Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 00:27


Triangle-ONG-lyonnaise

les-2-otages-de-Triangle-liberes-a-Khartoum.jpg

        Olivier Denis et Olivier Frappé

AP | 14.03.2010 | 18:27

Deux humanitaires français qui avaient été enlevés en novembre en République centrafricaine ont été libérés ce dimanche au Darfour (Soudan), annonce le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

"J'ai la joie de confirmer la libération, aujourd'hui au Darfour, des deux employés de l'ONG 'Triangle génération humanitaire', retenus en otage depuis leur enlèvement en République centrafricaine le 22 novembre 2009", déclare Bernard Kouchner dans un communiqué diffusé dimanche par le quai d'Orsay. "Nos deux compatriotes vont maintenant regagner Khartoum", la capitale du Soudan.

AP

 

 

 

Deux Français libérés au Darfour après quatre mois de captivité arrivés à Khartoum

De Guillaume LAVALLEE

KHARTOUM (AFP) 14 mars 2010 - Deux Français de l'ONG Triangle GH, enlevés il y a près de quatre mois en République centrafricaine, ont été libérés dimanche au Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie à la guerre et théâtre d'une vague d'enlèvements d'humanitaires.

Les deux humanitaires, Olivier Denis et Olivier Frappé, sont arrivés en soirée à Khartoum, selon l'ONG.

Leur libération a été annoncée par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner dans un communiqué à Paris: "J'ai la joie de confirmer la libération, aujourd'hui au Darfour, des deux employés de l'ONG +Triangle génération humanitaire+, retenus en otage depuis leur enlèvement en République centrafricaine le 22 novembre 2009".

A Lyon, l'ONG a accueilli "avec un immense plaisir et un grand soulagement" la "nouvelle qui vient mettre un terme à de longs jours d’inquiétude et d’attente."

Le président Nicolas Sarkozy s'est "réjoui de leur libération", a déclaré l'Elysée, et appelé à la libération de Gauthier Lefèvre, employé du CICR enlevé en octobre au Darfour.

L'enlèvement des deux Français avait été revendiqué par un groupe du Darfour disant s'appeler les "Aigles de libération de l'Afrique" et peu connu jusqu'alors.

Ce même groupe avait également revendiqué le rapt, début novembre, d'un autre Français, Laurent Maurice, un agronome du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui a été libéré début février.

Dans des déclarations à l'AFP, ce groupe avait fait état de revendications politiques - notamment un changement de politique de la France au Soudan et au Tchad. Mais selon des analystes et les autorités soudanaises, ces hommes armés n'étaient en fait que des bandits souhaitant toucher une rançon.

Les deux humanitaires ont été "enlevés en Centrafrique parce que notre dispositif de sécurité au Darfour empêche les kidnappings de nos employés" dans cette région, a déclaré dimanche à l'AFP le directeur de l'ONG, Patrick Verbruggen.

Depuis l'émission en mars 2009 du mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, le Darfour, en proie à la guerre civile depuis 2003, est le théâtre d'une vague d'enlèvements de travailleurs humanitaires étrangers, notamment français.

"Nous allons les traduire en justice", a déclaré dimanche à l'AFP le ministre d'Etat soudanais aux Affaires humanitaires, Abdel Baqi Gilani, en référence aux ravisseurs des deux humanitaires français.

"Nous voulons éradiquer cette culture (des enlèvements) qui n'est pas la nôtre à nous Soudanais...Mais je vais être franc avec vous, je crains quand même qu'il y ait encore quelques incidents isolés", a-t-il remarqué.

Le Franco-britannique Gauthier Lefèvre, employé du CICR enlevé en octobre dans l'ouest du Darfour près de la frontière du Tchad, est le seul étranger encore en captivité dans cette région.

"Nous faisons tout en notre possible pour libérer l'employé du CICR. Nous espérons sa libération très prochainement", a indiqué M. Gilani.

La vague d'enlèvements a limité les déplacements des humanitaires étrangers dans le Darfour, où la guerre civile a fait depuis 2003 quelque 300.000 morts selon les estimations de l'ONU, 10.000 tués d'après Khartoum, et plus de 2,7 millions de personnes déplacées.

Le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, le Mouvement pour la justice et l'Egalité (JEM) a signé récemment à Doha, au Qatar, un cessez-le-feu doublé d'un accord politique avec le gouvernement soudanais devant mener à terme à une paix définitive.

Mais l'autre grand groupe rebelle, l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahid Mohammed Nour, refuse toujours de participer à ce processus de paix. D'intenses combats ont eu lieu au cours des dernières semaines dans le Jebel Marra, fief du SLA-Abdelwahid dans le coeur du Darfour.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire