Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 03:11

 

 

pub-Action-Contre-la-Faim-copie-1.JPG

 

La kwashiorkor sévit dans la Sangha-Mbaéré


Radio Ndéké Luka Vendredi, 18 Novembre 2011 15:28

 

On la croyait considérablement réduit à Nola et dans certaines sous-préfectures de la Sangha-Mbaéré (Sud), mais loin de là. Le kwashiorkor poursuit son bonhomme de chemin dans cette partie de la Centrafrique. Elle constitue le principal défi à relever par le personnel soignant, chez les enfants de moins de 5 ans.

 

Après les communes de Nola, Salo et Bilolo, cette maladie vient de faire son entrée dans celle de Bambio et au village de Mambéré, localités situées respectivement à 140 et 95 km axe Nola-Bangui.

 

En une seule semaine, 15 cas ont été enregistrés par le centre de santé de la ville. Ces cas ont été automatiquement évacués à l’hôpital préfectoral de Nola, où ils bénéficient d’une prise en charge sanitaire et nutritionnelle de la part de cet hôpital et de l’ONG Action contre la Faim.

 

Un responsable de l’Unité de soins à la pédiatrie de l’hôpital de la ville a expliqué à Radio Ndeke Luka que « la progression de cette maladie dans les autres localités de la préfecture est due à la consommation d’aliments avariés et au non-respect de l’hygiène corporelle ».


Cependant, « le taux de pourcentage de cette maladie dans la ville de Nola est revue en baisse », toujours selon ce responsable. Il est de 5% à présent alors qu’il a été décelé 50% de cas positifs au cours des 3 derniers mois.

 


 

Le secteur agricole de la RCA est malade, selon la FAO

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 18 Novembre 2011 15:27

 

Le secteur agricole centrafricain connait encore des difficultés.  C’est ce qui ressort des premiers résultats de l’enquête sur l’investissement agricole en République Centrafricaine. L’étude est menée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), avec l’appui des experts nationaux aux mois d’Avril et Mai dernier. Les premiers résultats de ces enquêtes sont validés le 17 novembre 2011 à Bangui.

 

Cette enquête a été menée dans le secteur de l’agriculture, élevage, pisciculture, et de transformation industrielle. Elle vise à relancer les activités agricoles d’une manière durable, faire la situation des investissements dans ces différents secteurs.

 

D’après les premiers résultats de cette étude, la République Centrafricaine n’a pas encore fait des avancées dans la modernisation de ces secteurs. Etienne Ngounio-Gabia, assistant au représentant de la FAO pour la Centrafrique a affirmé qu’ « il s’agit de voir pour chaque sous-secteur en matière de modernisation, où est ce que la République centrafricaine se situe aujourd’hui. En termes de mécanisation, combien de tracteurs on peut trouver dans le pays ? ».

 

Plusieurs rapports émanant d’organisations non gouvernementales ont déjà mentionné que l’insécurité a créé un dysfonctionnement dans les secteurs agricole et d’élevage. Les experts de la FAO ont cependant voulu qu’une attention particulière soit portée à ces secteurs afin que l’on s’attaque aux difficultés identifiées.


Pour le moment, un plan national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire est en train d’être élaboré par le ministère de l’agriculture avec l’appui de la FAO.

 

 

 

NDLR : Le constat fait dans ces deux domaines à savoir la situation de sous-nutrition aiguë des enfants centrafricains dont la photo de l’un d’eux sert de support à la campagne publicitaire actuelle de l’ONG Action Contre la Faim en France et celle de l’agriculture de la RCA après l’enquête de la FAO, confirme cette triste vérité que nous n’arrêtons pas d’asséner depuis longtemps : le cuisant échec du régime de BOZIZE dans tous les domaines après plus de huit ans de pouvoir. Son bilan est désastreux à tout point de vue et le dire n’est ni distiller de la haine, ni faire de l’anti-bozizisme primaire. Il faut dire qu’un chat est un chat.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société