Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:58

 

 

 

 

médicaments

 

 

Plus de 2.000.000 F CFA, telle est la valeur des produits pharmaceutiques périmés de l'Hôpital Régional Universitaire de Berberati qui ont été détruits par incinération le 4 Aout dernier en présence des autorités politico administratives, judiciaires et des forces de  l'ordre avec à leur tête le Préfet de la Mambéré-Kadei , Rémy Féidangamo.


Consternation de la population qui a appris cette triste nouvelle.


Tous ces produits étaient-ils réellement périmés? Et pourquoi les avoir gardés ou conservés  jusqu'à leur expiration? N'y avait-il pas de maladies adaptées à ces médicaments ? L'homme de la rue se pose mille et une questions. En réalité parmi ces produits brûlés ce 4 Aout il y avait:


1-des antipaludiques telle que la Quinine. Tout le monde sait que Berberati est dans une zone endémique. La Pédiatrie de l’Hôpital Régional Universitaire de Berberati enregistre nuit et jour des cas de palu chez les enfants. Les adultes aussi ne sont pas épargnés… Certains cas sont aigus chez les enfants. Pourquoi ne pas donner ces produits gratuitement aux parents pauvres de ces enfants malades de palu au lieu de les garder jusqu'à leur expiration ?

2-Parmi ces produits dits périmés  qui ont été brûlés, il y avait aussi  3 cartons contenant chacun 50 flacons de sérum dont la date de péremption est 2013. Alors, pourquoi les brûler ???


3- Pis encore, des matériels de chirurgie qui sont recherchés, coûteux très utiles pour la population sont partis en fumée. Nous pouvons citer par exemples des pinces, des paires de ciseaux, des attelles pour immobiliser la jambe en cas de fracture, des éprouvettes en verre de 1000 ml, des béchers de 600 ml et 100ml, des tubes secs, des cuves de laboratoire, etc. Est-ce que ce genre de matériels est expirable???

 

4- Des bandes et des compresses en grande quantité qui dont la date de validité devait expirer en 2011 et 2012 se sont retrouvées dans le lot. Or l'inventaire de ces produits a été fait en Aout 2010 sous la supervision du Secrétaire Général de la Préfecture de la Mambéré-Kadeî Thierry BEBONA. Pourquoi ne pas mettre à la disposition de l'Hôpital Régional Universitaire de Berberati ces produits encore très utiles à cette époque pour soigner la population au lieu de les garder jusqu'à l’expiration du délai de validité ? Ne peut-on pas les désinfecter, se demande le profane.

 

5- Des rouleaux de skaï vert sont passés par le feu ce jour. Sont-ils aussi des produits assujettis à des questions de délai de validité ?


6- Un carton d'appareils d'ophtalmologie a été balancé dans le feu ce jour.
 

A qui profite cette destruction ? Est-ce un règlement de compte? Tout s'est déroulé sous la supervision du Préfet de la Mambéré-Kadeî Mr FEIDANGAMO. A ses côtés le SG de la Préfecture Mr BEBONA, le Procureur près le Tribunal de Grande Instance de Berberati, le Commandant de la Compagnie de Gendarmerie, sans obier le Directeur de la Région Sanitaire n°2 Dr TEMBETI et le Médecin Chef de l'Hôpital Régional Universitaire de Berberati. Toutes les explications du Médecin Chef pour sauver certains produits et matériels comptabilisés par erreur dans le lot se sont heurtées à l'opposition farouche du SG de la Préfecture. Tous ceux qui voulaient hausser la voix pour soutenir le Médecin Chef étaient rabroués par le SG de la Préfecture.


 "Je dois tout détruire. Ce n'est pas mon problème "clamait-il haut et fort pour intimider  tout Avocat.

Les dégâts sont énormes .Nous avons présenté ici la partie visible de l'iceberg. Pauvre population de la Région Sanitaire n°2 qui fréquente cet hôpital de référence à Berberati. L'Etat aura-il les moyens financiers de doter l'Hôpital Régional Universitaire de Berberati avec ces matériels  de chirurgie, fruits du partenariat international? Alors que certaines langues disent que même les Grands Hôpitaux de Bangui en manquent ?


Correspondance particulière de Berbérati pour CAP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation