Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 04:00

 

 

Bozizé perdu

 

 

Libreville 10 janv (CAP) – L’opposition démocratique et la coalition des insurgés de Séléka ont, lors des pourparlers qui ont démarré à Libreville, réclamé le départ pur et simple du pouvoir  du général président François Bozizé.


Par la voix de l’ex-ambassadeur en Chine Christophe Gazam-Betty qui a rallié à présent la rébellion de Séléka et qui prend part aux côtés Michel Djotodia - celui qui s’impose dorénavant comme le patron incontesté de Séléka – aux négociations de Libreville, a demandé aux chefs d’état de l’Afrique centrale  de saisir la Cour Pénale Internationale  de La Haye pour les crimes de guerre et surtout l’incitation et les nombreux appels par le général Bozizé et la distribution des machettes,  des arcs et flèches à ses partisans et autres miliciens, le déclenchement d’une chasse à l’homme sur des bases confessionnelles.


Les deux entités, Séléka et l’opposition démocratique, réclament également la mise en place des organes d’une transition sans le général président François Bozizé ainsi que la suspension de la constitution, la dissolution de l’assemblée nationale composée que des députés du parti du général président et de sa famille. Les discussions très serrées pour obtenir un accord de cessez-le-feu  pour décrisper la situation a semblé proche tard dans la nuit.


On annonce pour ce jeudi, une réunion des chefs d’état de la CEEAC à Libreville. Bozizé devrait en principe y participer mais avant de quitter Bangui, il a fait monter la tension  dans la capitale en ordonnant à ses partisans de monter au créneau pour organiser une marche de soutien à sa cause ainsi qu’un vaste sit-in sur la Place de la République, de demander à la population de jeûner et faire des prières jusqu’à son retour de Libreville.


Dans cette hystérie délirante de ses partisans massivement présents à Libreville aux frais du trésor centrafricain, ce qui traduit le profond désarroi de leur maître, les leaders de l’opposition démocratique et particulièrement Me Nicolas Tiangaye et Martin Ziguélé le principal opposant, sont ciblés comme le mal absolu et les principaux responsables des ennuis auxquels se trouve confronté le pays et la crise qu’il connaît en ce moment. Des mots d’ordre sont même lancés par les principaux ténors de la propagande boziziste pour que leurs milices aillent détruire leurs domiciles.


En clair, demander le départ du pouvoir de Bozizé à Libreville comme  l’ont réclamé l’opposition démocratique et Séléka, est un casus belli  selon Bozizé et ses suppôts. Ils feignent d’ignorer que Bozizé n’a aucune légitimité depuis leur hold-up à la mascarade électorale de janvier 2011 et que tôt ou tard il allait être rattrapé par sa supercherie. Maintenant c’est chose faite à Libreville.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches