Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 19:09

 

 

Barack Obama

 

Joseph_Kony_LRA_Lord_Army_21oct10.jpg

 

Par Paul Richter, le Los Angeles Times  19h13 HAP, Octobre 25, 2011

Des responsables de Washington de l’administration d’Obama ont cherché mardi à convaincre les membres sceptiques du Congrès que les 100 conseillers militaires américains envoyés en Afrique centrale vont passer seulement quelques mois dans la région en aidant à écraser un groupe de guérilla notoires.

Un responsable du Pentagone et du Département d'Etat ont déclaré qu'ils n'avaient pas l'intention d'élargir le rôle ou le nombre de troupes envoyées pour conseiller les forces africaines luttant contre l’Armée de Résistance du Seigneur, une petite milice, mais maléfique qui a terrorisé les villages et villes dans le nord de l'Ouganda et des pays voisins depuis plus de deux décennies.

Témoignant devant la commission de la Chambre des Affaires étrangères, les responsables ont promis de commencer à revoir dans quelques mois si à la fin de l'effort pour capturer ou tuer chef messianique du groupe, Joseph Kony, que certains législateurs craignent que le déploiement pourrait attirer les Etats-Unis dans un autre conflit coûteux.

« Ce n'est pas un engagement à durée indéterminée ", a déclaré Alexander Vershbow, un secrétaire adjoint de la Défense. Malgré la taille relativement petite de la force américaine, il a estimé le coût comme « susceptible d'atteindre les dizaines de millions de dollars. "

"Ceci est un déploiement à court terme avec des objectifs précis et des objectifs», a déclaré Donald Yamamoto, sous-secrétaire adjoint d'Etat.

L'audition était la première à examiner l'opération en Afrique depuis que le président Obama a annoncé le 14 octobre que les forces spéciales de l'armée et d'autres experts militaires vont conseiller l'Ouganda et ses voisins sur la façon de vaincre une milice qui a seulement environ 200 membres, mais est devenue tristement célèbre pour avoir tué et mutilé les villageois, perpétré les enlèvements et l'esclavage des femmes, et l’utilisation d'enfants soldats.

Les membres de l'équipe militaire des Etats-Unis ont déjà commencé à arriver à Kampala, la capitale ougandaise. Ils distribueront du matériel de communication dans les villages pour aider à signaler les mouvements de la milice, et permettre aux commandants d'Afrique du renseignement américain d’intercepter les communications et l'imagerie par satellite, ont indiqué des responsables.

L’Armée de Résistance du Seigneur qui prétend être inspirée par un mélange de religions chrétiennes et africaines, opère à travers les frontières poreuses de l'Ouganda, du Sud-Soudan, de la République centrafricaine et la République démocratique du Congo. Les responsables américains disent que la milice a contraint 400.000 personnes à fuir leurs maisons, et a effectué 2400 attaques et 3400enlèvements  depuis 2008.


Vershbow a promis que les troupes américaines seraient soumises à des règles d'engagement strictes et n’ouvriraient pas le feu si elles ne sont pas attaquées. Il a dit que le Pentagone n'avait pas l'intention d'utiliser des drones « en ce moment."

Vershbow a déclaré que l'armée américaine aiderait les gouvernements africains avec de l'aide humanitaire, en plus de l’"objectif primordial" qui est de tuer ou de capturer Kony et ses principaux collaborateurs. Si cela ne semble pas probable, dit-il, "nous ne pourrons pas poursuivre le déploiement." Mais il a laissé la porte ouverte à des changements dans l'opération.

"Si nous pensons que des ajustements à la mission sont garantis au cours du temps, nous allons les examiner", a-t-il dit.

Bien que certains libéraux et les conservateurs soutiennent le déploiement, les législateurs lors de l'audience, ont clairement affirmé qu'ils étaient mal à l'aise au sujet du déclenchement d'un autre engagement militaire à un moment où de nombreux Américains sont fatigués de la guerre et quand la sécurité nationale américaine n'est pas en cause.

«J'ai beaucoup d'inquiétudes, beaucoup de moments d'anxiété, de savoir si ou non le nombre de soldats passera à 200, 300 ou même plus", a dit le représentant Donald Manzullo (R-Ill.).

Rep Gerald E. Connolly (D-Va.) a dit qu'il s'inquiétait sur la question de savoir comment les troupes américaines pourraient " aider efficacement sans être entraînées dans la lutte de quelqu'un d'autre en Afrique centrale».


paul.richter @ latimes.com

(traduction de la rédaction de C.A.P)

 

Aux trousses de la LRA, les GI's en mission de soutien uniquement

Par VOA | Washington, DC Mercredi, 26 Octobre 2011

100 soldats américains des forces spéciales aideront les forces ougandaises à traquer ses leaders

La traque de Joseph Koni de l’Armée de Résistance du Seigneur a commencé. Le président Barack Obama a envoyé à Kampala une centaine d’éléments des forces spéciales américaines pour appuyer les armées de la région à combattre la LRA.  Ce mouvement rebelle est accusé de nombreuses atrocités en Ouganda, en République Démocratique du Congo et en Centrafrique.

En 2001 les Etats Unis avaient déjà placé la LRA sur la liste des groupes terroristes. Quelle est l’objectif de la mission américaine? Idriss Fall a joint à Juba, la capitale du Sud Soudan, Jason Lewis-Berry, officier de liaison du département d’Etat américain. M. Lewis-Barry est basé à Kampala

L’initiative du président Barack Obama d’envoyer 100 soldats pour appuyer la lutte contre la LRA en Afrique centrale a été débattue mardi par un panel au Congrès. La plupart des membres de la Chambre des représentants présents à ces discussions ont exprimé leur soutien à la mission, mais certains s’interrogent sur le coût.

La présidente de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre, la républicaine Ileana Ros-Lehtinen, a déclaré à cette occasion que la LRA et son leader, Joseph Kony, sont responsables de l’un des plus violents et longs conflits d’Afrique, et dont on parle le moins. Depuis deux décennies, a-t-elle dit, ce conflit embrase une région s’étendant de l’Ouganda au Soudan du Sud et de la République démocratique du Congo à la République centrafricaine.

Répondant aux questions des législateurs, le sous-secrétaire adjoint à la Défense, Alexander Vershbow, a expliqué que la LRA est réduit à un noyau de 200 combattants principaux sur un total de 800. Les 100 soldats américains, qui sont issus des forces spéciales, aideront les forces ougandaises à traquer ses leaders, a-t-il dit.

Tout en appuyant la mission américaine, certains législateurs ont déploré l’absence d’une estimation des coûts de l’opération.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers