Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 02:38

 

 

_barack-obama-a-envoye-des-troupes-en-ouganda.jpg

 

LRA horde

 

joseph_kony_lra.jpg

 

Traque de la LRA : l’armée américaine débarque en RCA

Radio Ndéké Luka Samedi, 15 Octobre 2011 11:08

C’est la nouvelle du jour ! Le président des Etats-Unis Barack Obama a annoncé vendredi 14 octobre l'envoi d'une centaine de soldats américains en Ouganda et en Centrafrique afin d'appuyer les soldats de ces pays engagés contre l'Armée de résistance du seigneur (LRA), ce groupe rebelle auteur de nombreuses atrocités depuis plus de 20 ans.

Dans une lettre au Congrès et communiquée aux médias, M. Obama a indiqué avoir "autorisé un petit nombre de forces américaines équipées pour le combat à se déployer en Afrique centrale pour aider les forces de la région oeuvrant à faire quitter le champ de bataille à Joseph Kony", le chef de la LRA.

Les Etats-Unis ont déjà commencé à déployer une centaine de soldats au coeur de l'Afrique afin de participer à la traque de Joseph Kony, chef de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), dont les rebelles sèment la mort depuis plus de 20 ans dans plusieurs pays.

Un premier groupe est arrivé mercredi en Ouganda et d'autres suivront au cours du mois dans les pays voisins: République démocratique du Congo, Centrafrique et Soudan du Sud. Il s'agit du plus important déploiement de troupes en Afrique annoncé par Washington depuis celui en Somalie en 1993. L'administration Obama a tenu à préciser que les soldats américains ne combattront pas directement les rebelles. « Ils fourniront des renseignements, des conseils et une aide aux armées partenaires », a assuré Barack Obama.

 Les conseillers militaires américains "se rendront sur le terrain dans les secteurs menacés par la LRA", a souligné un haut responsable de la défense à Washington. Il a précisé que les soldats concernés appartenaient pour la plupart aux "Forces spéciales", ces commandos d'élite utilisés dans les opérations anti-guérilla.

La semaine dernière, le responsable de la zone Afrique pour l'armée américaine, le général Carter Ham, a affirmé que Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, se trouvait "probablement" en Centrafrique.

La LRA est réputée être l'une des guérillas les plus brutales du monde. Elle sévit depuis 1988 dans le nord de l'Ouganda, mais ses combattants se sont installés depuis dans les pays voisins, notamment en République centrafricaine. Elle est accusée d’être l’auteur de massacres de civils, de mutilations et d'enrôlements forcés d'enfants.

 

Afrique: les USA traquent Joseph Kony

AFP 15/10/2011 à 09:10

 

Les Etats-Unis ont commencé à déployer une centaine de soldats au coeur de l'Afrique afin de participer à la traque de Joseph Kony, chef de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), dont les rebelles sèment la mort depuis plus de 20 ans dans plusieurs pays.

Dans une lettre au Congrès, Barack Obama a annoncé hier avoir "autorisé un petit nombre de soldats américains équipés pour le combat à se déployer en Afrique centrale pour aider les forces de la région oeuvrant à faire quitter le champ de bataille à Joseph Kony". Un premier groupe est arrivé mercredi en Ouganda et d'autres suivront au cours du mois dans les pays voisins: République démocratique du Congo, Centrafrique et Soudan du Sud. Il s'agit du plus important déploiement de troupes en Afrique annoncé par Washington depuis le sanglant fiasco de l'intervention en Somalie en 1993. L'administration Obama a tenu à préciser que les soldats américains ne combattraient pas directement les rebelles, qui ne seraient plus que quelques centaines, mais sont répartis sur un vaste territoire très difficile d'accès.  "Nos forces fourniront des renseignements, des conseils et une aide" aux armées partenaires, a assuré Barack Obama.

  Les conseillers militaires américains "se rendront sur le terrain dans les secteurs menacés par la LRA", a souligné un haut responsable de la défense. Il a précisé que les soldats concernés appartenaient pour la plupart aux "Forces spéciales", ces commandos d'élite utilisés dans les opérations anti-guérilla.

Kony "probablement" en Centrafrique

La LRA, réputée l'une des guérillas les plus brutales du monde, a sévi à partir de 1988 dans le nord de l'Ouganda, mais ses combattants se sont installés depuis dans les pays voisins. Elle est accusée de massacres de civils, de mutilations et d'enrôlements forcés d'enfants. En vingt ans, les combats entre la guérilla et les forces ougandaises ont fait plusieurs dizaines de milliers de morts et 1,8 million de déplacés. Ces affrontements ont cessé en 2006, au lancement d'un processus de paix, mais la LRA est depuis demeurée active dans les pays voisins. Kampala encourage les combattants à se rendre, en leur promettant l'amnistie s'ils retournaient pacifiquement en Ouganda.

La semaine dernière, le responsable de la zone Afrique pour l'armée américaine, le général Carter Ham, a affirmé que Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, se trouvait "probablement" en Centrafrique.  Richard Downie, spécialiste de l'Afrique au Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) de Washington, estime que même s'ils ne prennent pas part au combat, les Américains se lancent dans une opération "incroyablement difficile et compliquée". Les combattants de la LRA ne sont peut-être plus que 200 à 300, "mais ce sont des combattants aguerris, répartis en petits groupes sur un territoire extrêmement vaste et livré à l'anarchie", déclare à l'AFP M. Downie.

Dans ce contexte, l'opération "devra être très soigneusement réfléchie", ajoute l'analyste, rappelant que les Etats-Unis avaient déjà envoyé quelque dizaines de conseillers militaires dans la région à la fin de 2008 afin de conseiller l'armée ougandaise.  "L'opération a été un échec total. Les chefs de la LRA se sont échappés et ont tué des milliers de civils en RDC pour se venger. Cette fois, les Etats-Unis devront davantage mettre les mains dans le cambouis", prévoit-il. Mais contraint d'agir par une loi votée au Congrès, M. Obama n'avait pas le choix. Encore aux prises avec deux guerres en Irak et en Afghanistan, "les Etats-Unis hésitent beaucoup à envoyer des troupes en Afrique", souligne l'analyste. "Les souvenirs de la Somalie restent frais".

 

Ouganda : Des pays africains saluent l’aide militaire des USA contre la LRA


KAMPALA AFP / 15 octobre 2011 14h57 - L'Ouganda, le RDCongo, le Soudan du Sud et la Centrafrique ont salué samedi la décision des Etats-Unis de déployer dans le centre de l'Afrique une centaine de militaires pour aider à la lutte contre la rébellion de l'Armée de la résistance du seigneur (LRA).

Nous saluons cette initiative. Nous l'attendions depuis longtemps, a commenté le ministre ougandais des affaires étrangères par interim Henry Okello Oryem.

La LRA, réputée l'une des guérillas les plus brutales du monde, a sévi à partir de 1988 dans le nord de l'Ouganda, mais ses combattants se sont installés depuis dans les pays voisins.

Pour Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC, cet effort américain prolonge une collaboration déja entamée avec les Etats-Unis: Nous, nous sommes déjà engagés dans une coopération qui nous paraît satisfaisante.

Il ne s'agit pas d'un déploiement offensif, a-t-il ajouté. C'est des gens qui viennent pour apporter leur expertise aux forces nationales de ces pays, et aussi en matière de renseignement.

Le porte-parole de l'armée du Soudan du Sud a salué ce déploiement: tout soutien pour s'attaquer à la LRA est une bonne initiative, a assuré Philip Aguer.

Enfin la Centrafrique a dit avoir besoin du concours des Etats-Unis pour se débarrasser de la LRA.

La République Centrafricaine a plus que besoin aujourd'hui d'un concours extérieur comme celui des Etats-Unis pour mettre hors d'état de nuire la LRA (...) Il s'agit là d'un concours important que vont apporter les Etats-Unis à la RCA, a déclaré à l'AFP le ministre centrafricain délégué à la Défense Jean-Francis Bozizé.

La situation que nous connaissons depuis 2008, à travers les incursions de la rébellion ougandaise de la LRA sur notre territoire, est véritablement dramatique (...) Plusieurs centaines de compatriotes ont été tués, d'autres enlevés, ou déplacés, des maisons sont saccagées, détruites, des biens pillés. C'est invivable, a-t-il ajouté

Le président Barack Obama a annoncé avoir autorisé un petit nombre de soldats américains équipés pour le combat à se déployer en Afrique centrale pour aider les forces de la région oeuvrant à faire quitter le champ de bataille à Joseph Kony, le chef de l'Armée de résistance du seigneur.

Un premier groupe de conseillers américains est arrivé mercredi en Ouganda et d'autres suivront au cours du mois dans les pays voisins: République démocratique du Congo, Centrafrique et Soudan du Sud.

Il s'agit du plus important déploiement de troupes en Afrique annoncé par Washington depuis le sanglant fiasco de l'intervention en Somalie en 1993.

L'administration a tenu à préciser que les soldats américains ne combattraient pas directement les rebelles. Nos forces fourniront des renseignements, des conseils et une aide, a assuré M. Obama.

La LRA est accusée de massacres de civils, de mutilations et d'enrôlements forcés d'enfants. En vingt ans, les combats entre la guérilla et les forces ougandaises ont fait plusieurs dizaines de milliers de morts et 1,8 million de déplacés.

Ces affrontements ont cessé en 2006, au lancement d'un processus de paix, mais la LRA est depuis demeurée active dans les pays voisins.

 La semaine dernière, le responsable de la zone Afrique pour l'armée américaine, le général Carter Ham, a affirmé que Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, se trouvait probablement en Centrafrique.

 Toutefois des partisans de la LRA ont souligné que les raisons profondes de la rébellion ne seront pas traitées par la violence.


(©)

Obama envoie des soldats en Ouganda pour traquer l'Armée de résistance du seigneur

Le Monde | 15.10.11 | 09h51

Washington Correspondante - Personne ne s'attendait à ce que Barack Obama annonce, vendredi 14 octobre dans l'après-midi, un nouveau déploiement de soldats en territoire étranger. Même s'il ne s'agit que d'un petit contingent de conseillers militaires, envoyés en mission militaro-humanitaire en Ouganda pour coordonner la réponse locale aux atrocités commises par l'Armée de résistance du seigneur (LRA), la décision du président américain a beaucoup étonné les commentateurs.

Jusqu'ici, M. Obama s'était plutôt montré timide sur le "R2P", le principe de responsabilité de la communauté internationale à protéger les civils où qu'ils soient menacés.

Par ailleurs, les troupes américaines s'aventurent rarement en Afrique. En août 2003, un George Bush plus que réticent avait envoyé 200 marines au Liberia après le départ de Charles Taylor. Les Etats-Unis – qui venaient de s'engager en Irak – avaient encore en mémoire la désastreuse opération de 1992 en Somalie, lorsque 18 GIs avaient été tués.

"AIDER LES FORCES DE LA RÉGION"

Cette fois, il s'agit "d'aider les forces de la région" qui luttent contre Joseph Kony, le sanguinaire chef de la LRA qui fait l'objet de poursuites devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, selon le texte de la lettre que M. Obama a fait parvenir au Congrès. Le président indique que le but est de "retirer Joseph Kony du champ de bataille". Il s'agit autrement dit de le capturer.

Le texte fait référence aux pouvoirs de guerre qui permettent au président d'engager des troupes pendant 60 jours sans l'avis du Congrès. Il précise qu'il s'agit d'une centaine de conseillers – dont une douzaine sont déjà sur place, selon la presse. Ceux-ci n'affronteront pas directement la LRA, même s'ils seront équipés pour le combat, sauf en cas de légitime défense.

Leur mission est de fournir "renseignements, conseils et assistance". Ils pourront intervenir dans les pays environnants : Centrafrique, Soudan du Sud, RDC, où la LRA s'est installée depuis 2005 après s'être cantonnée depuis plus de dix ans dans le nord de l'Ouganda.

"PAS UNE INVASION"

L'organisation est accusée d'avoir tué, enlevé ou violé "des dizaines de milliers d'hommes de femmes et d'enfants en Afrique centrale", dénonce M. Obama dans sa lettre.

Les organisations de défense des droits de l'homme se sont félicitées de l'envoi de l'assistance américaine, un geste pour lequel ils avaient ardemment plaidé. Human Rights watch (HRW) avait diffusé une vidéo dans laquelle les victimes des exactions de la LRA en appellent directement à M. Obama.

Mais certains ont critiqué la décision, comme Newt Gingrich, l'un des candidats républicains, qui a estimé que M. Obama "aurait mieux fait d'envoyer 100 soldats à notre frontière". Devant le scepticisme de certains militants anti-guerre, Kenneth Roth, le directeur de HRW, a dû préciser, sur son fil Twitter, qu'il s'agit "d'un déploiement bienvenu, pas d'une invasion". Reste à savoir ce qui a présidé au choix du moment pour décider de ce déploiement.

Corine Lesnes

Article paru dans l'édition du 16.10.11

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers