement et des Relations avec les institutions. Il est aussi le mari de Mme le Recteur de l’université de Bangui née Georgette DEBALLE.  Abdallah KADRE est par ailleurs un beau-frère de BOZIZE car sa sœur est une maîtresse de ce dernier.

Compte tenu de la sécheresse financière à laquelle est confronté son pouvoir en raison de la prédation généralisée et impunie des dignitaires  de son régime d’une part et d’autre part des bailleurs de fonds et autres partenaires au développement qui ont tourné le dos à ce pouvoir, BOZIZE se voit contraint de traquer l’argent partout où il pourrait en grapiller.

C’est ainsi qu’il a dissout tous les conseils d’administration des sociétés d’Etat et offices publics dont lui-même a procédé à la nomination des membres, afin de faire main-basse sur leur trésorerie afin de continuer à assurer les salaires mensuels des quelques 22 000 fonctionnaires sans le versement desquels le régime pourrait être rapidement balayé.

Mais tous les observateurs attendent de connaître quel sort la justice réserve au milliardaire de Boy-Rabe et actuel de l’agriculture, Fidèle GOUANDJIKA et Thierry MALEYOMBO, ancien ministre des Télécoms, pourtant inculpés tous les deux par la justice mais qui continuent de jouir de leur liberté comme si de rien n’était. Manifestement, le demi-dieu et actuel ministre de la justice et prétendument chargé de la moralisation, Firmin FINDIRO, entend enterrer ce dossier très embarrassant pour actuel de l’agriculture BOZIZE lui-même. Le cas de l’escroc Simplice Aurélien ZINGAS toujours impuni puisque le président de l’assemblée nationale l’ineffable Célestin Leroy GAOMBALET continue de s’asseoir sur la demande de levée de son immunité parlementaire, doit être aussi rappelé.

Il y a visiblement deux poids et deux mesures à Bangui. Certains auteurs de détournement de deniers publics, non seulement ne sont nullement inquiétés et souvent, sont même récompensés par des nominations à d’autres fonctions plus prestigieuses - c’est le cas du général Guillaume LAPPO, passé de DG du Trésor à Chef d’Etat-Major des FACA malgré une prédation forcenée des caisses du Trésor doublée d’un scandaleux conflit d’intérêts. D’autres, comme Mathurin DIMBELE ancien DG de SOCAPS qui a pourtant énormément contribué à coup de milliards de F CFA au financement du hold-up électoral de BOZIZE et NDOUTINGAÏ à Berbérati en 2011, sont mal récompensés et continuent de croupir en geôles.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique